La face cachée d’Elvis Presley et… de son frère jumeau (officiellement mort-né), projet des services secrets

8928955_elvis.jpg

 

La vie du « King » version Miles Mathis. Comme beaucoup d’autres artistes à la carrière très médiatisée, Presley est le produit d’un projet conduit dès son enfance.

Elvis Aron Presley, projet des services secrets

 

5c6d7e12.gif

Par Miles Mathis (15 décembre 2015)

Traduit par Apolline


Comme d’habitude, ce n’est que mon opinion, résultat de ma recherche personnelle.

J’imagine que cet article ne va pas être très populaire. Après tout, la plupart des gens aiment Elvis – tout du moins l’Elvis des débuts. Pour mieux faire passer la pilule, sachez que moi aussi j’apprécie Elvis. Ce que je vais vous révéler n’a rien à voir avec son talent. Il en avait. C’était un gars séduisant avec une belle voix et beaucoup de charisme. C’est pourquoi on l’a choisi. Pour cela et pour d’autres raisons.

 

Pour démarrer, nous allons de nouveau parcourir la page Wikipédia  [celle en anglais, bien entendu] à la recherche de signaux d’alarme. Je vais vous montrer comment lire ces points-clé et comment les relier à d’autres informations plus importantes. La première chose qu’on lit est qu’Elvis avait un frère jumeau qui est mort à la naissance mais on ne nous dit pas toute la vérité.

 

On doit donc garder ça sous le coude pour l’instant. On m’écrit souvent pour me demander si les espions se servent du clonage et cette question est en rapport avec notre affaire. Je répondrai brièvement qu’ils n’en ont pas besoin car la nature le fait déjà. Les services du Renseignement recherchent des vrais jumeaux qui sont en quelque sorte déjà des clones. Le truc sympa avec les jumeaux, c’est qu’ils peuvent se trouver à deux endroits à la fois. Et si vous en perdez un, vous en avez un autre de rechange.

 

Le signal d’alarme suivant est la mère d’Elvis, Gladys Love Smith. On apprend que l’arrière-grand-mère de Gladys a pu être une Cherokee, mais c’est une fausse piste. En réalité elle était juive. Gladys était elle-même juive, même s’il semble qu’elle ne pratiquait pas en raison de la désapprobation de son mari.

Elvis savait pourtant qu’elle était juive et se considérait lui aussi comme juif (sachant qu’on est juif par sa mère). Une étoile de David figurait sur la pierre tombale originelle (remplacée depuis) de Gladys.

 

 

 

Elvis a été membre à vie de la communauté juive de Memphis. Il portait toujours un pendentif haï qu’on peut voir sur la photo ci-dessus. Haï signifie « vie » en hébreu et désigne l’émanation divine la plus proche du plan terrestre. En grandissant, Elvis est devenu chef de la mafia de Memphis, un groupe de garçons connu pour ses fanfaronnades.

On trouvait aussi dans ce groupe George Klein, Marty Lacker, Larry Geller et Alan Fortas – tous juifs. Alan Fortas était le neveu d’un juge de la Cour Suprême, donc raconter qu’Elvis était pauvre et n’avait pas de relations est encore faux. Ses amis n’étaient pas seulement juifs, ils étaient des Juifs en vue.

 

(…)

 

À huit ans, Elvis était déjà en apprentissage avec Mississippi Slim [note de BBB: tout ce passage ne figure pas sur le wiki français], chanteur de country et animateur de la station de radio WELO de Tupelo [ville de naissance d’Elvis].

Elvis avait 8 ans en 1943 [il est né le 8 janvier 1935], en pleine guerre mondiale. Mississippi Slim en avait vingt à l’époque. Pourquoi n’était-il pas enrôlé ? Né en 1923, il aurait dû être l’un des premiers appelé car il ne faisait pas d’études et n’était pas chargé de famille. Pour y répondre, posons-nous d’autres questions sur Elvis.

 

On nous dit que Slim a fait travailler Elvis très jeune et l’a fait venir à la station de radio quand il avait 12 ans. On s’attendrait donc à ce qu’Elvis soit reconnu comme une sorte de prodige musical, d’accord ? Non, pas selon l’histoire officielle. Slim aurait parlé d’Elvis comme « du p’tit gars qui ne sait pas garder le tempo ». Et selon James, le jeune frère de Slim, Elvis « écoutait attentivement mais ne donnait pas l’impression d’apprendre, tout du moins pas vite ».

 

Il est admis aussi qu’Elvis n’a jamais appris à lire la musique. Jamais. Selon son propre récit, il a été recalé en musique au collège. Si Elvis était donc un pauvre plouc sans talent musical particulier, comment a-t-il pu mériter une telle attention ? Ça ne tient pas debout. Pour répondre, regardons qui s’occupait de WELO à l’époque.

On nous dit qu’Ernest Bowen a géré la station pendant longtemps, mais il n’y fut que plus tard. Il est cependant intéressant de découvrir que Bowen avait des liens avec la Navy. Pendant la guerre, c’est Charlie Boren qui gérait la station. C’est un nom juif courant, un raccourci de Borenstein.

 

 

 

C’est Charlie Boren au milieu, ressemblant étrangement à un asiatique. Elvis est supposé se trouver à l’extrême droite. Quoi, le petit gars avec des lunettes, des bretelles et une cravate ? A-t-il selon vous une quelconque ressemblance avec Elvis ?

Sommes-nous supposés croire que des petits péquenauds s’habillent comme des fils de comptables ? Allons, ce n’est pas Elvis, même pas de près. C’est encore une blague. Vous pourriez aussi bien me dire qu’Elvis est la petite fille avec des anglaises. Voilà à quoi ressemblait Elvis quand il était jeune garçon :

 

 

 

On reconnaît immédiatement ces yeux et ces lèvres ainsi que le nez légèrement aplati. Vous direz, « Bon, c’est peut-être le petit garçon blond à l’autre extrémité. Ils veulent peut-être dire ‘leur droite à eux’ et non ‘votre droite' ». J’en doute, parce que ça se passait en 1945, quand Elvis avait 10 ans. Ce garçon à l’extrême gauche n’a pas 10 ans. Il en paraît 8. Et bien qu’Elvis avait des cheveux plus clairs quand il était enfant, il n’était pas aussi blond à 10 ans. La forme du visage ne correspond pas non plus, pas plus que les oreilles.

 

 

 

C’est Boren avec Elvis en 1956. Boren me fait vraiment penser à un Juif.

Dans les débuts de WELO il y avait aussi Archie Mackey. Le nom de jeune fille de sa mère était Dickman, qui est un nom juif commun, raccourci de Dickmann, signifiant « gros homme ». Ce qui me fait dire que Mississippi Slim était aussi un Juif. Son nom était Ausborn qui peut être juif.

Il semble donc que la station de radio était une production juive, ce qui expliquerait pourquoi Elvis s’est trouvé là tout jeune malgré son absence de talent. Cela me fait dire aussi que Mississippi Slim n’était pas à l’armée parce que le Renseignement l’utilisait pour un projet intérieur.

 

Ce projet, c’était Elvis. Il a été choisi dès le berceau, premièrement parce qu’il est né Juif et deuxièmement parce qu’il avait un frère jumeau. Le fait qu’il devienne un homme séduisant et un chanteur expressif a compté plus tard. Certains sont choisis, très peu réussissent ainsi.

Adolescent, Elvis travailla l’été et les weekend comme ouvreur dans le cinéma Loew de Memphis. C’était bien sûr une chaîne de cinémas appartenant à Marcus Loew, un magnat milliardaire juif. Il a créé aussi la MGM, la Metro-Goldwyn-Meyer.

Loew était le partenaire en affaire d’Adolph Zukor, un autre magnat juif, celui qui lança Paramount Pictures. Notez le prénom Adolph, qu’on n’aurait pas imaginé appartenir à un Juif. Ce fait sera important dans un article à venir.

 

 

La photo ci-dessus s’intitule Elvis avec ses parents, 1956. On le décrit généralement d’une taille de 1,82 m. Sommes-nous supposés croire que Gladys, sa mère, mesurait 1,84 m ?

 

 

 

Elvis ne mesurait sûrement pas 1,82 m.

Je pense qu’il mesurait 1,72 m ou 1,74 m. Cela n’a pas vraiment d’importance, mais montre juste qu’on nous raconte tout le temps des salades. Mesure-t-il vraiment 1mètre 82 ici ? Non.

 

(…)

 

Cela se passait à l’époque où B.B. King a rencontré Elvis à Memphis. King nous dit qu’il connaissait Elvis avant qu’il ne devienne célèbre. C’est un signal d’alarme, que la plupart des gens ne verront pas. Comme Elvis, King fut « découvert » par Sam Phillips. Nous reviendrons à ce dernier dans un moment. Mais souvenez-vous des phrases étranges dans une chanson des Beatles, Dig It.

 

Comme le FBI et la CIA, et la BBC, B.B. King et Doris Day, Matt Busby.

 

Hum. Qu’ont toutes ces choses en commun ? Eh bien, les trois premières s’expliquent toutes seules. Doris Day a été révélée dans mon article sur Sharon Tate, où nous avons vu que son fils Terry Melcher était mouillé jusqu’au cou dans ce gigantesque canular. C’était aussi une Juive, s’appelant au départ Doris Kappelhoff.

Laissons Matt Busby de côté pour l’instant, mais gardons-le comme indice. Ce qui nous laisse B.B. King. Je ne vous dis pas que B.B. King n’était pas un grand guitariste, je dis juste que c’était aussi un indic’ de la CIA. Un indice en faveur de cette idée est que deux de ses filles ont parlé de meurtre après sa mort récente [mai 2015].

 

Pourquoi aurait-on besoin d’assassiner King à 89 ans ? Je suggère qu’il souffrait d’Alzheimer ou d’un autre type de démence et avait commencé à parler de projets classifiés, dont celui de Martin Luther King peut-être. Il fallait le réduire au silence pour lui éviter de vendre la mèche. Ses anciens associés lui ont fait prendre de dangereuses drogues. C’est ce que disent ses filles.

« Mais même si c’est vrai, comment les Beatles savaient-ils ? » va-t-on me demander.

Pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait, allez lire mon article sur John Lennon, qui répond entièrement à cette question. Les Beatles étaient un projet des services secrets britanniques mené par BSC [British Security Coordination, organisation secrète mise en place à New York en 1940 par les services secrets britanniques] et le sergent John Pepper.

 

the-beatles-concert-realite-virtuelle-experience.jpg

 

C’est de là qu’ils ont pris le nom Pepper : c’est un gars qui a vraiment existé. Chaque personnage de la couverture du disque Sgt Pepper est un agent célèbre. La BSC était le bras américain du MI6 et c’est admis maintenant. De même que BSC sortait du Centre Rockefeller, avec le Bureau de Contrôle des Passeports britannique comme couverture.

On nous dit qu’à l’âge de 18 ans, Elvis débarque tout d’un coup chez Sun Records et demande un enregistrement. Ça ne fonctionne pas ainsi. Sun Records n’était pas ouvert au public fin 1953. Phillips avait démarré Memphis Recording Service presque quatre ans auparavant et fin 1953 il travaillait avec des dizaines de chanteurs.

 

On ne rentre pas simplement dans un studio pour se payer une heure d’enregistrement avec l’espoir d’être découvert. Cette anecdote est là pour vous faire penser qu’Elvis a choisi Sun Recordsplutôt que l’inverse. Comme nous l’avons vu, Elvis a été mis très tôt en condition dès l’époque où il résidait à Tupelo jusqu’à cette période à Memphis. Et il n’a pas débarqué accidentellement chez Sam Phillips, le propriétaire de Sun Records.

La bio et la généalogie de Samuel Cornelius Phillips ont été expurgées. Selon les sources officielles, son père et sa mère ne sont pas connus, moins que d’autres parents éloignés. C’est un signal d’alarme. Il existe pourtant quelques gros indices qui nous sautent à la figure. Premièrement, Philips Records aux Pays-Bas est l’un des plus importants labels d’enregistrement au monde. C’était une filiale de Philips Electronics.

 

Les deux furent fondés au 19ème siècle par la famille Philips. Nous avons déjà vu ce nom, car l’oncle de Karl Marx était un Philips. Vous direz que les noms sont orthographiés différemment, avec celui de Sam Phillips s’écrivant avec deux « l ». Mais ils font ces choses pour vous induire en erreur. Cela ne veut rien dire. « Bon, s’ils souhaitaient nous induire en erreur, pourquoi ne pas changer complètement de nom ? Pourquoi changer simplement une lettre ? »

Parce qu’ils ne veulent pas changer complètement le nom. Ils aiment leur nom et le modifient le moins possible. Ils savent aussi que leur public ne fait pas attention et qu’il peut être facilement dupé. Ils ne prennent donc pas la peine de se dissimuler totalement. Ils savent qu’ils peuvent se cacher derrière une branche de saule, alors pourquoi s’embêter à planter un chêne géant ?

 

Mais il y a un autre indice qui est le nom du milieu, Cornelius. C’est un nom néerlandais courant, bien qu’orthographié habituellement là-bas Corneliis ou Cornelis. C’est un nom souvent utilisé dans la famille Philips (de même que Samuel). En fait Gerard Philips, le fondateur de Philips Records, avait un neveu nommé Cornelis Philips. Le nom du fils de ce Cornelis Philips a été expurgé.

Je suggère qu’il pourrait être ce même Samuel Cornelius Phillips qui a démarré Sun Records à Memphis. Il est également curieux que Cornelis Philips n’ait pas de date de naissance précise et on nous donne juste une fourchette entre 1875 et 1927. Samuel Cornelius Phillips est né en 1923.

 

Logo_Philips_Electronics.JPG

 

L’enfance de Sam Phillips n’est presque pas documentée et ce qu’on y trouve est absurde. On nous dit que « l’homme qui inventa le rock n’ roll » a grandi dans l’Alabama rural comme fils d’un métayer, à ramasser du coton dans les champs avec ses parents et des travailleurs noirs. D’accord.

 

(…)

 

Voilà encore une bio ridicule et comme pour Mississippi Slim que nous avons vu plus haut, Phillips est né en 1923, ce qui lui faisait 18 ans en 1941. Pourquoi n’a-t-il pas été enrégimenté ? Il n’allait pas à l’école et n’était pas marié. Sa bio fait l’impasse là-dessus en faisant comme s’il n’y avait pas de guerre dans les années 40. On nous dit juste qu’il était DJ et technicien radio en Alabama. Je suggère que Sam Phillips était déjà agent du renseignement à l’époque, s’occupant de projets intérieurs. Ou qu’il faisait partie du Renseignement néerlandais.

 

 

 

Voici une photo de Sam Phillips (ci-dessus). Il me fait fortement penser à un hollandais. Pour voir ce que je veux dire, regardons une photo de Frans Cornelis, le PDG de la multinationale hollandaise Randstad.

 

 

 

Il a aussi un look typiquement néerlandais, avec un visage très carré et des yeux écartés. Voyez comme il ressemble à Sam Phillips, bien que vingt ans plus vieux ? Phillips paraissait aussi très néerlandais quand il était plus vieux et quand il portait la barbe :

 

 

 

Mais revenons à Elvis. Son premier succès à Memphis fut le remake de 1954 d’Arthur Crudup, That’s All Right (Mama), qui devint populaire quand le DJ local Dewey Phillips le passa non-stop dans son émission radiophonique.

Un autre Phillips. Ce Phillips était-il parent avec Sam ? On ne nous le dit pas. La bio de Dewey Phillips est encore plus tronquée que celle de Sam. On nous dit pourtant qu’il a combattu pendant la seconde guerre mondiale et qu’il a participé à la bataille de Hurtgen (Belgique). Voici une photo de lui :

 

 

 

La photo de droite est celle d’Anton Philips, l’un des fondateurs de Philips Records à Amsterdam. Vous voyez une ressemblance ? Moi oui. La forme du visage est presque identique. Dewey Phillips fait aussi néerlandais, bien que d’une manière certes différente de Sam Phillips. Sam et Dewey ne se ressemblent pas, mais les frères Philips, Anton et Gerard ne se ressemblaient pas non plus.

Il est donc possible que Dewey appartenait à la même famille, simplement une branche différente. Dewey serait mort d’alcoolisme à 42 ans en 1968. C’est peu probable. Je pense personnellement que Dewey Phillips est né avant 1926. Je le dis parce qu’il faisait plus que 30 ans dans les photos avec Elvis au milieu des années 50.

 

Il est supposé avoir 31 ans sur la photo ci-dessus. Il paraît au moins dix ans de plus. Il aurait dû avoir 52 ans en 1968, auquel cas une mort par alcoolisme serait plus crédible. Ou bien le projet était terminé et il était prêt à se retirer ou à passer à un autre projet. Bizarre quand même que Dewey soit mort à 42 ans, au même âge qu’Elvis.

Vous direz, « Si ces gars étaient vraiment de la famille Philips, pourquoi les rejetons d’une famille de milliardaire iraient se mêler de tels projets ? Parce que ces familles aiment garder un contact et les projets du Renseignement font partie des moyens à leur portée. Les fils les plus jeunes de ces familles n’ont souvent pas grand-chose à faire pour s’occuper de l’entreprise familiale, mais ils aiment rester actifs.

 

Nous avons vu dans bien d’autres articles que les familles gouvernantes s’occupent volontiers dans le Renseignement. Ils ne le font pas pour l’argent, ces gens ont déjà tout l’argent du monde. Cela dit, ces projets ramènent souvent beaucoup d’argent, comme avec Elvis. Sun Records a gagné beaucoup d’argent même si j’ai abandonné l’idée que c’était le but premier de ce projet.

Le but premier était d’emmener les US et la culture occidentale dans la direction désirée et la carrière d’Elvis en faisait partie. Comme cela fut fait ensuite avec Bob Dylan et les Beatles, la CIA a appuyé Elvis dans le cadre d’une révolution sexuelle longuement planifiée.

 

Cette révolution qui a duré dix ans allait désintégrer la famille, séparer les sexes, faire voler la religion en éclat et déstabiliser la culture dans son ensemble en créant des nouveaux marchés de grande ampleur et autoriser de nouvelles formes de contrôle. C’était ce qu’on appelle aujourd’hui le Nouvel Ordre Mondial, mais il est instauré depuis deux siècles si ce n’est plus.

On peut voir leurs efforts bien plus tôt. Pensez aux Roaring Twenties [l’équivalent des Années Folles en France dans les années 20] où ils incitaient à la liberté sexuelle presque aussi fortement que dans les années 50 et 60. C’est pourquoi ils ont fait passer le 19ème amendement en 1920, qui donnait le droit de vote aux femmes.

 

Vote for women_thumb[3].jpg

 

Vous pouvez être sûr que les hommes au Congrès n’ont pas cherché à promouvoir l’égalité ou la justice ou autre chose. Ils savaient que voter était déjà sans valeur et qu’ils pouvaient tricher à leur guise quand ils le voulaient, donc étendre le suffrage ne voulait rien dire. J’ai toujours été en faveur de l’égalité des droits et de la justice, ce n’est donc pas facile pour moi d’en parler. Mais étant donné ce que je sais maintenant, je ne vois aucune autre manière de l’expliquer.

(…)

 

Pour être encore plus direct, donner le droit de vote aux femmes dans une réelle démocratie aurait dû les rendre plus actives et leur conférer plus de pouvoir. Mais comme notre démocratie était déjà morte en 1920, le vote n’a fait que les rendre plus tapageuses et plus illusionnées. Elles devinrent simplement aussi tapageuses et illusionnées que les hommes mais ce n’est sûrement pas cette sorte d’égalité qu’elles recherchaient.

(…)

 

Elvis fut un nouveau rouage de ce long programme, une nouvelle piste de cirque. Comme le sport, le sexe et la musique ont détourné l’attention de sujets plus importants et Elvis a rejoint les deux derniers d’une brillante manière. Il plaisait aussi bien aux hommes qu’aux femmes, réjouissant les yeux et les oreilles des deux. À petites doses, de telles distractions sont inoffensives et même parfois salutaires.

On nous dit qu’Elvis a aidé les hanches à s’assouplir dans les années 50 et c’est possible. La révolution sexuelle n’était pas toute mauvaise et je ne suis pas ici pour faire le rabat-joie. Juste le contraire. [Souvenez-vous, je peins des nus pour vivre.] Mais les distractions actuelles ne sont pas délivrées à petites doses inoffensives. Elles sont délivrées maintenant 24/24 et 7/7 à grosses gorgées et notre gorge est constamment assouplie pour permettre d’ingérer de plus grosses quantités.

 

Et l’accélération vers notre pagaille actuelle a démarré après la seconde guerre mondiale. Ce n’était pas par accident. Ce fut planifié, grassement financé et du point de vue des gouvernants ce fut un succès foudroyant. Le riche puant est devenu progressivement encore plus puant et le puissant a gagné progressivement plus de pouvoir.

 

C’est la vérité. Même si vous pensez que les choses vont mal, ils ne le voient pas du même œil. Ils pensent que vous devriez vous étonner de ne pas être un vrai esclave qui gagne trois sous par jour, mange des insectes et reçoit des coups de fouet quotidiens. Ils sont fiers d’avoir accédé à un statut de millionnaire et de milliardaire bien que tant de gens désargentés meurent de faim dans les rues.

 

Ils se voient honnêtement comme des bienfaiteurs et des progressistes. Je ne plaisante pas. Ils se voient comme des pharaons, mais en bien plus indulgents. Ils auraient pu vous faire charrier des pierres toute la journée et manger du sable mais vous avez de la chance. C’est ainsi qu’ils voient les choses. Vous avez juste de la chance que la dette sur votre carte de crédit leur rapporte plus que le transport de pierres.

Si vous ne me croyez pas, allez lire l’un des articles de Forbes sur les plus riches personnes dans le monde, qu’ils impriment maintenant tous les trois jours. Vous verrez non seulement que chaque semaine voit plus de milliardaires, vous verrez que les rédacteurs de Forbes vous vendent implicitement ce fait comme le produit extraordinaire d’une économie mondiale qui tourne bien.

 

Oui, nous voyons la richesse s’empiler au sommet de la pyramide à un rythme accéléré durant une période de contraction économique générale mais au lieu de l’admettre comme un signe d’illégalité et d’un pillage criminel des trésors publics, ces magazines comme Forbes vous le vendent comme un grand succès du capitalisme. C’est le cas d’une certaine manière : c’est exactement pour cela qu’ont été créés le capitalisme et le Nouvel Ordre Mondial.

Mais revenons à Elvis. Vous pourriez pensiez qu’avoir fait le lien entre Sam Phillips et l’empire hollandais Philips est un peu exagéré, mais nous en avons d’autres indications en s’intéressant à l’agent d’Elvis, le colonel Tom Parker. On le sait depuis peu – car Parker le cachait fort bien – mais ce colonel était en réalité néerlandais. Les sites grand public admettent aujourd’hui que son vrai nom était Andreas Cornelis van Huijk.

 

Notez le nom du milieu ! Il a vécu à Bréda et à Rotterdam jusqu’à ses vingt ans quand il s’est envolé pour les USA pour éviter peut-être d’être accusé de crime. On nous dit qu’il est entré aux US sans passeport ni carte d’identité correcte bien que la méthode employée ne soit pas claire. Il aurait fallu qu’il saute du bateau et nage sans se faire repérer. On a immédiatement après une autre histoire extravagante avec Parker qui s’engage dans l’armée.

 

Il s’enrôla dans l’armée des États-Unis en prenant le nom de « Tom Parker », celui de l’officier qui l’interrogea, pour dissimuler le fait qu’il était un immigrant clandestin.

 

Quoi ? Ainsi il a dit à l’officier Tom Parker qui l’interrogeait que son nom à lui était Tom Parker ? Comment est-ce possible ? Il est clair qu’on nous raconte encore des bobards ici. Le fil conducteur ? Eh bien, ils nous donnent l’indice nécessaire quand ils admettent que Parker était déjà allé aux US.

Il y est venu brièvement à l’âge de 17 ans pour travailler dans un Chautauqua. [d’après le nom d’un lac dans l’état de New York près duquel ont démarré ces camps] Qu’était un Chautauqua ? C’était un camp éducatif pour adultes démarré en 1874 par le milliardaire Lewis Miller, qui avait créé cette institution.

 

Une assemblée Chautauqua apportait du divertissement et de la culture à toute la communauté, avec des orateurs, enseignants, musiciens, comédiens, pasteurs et des spécialistes de l’époque.

 

Avez-vous deviné ce qui se passait déjà vraiment avec ces Chautauquas ? Une dissémination de propagande. Les musiciens, artistes et comédiens faisaient diversion pendant que les orateurs, enseignants et spécialistes délivraient la pilule bleue. C’était comme une conférence TED de la première heure, mais avec des tentes et des ballons.

En d’autres mots, les Chautauquas étaient les balbutiements des projets du Renseignement, dans la lignée de la théosophie mais pour une consommation plus large et plus facile. Rappelez-vous, la théosophie a surgi exactement à la même époque et était organisée et encouragée par les mêmes personnes – les très riches.

 

Ces projets comme les Chautauquas se faisaient passer pour de la philanthropie et une partie de plaisir mais c’était en fait un moyen donné à la classe supérieure de contrôler la classe moyenne.

Donc voir Parker impliqué très tôt là-dedans est un énorme signal d’alarme. Cela signifie qu’il avait déjà été recruté par le Renseignement américain à un très jeune âge. Voici une photo du colonel Tom Parker :

 

 

Bigre, à qui ressemble-t-il ? À quelqu’un que nous avons déjà vu ?

 

 

 

Bien qu’il ait toujours été plus gros, le colonel Tom Parker a presque exactement les mêmes yeux et sourcils que Dewey Phillips. Il a le même nez et la même forme de visage qu’Anton Philips. La partie chauve de son crâne présente la même disposition que celles de Phillips et Philips. Ferait-il partie de cette famille ?

 

J’admets que ce n’est pas concluant mais il est curieux qu’une fois encore la généalogie de Parker nous soit refusée. On ne dit rien de ses parents, encore moins de ses ancêtres. De plus, si ces gens n’ont rien à cacher, pourquoi Parker a-t-il dissimulé toute sa vie sa naissance hollandaise ? Pourquoi sa page Wikipédia passe son temps à nous fourvoyer avec des histoires absurdes sur son arrivée aux US et son engagement dans l’armée et tout le reste ?

 

Elvis et Parker 

 

À propos, demandons-nous comment il a eu ce grade de colonel. Cela ressemble à un gros signal d’alarme, sachant ce que nous avons appris des colonels dans mes articles sur Charles Manson, le Zodiac [meurtres en série à Houston en 1973] et la théosophie.

Le fondateur de la théosophie, Henry Steel Olcott, était colonel. Le père de Sharon Tate était colonel dans le Renseignement. Et nous avons vu plusieurs colonels impliqués dans le canular du Zodiac, le père d’une des fausses victimes compris. Comme Parker n’aurait passé que deux ans dans l’armée, il n’avait pas le temps de devenir colonel.

 

Il aurait déjà été content de se retrouver lieutenant. Pour expliquer son grade de colonel, on nous dit qu’en 1948, âgé alors de 39 ans, il reçut le grade de colonel dans la Milice fédérale de Louisiane par le gouverneur Jimmie Davis, en remerciement du travail de Parker pendant la campagne électorale de Davis. Cela fait penser à une nouvelle couverture, car Jimmie Davis est également un personnage louche. Bien que sa date de naissance soit donnée comme le 11 septembre, aucune documentation n’existe. Notez la date.

 

(…)

 

La raison pour laquelle subsistent à ce jour des doutes quant à l’histoire de Parker est de dire qu’on lui a donné ce grade dans la Milice fédérale. Mais si le titre était honorifique comme suggéré, ce n’était pas un grade de la milice. Ce n’était pas du tout un réel grade militaire, c’était un titre, non un grade. Pour cette raison, je considère toute l’histoire comme une autre couverture. Que cachait-elle ?

Bien, comme on nous a dit que Parker a rejoint l’armée aux environs de 1930, je suggère qu’il ne l’a en fait jamais quittée. En 1948, il y était depuis 18 ans, suffisamment de temps pour accéder au grade de colonel. Mais c’est probablement plus compliqué. Comme nous avons vu qu’il a certainement été recruté par le Renseignement international à l’époque de ses 17 ans, il a poursuivi cette activité pendant au moins 21 ans.

 

On lui a probablement accordé la citoyenneté américaine dans le cadre de son projet ainsi qu’une formation linguistique poussée. C’est pourquoi personne n’a jamais remarqué d’accent néerlandais chez lui, je suppose. Ce qui expliquerait aussi comment il a pu échapper au gouvernement américain toute sa vie.

 

Souvenez-vous, selon le récit officiel, il a rejoint l’armée, s’est marié, est devenu fabuleusement riche et célèbre en tant qu’agent d’Elvis et a géré l’immense propriété d’Elvis sans que le trésor public ou toute autre administration du gouvernement ne lui tombe sur le dos en prétextant qu’il était un étranger clandestin. Non crédible. Manifestement, ils ont tout le temps su qui il était. Pour preuve son certificat de décès où figuraient les Pays-Bas comme lieu de naissance et une nationalité américaine.

 

Je vous rappelle aussi qu’il serait né à Bréda. C’est un autre indice bien qu’ils soient sûrs que vous ne saurez pas le déceler. Bréda est une très ancienne, très célèbre et très riche cité, pas le genre d’endroit d’où proviendrait un immigrant.

 

(…) Bréda donne d’autres indices, car c’est pour le Bénélux le centre des opérations pour General Electric, General Motors, Scania, ExxonMobil, Texaco, Krohne et Toshiba. Mais avant tout on y trouve l’Académie militaire des Pays-Bas, un bras du Renseignement néerlandais. Un livre nous dit aussi que Al Qaïda opérait à partir de Bréda. C’est un autre repère pour le Renseignement, car bien sûr Al Qaïda est une création du Renseignement occidental.

 

Linstrumentalisation-du-fondamentalisme-islamique-une-constante-de-létat-profond-américain-et-de-la-CIA.jpg

 

 

Nous avons une nouvelle confirmation que Parker était l’instructeur de Presley et non son agent, par les pourcentages qu’il touchait. Un agent gagne normalement moins que son client, mais Parker a toujours gagné bien plus, même après la mort supposée de Presley. Par exemple, avec la société de licences de Presley, ce dernier n’en possédait que 22 %, alors que Parker en possédait 56 % et des partenaires anonymes possédaient les autres 22 %. C’est bien ça, Presley n’était même pas propriétaire d’un tiers.

 

Ils admettent aussi que « en raison d’un accord malavisé entre Parker et Presley », RCA possédait tous les droits sur les chansons sorties avant 1973. Pardon ? Comment cela peut-il se baser sur un contrat entre Parker et Presley ? Parker et Presley se concertent et tombent d’accord pour donner à RCA 100 % des royalties ? Cela paraît-il rationnel ? Rappelez-vous, nous avons vu le même genre de choses avec les Beatles, qui ont mystérieusement renoncé ou vendu la plupart de leurs droits d’édition et royalties.

Cela vaut aussi la peine de noter que Parker n’était pas le seul intéressé financièrement dans les premières années. En 1955, Parker travaillait avec Jean et Julian Aberbach, deux juifs australiens qui avaient créé la maison d’édition de musique Hill and Range.

 

La page Wiki admet que Julian Aberbach avait travaillé comme instructeur à « l’école de renseignement militaire dans le Maryland ». Wow. Le cousin d’Aberbach, Freddy Bienstock, devint le directeur de Elvis Presley Musique en 1955.

Presley ne pouvait enregistrer de musique non autorisée par Hill and Range. Je suggère que Hill and Rangeétait en fait une autre façade de la CIA et le temps passé par Aberbach dans le renseignement militaire tend à le prouver.

En octobre 1954,

 

 Presley fut engagé par Louisiana Hayride, rival d’Opry. [émissions de radio dans un auditorium de Louisiane] Le spectacle fut diffusé sur 198 stations de radio dans 28 états. Presley fit une autre crise de nerfs durant la première séance, ce qui entraina une nouvelle coupure de son. Une deuxième séance plus structurée et plus  dynamique inspira une réponse enthousiaste.

 

Nous avons peut-être un bel indice ici. Remarquez qu’Elvis fit deux séances et fut différent dans chacune le même jour. Je me demande si quelqu’un a vu les deux séances et s’est dit, « C’était comme s’il y avait deux Elvis ». Pourquoi cette interrogation ? Parce que c’était peut-être le cas.

Il avait un jumeau, rappelez-vous. Êtes-vous sûr que son jumeau soit vraiment mort ? Les jumeaux n’avaient peut-être pas la même assurance, surtout dans les débuts. Nous pourrions supposer que l’un des deux a  découvert et perfectionné le fameux « déhanchement ». Nous verrons d’autres preuves en faveur de cette idée plus loin.

 

On nous dit qu’en 1955 Elvis a renouvelé son contrat avec l’agent Bob Neal, mais a nommé le colonel Parker son conseiller spécial. C’est quoi un conseiller spécial ? Et pourquoi Neal autoriserait-il cette relation ? Parker prenait-il un pourcentage ? Si oui, Neal ne l’aurait pas vu d’un bon œil.

 

Si non, pourquoi Parker travaillait-il gratuitement pour Elvis ? Trois mois après avoir fait de Parker son conseiller, Presley signa avec RCA pour un montant sans précédent de 40.000 dollars. Ceci malgré le fait qu’il n’avait que 20 ans, ne s’était produit qu’un an et avait échoué aussi bien à l’émission de radio Opry qu’à CBS. Arthur Godfrey, le dénicheur de talent de CBS, avait été déçu pendant l’audition. Néanmoins, avant même qu’il soit connu, des contrats furent établis pour Presley, déclarant

 

Les auteur-compositeurs étaient obligés de renoncer à un tiers de leurs habituelles royalties en échange de quoi il [Presley] interprétait leurs compositions. 

 

Quoi ? Quel auteur-compositeur serait d’accord pour ça ? Ils l’auraient été pour quelqu’un comme Sinatra, mais encore une fois, Presley était un parfait inconnu à l’époque. Lui rédiger en 1955 des contrats de ce genre est absurde.

Il est curieux aussi qu’après l’avoir engagé en novembre RCA ait ressorti ses enregistrements de Sun Record avant la fin de l’année. N’est-ce pas un peu rapide ? Comment ont-ils pu faire ça aussi vite ? Il fallait qu’ils devancent leur propre publicité.

On ne trouve pas aussi rapidement de slogan. On suppose aussi que RCA aurait ré-enregistré ces chansons eux-mêmes, ce qui aurait pris du temps. Et qu’ils auraient fait venir de meilleurs musiciens et un vrai producteur et ainsi de suite. En fait, c’est ce qu’ils ont fait, mais si vite que c’est de nouveau non crédible.

 

Ils ont enregistré le 10 janvier et Heartbreak Hotel est sorti le 27. Le seul moyen pour que ce soit crédible,  c’est à condition que RCA l’ait planifié depuis plusieurs mois. Ils devaient savoir à l’avance qu’ils découvriraient Elvis et qu’ils le mettraient au programme dès le moment de son apparition à la radio en 1954. Il est possible qu’ils aient planifié tout ceci avant, dès sa naissance.

Le 2 mars, Parker devint le manager de Presley. Ils nous disent que le contrat de Neal a été « résilié » mais les choses ne se passent pas ainsi. Cela faisait moins d’un an depuis le renouvellement du contrat et on ne « résilie » pas unilatéralement un contrat avant son expiration. Parker a dû persuader Neal avec une très grosse somme.

 

CmNiQhYVEAAMGB1.jpg

 

Neal n’était pas juste un amateur. Il manageait aussi Johnny Cash, Roy Orbison, Sonny James, Conway Twitty, George Jones, Barbara Mandrell et Tom T. Hall. Mais on ne nous dit jamais pourquoi il a abandonné son rôle de manager auprès d’Elvis. Étrange que Neal se soit incliné devant le colonel Parker. C’est un autre signe d’un projet sous contrôle.

Également bizarre que Neal soit né au Congo Belge. Son vrai nom était Hobgood. C’est important parce que la Belgique a fait partie des Pays-Bas jusqu’en 1830. Même après, la Belgique a été gouvernée par les Léopold, qui étaient des Saxe-Cobourg- Gotha comme les rois et reines d’Angleterre. Le prince Charles n’est pas en réalité un Windsor, mais un Saxe-Cobourg-Gotha.

 

Aujourd’hui, la partie ouest de la Belgique parle un dialecte néerlandais qu’on appelle le flamand. Je le sais : j’ai vécu là-bas et l’ai étudié pendant un moment. Bréda est très proche de la frontière belge et j’allais à bicyclette de Bruges en Belgique à Bréda aux Pays-Bas. Ce n’était pas très long.

Donc trouver encore quelqu’un d’autre dans l’histoire d’Elvis en lien avec la Belgique/Pays-Bas est tout à fait instructif. On nous apprend que les parents de Neal étaient missionnaires au Congo Belge mais les Blancs sont allés là-bas pour une exploitation économique, récupérer des minerais et autres ressources comme le caoutchouc.

Les missionnaires et autres religieux étaient paraît-il là pour civiliser les indigènes mais nous savons maintenant qu’ils travaillaient main dans la main avec des hommes d’affaires pour exploiter au maximum les populations locales.

 

Le 23 mars 1956, le premier album d’Elvis était dans les bacs. C’est exact. Je n’ai pas dit qu’il était prêt à sortir, j’ai dit qu’il était dans les bacs. C’est tout juste trois mois après qu’il ait signé avec RCA. Et je suppose qu’on l’a inscrit au panthéon du rock n’ roll en avril. Non, c’est stupide, d’accord ?

 

Mais saviez-vous qu’il avait signé en avril un contrat de sept ans avec Paramount Pictures ? Sur quelle base, doit-on se demander ? Avait-il déjà fait un bout d’essai ? Ces gens l’avaient-ils déjà rencontré ? Il faisait un bide à Las Vegas à ce moment-là, tant auprès des spectateurs que des critiques, pourquoi se précipiter pour qu’il tourne un film ? Comme réponse, souvenez-vous que nous avons déjà fait la connaissance du patron de Paramount Pictures, Adolph Zukor. Il est resté à Paramount Pictures jusqu’en 1959. Zukor et Loew ont apparemment appartenu au projet Elvis depuis sa venue au monde.

 

La première grande apparition de Presley à la télé s’est faite dans l’émission de Milton Berle où on l’a vu pendant dix jours après la sortie de son premier album. DIX JOURS ! Berle était un humoriste juif en vue, bien sûr ; et comme nous l’avons appris, ce n’est plus du hors sujet. Presley était juif aussi et ces gens importants le savaient. Berle avait aussi des liens depuis très longtemps avec le Renseignement.

 

En 1933 il fut embauché par un producteur, Jack White, pour figurer dans un petit film, Poppin’ the Cork, une comédie musicale d’actualité ayant pour sujet l’abrogation de la prohibition. Berle a aussi participé à l’écriture musicale de ce film qui fut diffusé par Educational Pictures [Films éducatifs].

 

Notez la date. Notez que c’est un film politique. Notez qu’il a été diffusé par Educational Pictures. Shirley Temple a fait ses débuts à Educational Pictures et elle figure sur la couverture de Sgt Pepper’s. Rappelez-vous de la signification : elle était un agent du Renseignement. Educational Pictures était dirigé par le producteur E. W. Hammons, qui a produit 228 films en 17 ans. Ce qui en fait environ 13 par an.

Cela pourrait vous évoquer la base Air Force de Lookout Mountain à Laurel Canyon [évoqué dans l’article sur les bombes atomiquesqui a repris le flambeau après le départ de Educational Pictures. En bref, c’étaient des films de propagande. Jack White s’appelait en réalité Jack Weiss et était juif. Il a produit plus de 300 films, dont une bonne partie pour le Renseignement.

 

 

609506057033acb4e2027d83-medium.jpg

 

Milton Berle a fait ses débuts dans un spectacle télévisé en 1948, l’année deux de la CIA. Ce fut l’un des tous premiers spectacles populaires à la télé. Ils étaient sponsorisés par Texaco, un énorme producteur de pétrole. Nous voyons donc encore une fois que la classe supérieure contrôle la classe moyenne via des divertissements orientés et une constante propagande.

Une bonne part de ces divertissements étaient inoffensifs, voire salutaires, mais on y mélangeait une grosse dose de fausses pistes que très peu de gens débusquaient ou qu’ils ignoraient. Elvis fit sa seconde apparition dans l’émission de Berle juste deux mois après la première. Ce garçon avait des appuis, de très gros appuis.

 

Moins de deux mois après les deux émissions de Berle, Elvis apparut dans l’émission de Steve Allen. Bien qu’on ait voulu faire passer Allen comme irlandais par sa mère, il était juif par son père. Son papa s’appelait Carroll Abler. Ce nom a également été changé, car il était né Carroll Ebler. Ebler est un nom juif courant.

 

(…)

 

De toutes façons, nous voyons Elvis dans des émissions TV majeures trois fois en trois mois, à une époque où la TV n’en était qu’à ses débuts.

On nous dit que les indices d’écoute étaient élevés pour ces émissions, mais nous savons maintenant que les indices sont fabriqués pour coller aux tendances. S’ils veulent que les taux d’écoute soient élevés, ils sont élevés. Ce qui s’applique aussi au hit-parade musical où, nous dit-on, Presley régnait en maître.

Souvenez-vous que ces hit-parades n’étaient même pas basés sur les ventes. Ils étaient basés sur ce qu’on diffusait à la radio. Et c’était bien entendu déterminé par le DJ. Bon, qui décidait de ce que le DJ allait passer ? On sous-entend que c’était déterminé par des appels sur l’antenne, mais ce n’est pas vrai. Les DJ ne reçoivent pas assez de demandes pour baser leur liste de lecture là-dessus.

 

Pensez-vous qu’ils ont le temps d’enregistrer chaque demande et d’en faire ensuite des hit-parades ? Non, bien sûr. J’ai été DJ et je peux vous dire qu’on ne le fait pas. À l’époque, ils passaient certainement des chansons à la demande, mais les playlists du jour n’étaient pas basées dessus. La plupart des DJ basaient leurs playlists sur les hit-parades, donc nous tournons en rond.

On ne peut baser les listes sur les hit-parades et baser les hit-parades sur les listes. Logiquement, les hit-parades devaient donc être déterminés d’une autre façon. Comme tout le reste, ils les fabriquent. Qui sont « ils » ? Des gens embauchés par des grosses sociétés de disques, avec la participation du Renseignement et de diverses autres agences.

 

En d’autres mots, tout se fait du sommet à la base. On vous vend l’idée que c’est de la base vers le sommet, avec les clients qui déterminent la popularité. Mais cela ne se passe pas ainsi. Les acheteurs sont contrôlés du haut en bas, on leur dit quoi acheter par l’intermédiaire de ces hit-parades et ces chiffres de vente fabriqués.

Les gens n’achètent ce qu’ils aiment que dans une certaine limite. Les gens achètent en grande partie ce qu’ils pensent être acheté par leurs voisins, pour paraître dans le coup. Si les hit-parades leur disent que leurs voisins aiment Elvis, ils essaieront de l’aimer aussi. C’est Sales 101 ,[technique de marketing], perfectionné par des gens comme Edward Bernays.

 

Maintenant, qui a écrit les chansons d’Elvis ? Eh bien, nous apprenons que Hound DogJailhouse RockLoving YouDon’t, et Love me ont été écrites par Jerry Leiber et Mike Stoller. Tous deux étaient juifs. Tous deux sont nés en 1933. Notez la date. Stoller est né le 13/3/1933. Étrange. Je suggère que la date a été fabriquée.

Bien qu’Ed Sullivan ait prétendu qu’Elvis n’était pas digne de passer à la TV en juin, il lui avait réservé trois spectacles en septembre 1956. Je parierais qu’Ed Sullivan était juif, bien qu’on l’ait fait passer pour irlandais.

Et nous trouvons très rapidement qu’il était marié à une juive, Sylvia Weinstein. Il a grandi dans un quartier juif de Harlem. Les ancêtres de Sullivan, au-delà de ses parents, ont été expurgés sur Geni. (Ed Sullivan avait un frère jumeau qui serait mort jeune. C’est curieux, direz-vous.)

 

(…)

 

Elvis sortit un autre album en octobre 1956, le second de cette année-là. Son premier film sortit en novembre, Love Me Tender. C’est bien exact, j’ai dit « sorti » et non « tourné ». Comment a-t-il eu le temps de tourner un film alors qu’il faisait une tournée dans tout le pays et apparaissait à la TV tous les week-ends ?

 

518J3r58aIL._SY445_.jpg

 

Il aurait fallu deux Elvis, d’accord ? Bon, nous y revoilà. À mon avis, le calendrier d’Elvis de novembre 1955, quand il signa avec RCA, jusqu’à novembre 1956 n’est tout simplement pas crédible pour un être humain. Il est à peine crédible pour deux. Ce qui veut dire que nous devons sérieusement envisager un jumeau en vie. Mais pouvons-nous trouver des preuves directes de ce jumeau ? Oui. Il suffit d’aller sur des photos et de chercher des indications.

 

Notre première indication est qu’il n’est pas facile d’en trouver. Il existe des centaines de photos d’Elvis sur le web, mais si on doit les croire, son visage ou son cou ne présentaient aucun défaut. Pas un seul grain de beauté, pas un seul bouton, pas une seule macule [une sorte de tache de rousseur], pas une seule cicatrice. Les retoucheurs ont été incroyablement minutieux, ce qui nous conduit à penser qu’ils camouflent quelque chose. Nous verrons s’ils sont bons.

Ils ne m’ont jamais abusé. Mon regard est trop affûté.

Pour commencer, ils ont raté leur coup avec celle-ci :

 

 

 

Vous voyez les deux petites macules sur le côté de son nez ? C’est au moins la preuve qu’ils ont retouché largement toutes les autres photos. Et c’est la preuve qu’ils cachent quelque chose d’important.

Ils m’obligent donc à trouver quelque chose de moins évident que des grains de beauté ou des cicatrices. Il s’avère que les jumeaux avaient des nez légèrement différents. Un seul avait ce nez aplati. L’autre avait un nez légèrement plus pointu.

En réponse, vous me direz que Presley s’est fait refaire le nez ; pour vous le prouver, je devrais chercher une photo au nez pointu antérieure à la photo au nez aplati. Essayez de me suivre : s’il avait un nez pointu avant un nez aplati, on ne peut l’expliquer par une rhinoplastie [chirurgie esthétique du nez]. C’est l’indication de jumeaux.

 

 

 

C’est un Elvis au nez pointu plus jeune (ci-dessus). La retouche n’est pas terrible, car nous pouvons voir deux choses. Il y a un grain de beauté sous sa bouche à votre gauche et une petite cicatrice au-dessus du sourcil. Mais ce n’est pas daté, donc pas très utile pour notre recherche. Voici le jackpot :

 

 

 

Un Elvis jeune, un Elvis plus âgé. Nez pointu, nez aplati. Pensez-vous vraiment qu’il se soit fait refaire le nez pour l’aplatir ?

 

 

 

Un Elvis des débuts au nez pointu. Vous voyez à quoi il ressemblait vu de côté. Et voici [ci-dessous] un Elvis légèrement plus « enrobé » avec un grain de beauté au menton et un nez pointu.

 

 

 

Vous vous y faites ? L’Elvis au nez pointu avec un grain de beauté et une cicatrice est l’Elvis « officiel ». Il présente très légèrement mieux et était probablement aussi un meilleur artiste. Je le nommerai Elvis. Son jumeau se nomme Aron et je pense que c’était son vrai nom. On nous dit qu’il s’appelait Jesse Garon, mais c’est bidon.

Il a pu s’appeler Jesse Aron, mais il se faisait appeler Aron. Nous ne nous occupons pas d’Elvis Aron Presley. Nous nous occupons d’Elvis et d’Aron Presley. Voici une photo célèbre d’Aron :

 

 

 

Un moyen pour reconnaître Aron, c’est le gros menton à la Jay Leno [voir photo] quand il sourit. C’était moins prononcé chez Elvis.

 

Jay Leno 

 

C’est Aron qui s’est marié avec Priscilla. Il a fait aussi l’armée, car Elvis avait des disques à faire. Son nom est aussi une nouvelle indication du statut juif des jumeaux. Les Juifs orthographient parfois Aron, mais quand c’est utilisé par les Gentils, c’est presque toujours orthographié Aaron.

 

 

 

Elvis ou Aron ? Nez aplati, menton allongé, pas de grain de beauté : Aron. Les photos de mariage sont aussi une bonne occasion d’aller voir une différence. Il est clair que nous regardons Aron. Plus les jumeaux prennent de l’âge, moins ils se ressemblent.

 

 

 

Voyez-vous comme Aron commence à devenir un peu monstrueux là, avec son visage qui grossit et ressemble de plus en plus à celui de Jay Leno ? Vous direz qu’Elvis a juste pris de l’âge et un peu de poids mais les jumeaux n’avaient que 32 ans en 1967. Ils n’étaient pas encore si vieux à ce moment-là. Et Aron n’est pas encore enrobé. Il ne fait que construire sa propre apparence qui n’est pas exactement celle d’Elvis.

 

 

 

C’est Elvis en 1973, il a 38 ans, il est toujours aussi mince. Il prenait bien soin de lui. Seul Aron commençait à se laisser aller à l’époque. Pas Elvis.

 

 

Vous voyez, Elvis ne ressemble plus à Aron. Il a davantage pris soin de lui, semble-t-il.

[Ajout 28 décembre 2015 : contre toute attente, cet article s’avère populaire auprès d’un bon nombre de fans d’Elvis à qui il est égal qu’il ait été utilisé pour un projet du Renseignement, quel qu’il soit. Eh bien, ces fans m’ont orienté vers d’autres indications confirmant que je ne me trompe pas pour les jumeaux. Ils m’ont rappelé qu’Elvis n’a pas fait un mais deux films où l’on voit des indications de jumeaux. D’abord, Kissin’ Cousins [Salut, les cousins, sorti en 1964 aux USA], où l’un des jumeaux était blond.

 

 

 

Puis Double Trouble [Croisière Surprise, 1967] où nous voyons deux Elvis sur l’affiche du film.

 

 

 

Je ne présente pas cela comme une quelconque preuve, mais c’est curieux. J’ai regardé quelques scènes de Kissin’ Cousins et il semble qu’ils utilisent un écran multi-image [ou écran splitté] mais il est possible qu’ils aient fait jouer les deux frères, en se servant de l’écran multi-image pour masquer ce qu’ils faisaient. Il faudrait que quelqu’un étudie de près le film, ce que je n’ai pas encore fait.]

 

Mais avons-nous d’autres documents prouvant l’existence de jumeaux en dehors de la mort supposée de Jesse Garon ? Oui. On a publié en fait deux certificats de naissance au nom d’Elvis Presley, l’un daté du 10 janvier et l’autre du 12. Sur l’un il est enregistré comme Elvis Aaron Presley ; sur l’autre, Elvis Aron Presley. Encore plus curieux, les deux certificats ont été conservés. Dans le documentaire de 1992 de Bill Bixby, The Elvis Files[dossier Elvis, vivant ou mortà 12’50, ils montrent les photos des deux certificats de naissance.

 

Copies d’écran du documentaire

 

Cela n’a pas de sens. Ils nous disent que les parents se sont rendus compte que Aron était mal orthographié sur le premier et ont demandé une correction mais si c’était vrai, le médecin aurait détruit le premier en leur délivrant le deuxième. Nous ne devrions pas avoir cette photo. C’est un solide justificatif de canular et d’une survie de l’autre jumeau.

 

Nous pouvons maintenant rapporter cette découverte aux Beatles, qui selon mes lecteurs avaient des sosies. Peut-être. Mais je suggère de nous demander si ce n’étaient pas des jumeaux. Paul n’est peut-être pas mort et n’a pas été remplacé. Il avait simplement un jumeau dont on ne nous a pas parlé. Personne n’y a pensé, n’est-ce pas ?

 

Ou peut-être quelqu’un l’a fait, mais ce n’est pas une des principales théories alternatives. [Note : Mathis a publié au printemps 2016 un article sur Paul McCartney et son jumeau, avec un décodage fouillé de photos. 35 pages de lecture pour les intéressés]

La découverte de ces jumeaux peut nous aider aussi à démonter la mort d’Elvis Aron Presley. L’un d’eux est-il mort en 1977 ? Ou les deux ? Ou ni l’un ni l’autre ? Nous verrons quand nous en serons là.

 

Mais d’abord, intéressons-nous brièvement à Priscilla Beaulieu. On nous dit que son beau-père [son père biologique, James Wagner, serait mort alors qu’elle avait six mois], un officier de l’Air Force, a été muté à Wiesbaden en Allemagne aux environs de 1957. Mais on nous dit ensuite que la famille a séjourné trois mois à l’hôtel Hélène  après leur arrivée. Quoi ? L’armée n’a-t-elle pas prévu d’endroit pour y faire vivre un officier et sa famille ? On s’attendrait à ce qu’ils vivent sur la base ou sur un site organisé près de là.

 

En aucun cas l’armée ne prévoit de faire vivre un officier dans un hôtel pendant trois mois. On nous fait donc avaler une autre histoire. Pour poursuivre ce récit ridicule, la famille a peu après quitté l’hôtel pour une résidence qu’ils ont découvert plus tard être une maison close. Mais en raison de la rareté des logements, ils ont été forcés d’y rester. D’accord. Pas crédible pour un sou.

 

La manière dont ils se sont rencontrés non plus. On apprend qu’une Priscilla de 14 ans a rencontré Elvis lors d’une soirée chez lui à Bad Nauheim. Mais Wiesbaden se trouve à plus de 45 km, de l’autre côté de Francfort. Priscilla n’avait pas l’âge de conduire et on nous dit que ses parents ne l’accompagnaient pas. On était en 1959 et les officiers n’avaient pas l’habitude d’autoriser leurs filles de 14 ans à aller seules dans des soirées d’adultes à 45 km de chez eux. Tout l’ensemble sent le canular à plein nez.

On nous dit que les parents de Priscilla l’ont tenue à distance d’Elvis jusqu’à ce qu’elle ait 17 ans, âge auquel ils l’ont autorisée à se rendre à Graceland.

 

Les parents de Priscilla ne l’ont autorisée à s’y rendre uniquement si Elvis payait son voyage aller-retour, en s’arrangeant pour qu’elle ait en permanence un chaperon et à condition qu’elle leur écrive chaque jour.

 

Des trucs qu’ils espèrent vous faire croire ! Nous sommes supposés penser que les parents de Priscilla étaient idiots. N’était-ce pas à EUX d’organiser la présence permanente d’un chaperon ? Une question encore meilleure est pourquoi sa mère n’a pas fait le voyage avec elle. C’est ce à quoi on s’attendrait dans une telle situation. Si la maman ne pouvait pas y aller, ils auraient trouvé une tante ou un cousin plus âgé ou quelqu’un d’autre.

 

Mais il nous faut croire plutôt que c’est Elvis qui allait embaucher son propre chaperon ! On nous dit ensuite que Priscilla a été autorisée à aller à Graceland, mais qu’elle ne pourrait épouser Elvis que quand elle aurait fini ses études à l’école catholique. Elle était supposée vivre avec le père d’Elvis et sa belle-mère. Bien sûr elle passait tout son temps avec Elvis et personne ne semblait s’en soucier. C’est admis. Je ne sais pas quel était l’âge de la majorité sexuelle à l’époque dans le Tennessee, mais dans de nombreux états, cela aurait été illégal.

Ou, devrais-je dire, elle passa son temps avec Aron. Elvis était à Hollywood avec Ann Margret.

 

Aron n’épousa Priscilla qu’en 1967, ils ont donc vécu dans le péché pendant environ cinq ans. On nous dit que le père de Priscilla menaça Elvis de la loi Mann – contre la traite des femmes blanches – mais qui ne l’obligeait pas à porter plainte. L’état ou les fédéraux auraient dû le faire d’eux-mêmes quand Priscilla est arrivée d’Allemagne. Ils savaient bien ce qui se passait. Et cette anecdote implique que l’âge de la majorité sexuelle dans le Tennessee à l’époque devait être fixée à 18 ans, sinon la loi Mann n’aurait pu s’appliquer. Priscilla avait 17 ans.

 

Il est clair que Priscilla a été « fournie » à Aron, bien qu’on ne puisse dire précisément comment. Il semble que la totalité de la bio de cette femme soit une fabrication, car rien ne tient debout. Il a dû finalement l’épouser car elle attendait un bébé. Ce n’est pas une coïncidence qu’elle ait été enceinte « juste après » leur mariage. Je suggère que c’est la raison du mariage. Les bios officielles admettent qu’Elvis ne voulait pas se marier mais qu’il « n’a pas eu le choix ».

 

(…)

 

Au retour de Presley en 1960, Parker l’introduisit immédiatement à Hollywood où il resta presque toute la décennie. Ce qui n’est pas logique étant donné sa facilité supposée à gagner de l’argent avec les disques. On prétend qu’il avait vendu en février 1961 quelques 75 millions de disques.

 

Entre 1964 et 1968, Elvis ne fit qu’un seul tube au top 10 parce qu’il passait tout son temps à faire des navets et des bande-sons pourries. Ce qui me semble une très mauvaise promotion si le but primaire est de gagner de l’argent. Mais leur but premier n’était pas de gagner de l’argent. Il était de faire de la propagande et les films étaient un bien meilleur véhicule de propagande que les disques.

 

Les films d’Elvis faisaient tous passer de la propagande. Nous le voyons clairement d’après le premier, Love Me Tender. Il blanchit continuellement l’armée confédérée, ce qui n’était pas vraiment nécessaire en 1956, sachant que la guerre était terminée depuis 90 ans.  
  
Jailhouse Rock est un autre film de propagande, plein d’informations orientées. Elvis tue un homme et ne fait que 18 mois de prison. Il gifle ensuite violemment un manager mais n’est pas arrêté pour voie de fait. Mais le plus amusant dans le film ce sont les paroles de la chanson-titre :

 

Numéro quarante sept a dit à numéro trois
Tu es le prisonnier le plus mignon que j’ai jamais vu
Je me réjouis fort d’être en ta compagnie
Viens danser le rock du bagne avec moi.

 

Voyez-vous le problème ? Ils ne mélangent pas les sexes dans les quartiers de prison, donc 47 et 3 sont des hommes. Elvis dit à un autre homme : « tu es le prisonnier le plus mignon que j’ai jamais vu ». Remarquez aussi les chiffres choisis. 1947 est l’année un de la CIA. Et ils adorent le chiffre 3, comme nous le savons.

 

Entre la fin de l’année 1960 et le début de l’année 1968, Elvis n’est pas apparu une seule fois à la télé. C’est étrange, si on se souvient de son succès avant son service militaire. Je suggère que c’est parce qu’ils ne travaillaient plus avec deux Elvis. Aron s’était apparemment déjà retiré à Graceland, où il passait tout son temps à manger et à jouer avec Priscilla. Elvis passait tout son temps à Hollywood et en studio. Il ne restait plus de temps pour la TV.

 

OK, je pense que ça suffit pour la bio. Occupons-nous maintenant de la mort supposée d’Elvis. Pour lire les indices, il nous faut retourner aux preuves photographiques de jumeaux vues plus haut. Nous avons vu que jusqu’aux environs de 1974, Elvis présentait bien. Bon, si Elvis était toujours en bonne santé au milieu des années 70, pourquoi mettre fin au projet ?

 

Même si Aron est vraiment mort en 1977, Elvis était toujours en vie, donc pourquoi stopper le projet ? Parce qu’il n’allait plus dans la direction qu’ils souhaitaient. Elvis était devenu un chanteur « honnête » et il ne voulait plus jouer le jeu de la propagande. Les stupides films étaient terminés et les petits jeux avec des adolescentes aussi et d’autres chanteurs plus jeunes s’y prenaient beaucoup mieux pour semer la confusion sexuelle et le chaos. Au milieu des années 70, même les Beatles étaient trop corrects et démodés et le Renseignement s’était tourné vers le punk, le métal et ce genre de choses.

 

Souvenez-vous que Lennon s’était retiré à 40 ans à peu près à la même époque et pour les mêmes raisons. Comme nous l’avons vu dans mon article sur Lennon, une deuxième raison pour mettre ces gars au rancard vers 40 ans est qu’ils coûtent cher.

Les frais d’entretien sont énormes et s’ils ne font pas de très grosses recettes, cela ne vaut pas le coup. Nous devons imaginer que les frais des jumeaux étaient doublés, sachant qu’Aron ne rapportait pas un sou.

 

Tant que ces gars étaient en vie, il fallait qu’ils apparaissent comme super-riches pour entretenir le simulacre. Il semble que le Renseignement n’avait plus l’intention d’engouffrer des tonnes d’argent dans le projet. Avec les jumeaux officiellement morts, ils pourraient gagner de l’argent avec le projet sans dépenser autant. Le décès agirait comme une publicité, en boostant les rentrées et les dépenses seraient en même temps diminuées drastiquement.

Pour ce faire, ils ont sorti Aron de sa semi-retraite et ont dit à Elvis de s’éclipser. Aron était devenu obèse et malade depuis, pas forcément à cause des drogues. Je pense qu’il a peut-être eu un genre de maladie passagère qui a engendré une prise de poids, mais nous ne le saurons probablement jamais. L’Elvis obèse pouvait même être une tierce personne.

 

Le Renseignement a disséminé également des articles dans la presse sur la prise de drogues, comme couverture. Ils avaient déjà programmé tout ceci plus d’un an à l’avance. Souvenez-vous, les gardes du corps d’Elvis auraient écrit un livre révélant des détails intimes sur la prise de drogues. Ce n’est pas crédible, car ces gars ont toujours été très loyaux.

 

Ce livre a été manifestement écrit par des agents pour camoufler une mort à venir ou une mort simulée. Des gens de sa suite ont dit pendant des années qu’Elvis était « clean », refusant toutes les drogues. Il ne fumait même pas d’herbe. C’est probablement pourquoi il avait une aussi bonne apparence en 1973. Pourquoi croire ces gens ? Parce que je sais à quoi il ressemblait et on n’a pas si bonne apparence à 38 ans si on prend des tas de médicaments.

On pourrait me demander pourquoi Elvis a accepté de jouer le jeu. Il n’avait pas le choix. Il était une création des instances supérieures et il a vécu et est mort à leur discrétion. S’ils voulaient simuler sa mort et l’enlever du circuit, il ne pouvait y faire grand-chose. Ils avaient le contrôle de la presse, pas lui.

 

S’ils voulaient maintenant 100 % des recettes au lieu de 78 %, il ne pouvait rien y faire. S’ils voulaient lui retirer de futures royalties, même problème. Le mieux qu’il pouvait espérer était de continuer à vivre tranquillement en espérant qu’ils continueraient à s’occuper de lui en tant qu’ancien atout.

Ce qu’ils ont fait, je suppose. Il a quitté Graceland bien sûr mais il est admis qu’il se trouvaient d’autres ranchs à proximité. Sur la page wiki de Priscilla ils parlent d’un ranch Presley dans le Mississippi, proche de la frontière avec le Tennessee.

 

Après la réception, Elvis et Priscilla montèrent à bord d’un avion privé et passèrent une courte mais agréable lune de miel à Palm Springs. Le 4 mai, ils rentrèrent à Memphis et se retirèrent dans leur ranch privé du Mississippi, juste de l’autre côté de la frontière, pour trois semaines de vacances.

 

Et il existait bien d’autres retraites pour d’anciens agents comme Elvis, au Yucatán, en Amérique du sud, à Hawaï, etc. Ce n’était pas comme s’il avait nulle part où aller. Alors quelqu’un est-il mort le 16 août ? Aron est-il mort ? J’en doute. La date ne semble pas accidentelle, c’est un choix du Renseignement. Voici quelques événements qui se sont passés un 16 août : 1886, mort de Ramakrishna. 1888, naissance de Laurence d’Arabie, 1929 : émeutes en Palestine, 133 Juifs tués. Notez le nombre de Juifs tués, qui comporte le chiffre 33. Cela indique un événement bidon.

 

Si Aron n’a pas reçu de soins, il n’est probablement plus en vie, mais Elvis l’est peut-être toujours. En fait, je suppose qu’il l’est. Il semble qu’ils lui aient même permis de continuer à chanter occasionnellement, en se faisant passer pour un imitateur. Comme nous l’avons vu, John Lennon a fait la même chose, apparaissant réellement à la TV en tant qu’imitateur de John Lennon .

 

Voyez l’émission de 2007 Next Best Thing, où Lennon fait la propre imitation de lui-même [Et une vidéo où Mark Staycer serait le vrai Lennon]. Pour Elvis, il semble qu’il soit devenu à l’occasion son propre imitateur, comme avec le célèbre Orion. Et là, notez la ressemblance entre les noms Orion et Aron. Orion a pu être Aron, mais je suppose que c’était Elvis. On me dira qu’Orion ne ressemblait pas à Elvis et sur les couvertures des albums, c’est vrai.

 

 

« Orion » 

Ce n’est manifestement pas Elvis, car la bouche ne colle pas. Même pas de près. Ils ont embauché un gars nommé Jimmy Ellis qui allait servir de façade à Orion et il a probablement chanté en tant qu’Orion la plupart du temps. Ainsi la plupart des gens s’en rendent compte et pensent qu’Orion n’est pas Elvis.

 

Mais comme Orion chantait avec un masque, il était facile pour Elvis de prendre la place d’Ellis quand il le souhaitait et les gens n’y verraient que du feu. Elvis prenant de l’âge et ressemblant de moins en moins à lui plus jeune, il fut encore plus facile de prendre la place des imitateurs. Le vrai Elvis pouvait se maquiller et se coiffer pour ressembler à l’imitateur, plutôt que de ressembler à lui, voyez-vous. Je suppose donc qu’Elvis a remplacé à l’occasion plusieurs imitateurs.

 

Cela dit, presque toutes les autres théories alternatives concernant Elvis sont de fausses preuves. Certaines vous donnent une certaine vérité mais vous mènent ensuite dans des impasses. Remarquez qu’aucune ne vous parle de jumeaux ou qu’Elvis était dès le départ un projet. Aucune ne donne une bonne lecture des indices.

 

Par exemple une théorie en vogue est que la mort d’Elvis a dû être simulée parce qu’il travaillait pour la DEA [Drug Enforcement Administration, organisme de lutte contre les stupéfiants, équivalent de notre brigade des stups]. Ridicule. On devine que cette histoire est fausse quand ils commencent à parler de tous les truands qu’Elvis aurait fait mettre en prison en travaillant pour son pays. Nous savons que c’est faux parce que la pègre n’existe plus.

 

Même dans les années 1970, la pègre ou la mafia était une chose du passé. Ils ont fait des centaines de films sur la mafia comme Le Parrain, pour vous convaincre que la mafia était toujours dans le coin, mais elle a été récupérée par le gouvernement des dizaines d’années plus tôt. L’élimination finale de la mafia s’est faite au début des années 1960 par les Kennedy. Elle ne fut ensuite qu’une façade pour la CIA. Toutes les fois que vous voyez les mots « mafia » ou « pègre » après 1963 environ, vous pouvez leur substituer « Renseignement ».

 

Tous les sites qui poussent à la théorie du « Elvis est vivant » sont des diversions. Thepresleyassignment.com est une diversion pour la raison que je viens de vous donner. Ils encouragent l’idée de mafia. Notez aussi le nom du site qui inclut « mission » [assignment].

Ce site est une mission du Renseignement et son but est de vous égarer. Que vous pensiez qu’Elvis est vivant ou non est le cadet de leurs soucis, mais ils ne veulent pas que vous démêliez tout le reste. La vérité noircit le Renseignement et ces sites blanchissent les agences du gouvernement, voyez-vous.

 

Même chose avec whatculture.com, qui sort en premier sur mon ordinateur pour une recherche sur « Elvis est en vie ». Ils prétendent vous donner 11 éléments de preuve qu’Elvis n’est pas mort en 1977, mais ils sont tous inventés. Comme nous l’avons vu, ce ne sont pas des éléments probants, même non inventés. De bien meilleures preuves existent mais ce site n’en répète aucune.

 

Par exemple, ils donnent en exemple une photo d’Elvis se trouvant prétendument à côté de Mohammed Ali. Mais n’importe qui peut dire que cela ne ressemble en rien à Elvis. La photo est un collage évident et les sourcils d’Elvis sont bien trop épais. Il ressemble plus à Jim Morrison qu’à Elvis. Il existe probablement des centaines de photos d’Elvis, prises par les gens pendant des années, qui ont été supprimées, mais ils nous refilent tout le temps cette daube.

 

Photo ajoutée

 

(…)

 

Le documentaire de Bill Bixby de 1992  est l’un des premiers exemples du même genre destiné à nous induire en erreur. Tous ces nouveaux sites proviennent de la théorie avancée là. Comme Bixby est un acteur populaire, vous pouvez être sûr que ce documentaire n’a pas été fait pour vous dire la vérité.

Notez que c’est une production de LBS. Que signifie LBS ? Langley Bull Shit [conneries de Langley] ? Ce film, The Elvis Files [dossier Elvis] est l’un des plus anciens qui vend l’idée qu’Elvis travaillait pour le FBI ou la DEA.

 

Le documentaire vaut pourtant d’être regardé, car on peut le déchiffrer comme n’importe quel autre. Dans son introduction, Bixby dit des choses très étranges. Il commence par une citation de F. Scott Fitzgerald : « Le témoin d’une intelligence de premier ordre est la capacité de retenir deux idées contradictoires simultanément ».

 

Il ne vous dit pas qu’après avoir regardé ce film vous serez convaincus qu’Elvis n’est pas mort ce jour-là ; non, il dit, « nous pensons qu’à la fin de notre émission vous pourrez retenir deux idées contradictoires ». C’est curieux, n’est-ce pas ? Ils admettent que le but de tout ceci n’est pas de vous dire la vérité mais d’implanter deux visions contradictoires dans votre esprit.

 

Savoir que la citation de Fitzgerald est tronquée pourrait vous intéresser. La citation complète est « Le témoin d’une intelligence de premier ordre est la capacité de retenir deux idées contradictoires simultanément tout en gardant la capacité de fonctionner. » Cependant, la plupart des gens n’ont pas une intelligence de premier ordre, n’est-ce pas ? Par définition, tout le monde ne peut être de premier ordre.

Très peu de gens peuvent retenir deux idées contradictoires en gardant la capacité de fonctionner. Ce qui est précisément pourquoi ce film leur donne deux visions contradictoires et leur demande de conserver les deux, de telle sorte qu’ils seront incapables de fonctionner en tant qu’êtres critiques. Les contrôleurs admettent l’objectif de leur opération psychologique car c’est ce qu’ils font. Bixby hypnotise en fait son public.

 

Voici une devinette qui pourrait se trouver sur un mur de Langley : qu’est-ce qui cache mieux la vérité qu’une histoire mensongère ? Réponse : deux histoires mensongères. Qu’est-ce qui cache mieux la vérité que deux histoires mensongères ? Deux histoires mensongères qui semblent s’opposer complètement. La plupart des gens verront deux histoires opposées et penseront que toutes les possibilités ont été envisagées. C’est parce que les gens pensent de manière linéaire. Sur une ligne, il n’y a que deux extrémités opposées.

 

Mais si vous imaginez les idées dans un cercle et non sur une ligne, vous réalisez que deux points opposés sur le cercle ne sont que deux points, disons l’un à 12 et l’autre à 6. La vérité est peut-être à 3 ou 9 ou à 7 ou 4,5. C’est ce que nous avons vu dans tous mes articles. Ils vous vendent un récit officiel à 12 et ensuite reviennent avec un récit alternatif à 6 ; mais vous oubliez que la vérité n’est peut-être ni à l’un ni à l’autre. J’ai montré que la vérité se cache toujours dans un troisième chiffre.

 

Dans le documentaire, Maria Columbus, celle qui s’occupe soi-disant du plus ancien fan club Presley, nous dit qu’elle a appelé Graceland juste après le décès en demandant à parler au père d’Elvis, Vernon. Elle dit qu’environ 30 minutes plus tard, Vernon l’a rappelée personnellement. D’accord. Pas crédible. Vernon va prendre le temps d’appeler un des fans ce jour-là ? Pas de risque. Elle dit aussi qu’ils se sont procuré l’inventaire des biens d’Elvis. Pourquoi l’inventaire des biens d’Elvis serait-il mis à disposition d’un fan club ?

 

Gail Brewer-Giorgio apparaît aussi dans le documentaire. C’est elle qui nous parle d’Aron vs Aaron. Elle donne ensuite un autre indice voilé. Elle nous dit qu’Elvis était féru de numérologie et que Aron équivalait à 8 tandis qu’Aaron équivalait à 9. C’est un indice, non pour la raison invoquée, mais parce que c’est un autre révélateur du Renseignement.

 

Le Renseignement adore le chiffre 8. Nous avons vu cela de nombreuses fois dans les articles récents et je vous ai même dit pourquoi : c’est le premier chiffre de la suite de Fibonacci qui est un cube parfait. C’est une raison mathématique et il y en a d’autres, mais comme le nombre 33, le nombre 8 est un nombre du Renseignement bien connu. Ils l’utilisent dans les films de James Bond, comme nous venons de le voir dans mon article sur SPECTRE (voyez OCTOpussy comme autre exemple).

 

Plus loin dans le documentaire, nous entendons parler de l’auteur du livre The Presley Arrangement, Monte Nicholson. On le présente comme enquêteur dans le département du shérif de Los Angeles. Ce qui devrait vous faire dresser l’oreille, car nous avons récemment rencontré ce titre avec la fausse mort de Kurt Cobain. Tom Grant, qui serait aussi enquêteur du département du shérif dans le comté de Los Angeles, a été le premier théoricien alternatif pour la mort de Cobain en prétendant que Cobain a été assassiné.

 

maxresdefault.jpg

 

Il a fait avec Cobain ce que Nicholson fait avec Presley : nous donner une théorie contradictoire en créant ainsi de la confusion. Vous devriez trouver étrange que les shérifs du département de Los Angeles soient tous deux impliqués dans deux histoires semblables. Vous ne les trouverez vraisemblables que si vous lisez mon long article sur le meurtre Tate/Manson, où je montre que toutes les forces de police de LA, et en fait du monde occidental, sont sous le joug de la CIA.

 

Le Renseignement peut faire circuler de fausses histoires de n’importe quelle source mais nous avons vu qu’ils aiment faire circuler des histoires du département du shérif de Los Angeles, car cela leur donne une apparence à la fois officielle et qui en impose.

 

(…)

 

Mais revenons à Monte Nicholson et Bill Bixby. Monte nous dit que son livre et celui de Gail Brewer-Giorgio, Orion, ont disparu des librairies. Il nous dit que les livres ont été éliminés (volés). C’est bien sûr très difficile à croire, car les grandes chaînes de librairie sont bien sécurisées, avec des caméras et des portes contrôlées électroniquement.

Si le gouvernement souhaitait éliminer ces livres, il le ferait chez l’imprimeur et non dans une librairie. Quand Brewer-Giorgio se fait interviewer, le récit change, car selon elle des hommes en costume sont venus et ont acheté tout le stock.

 

Ce n’est pas la même chose que « disparus ». Les librairies n’ont simplement pas été réapprovisionnées. Elle insinue que c’était sur ordre de ces mêmes hommes en costume. Mais alors pourquoi les avoir en stock dès le début ?

Si l’imprimeur avait reçu des pressions pour ne pas réapprovisionner, pourquoi ne pas ordonner tout simplement à l’imprimeur de ne plus imprimer ? Pourquoi cette suppression après-coup quand le gouvernement est parfaitement capable de stopper à la source toute publication ?

Le fait même que Brewer-Giorgio ait été publiée par un grand éditeur et qu’elle a participé à de nombreuses émissions très médiatisées signifie que le gouvernement n’avait aucun intérêt à l’éliminer. Cela indique qu’ils cherchaient à la mettre en vedette. Elle n’est pas passée sur des émissions diffusées localement par câble, elle était sur Nightline, Oprah [Winfrey] et Larry King, trois grands porte-paroles au service du Renseignement. Nous pouvons donc être sûrs qu’elle nous induit en erreur.

 

Elle le fait exactement comme les autres sources alternatives : elle dit beaucoup de vérités (y compris le fait qu’Elvis soit vivant) mais vous entraîne vers de fausses conclusions. Par exemple, je pense que certaines choses apprises par le documentaire de Bill Bixby sont vraies. Je confirme à l’évidence qu’Elvis n’est pas mort le 16 août 1977.

Je pense aussi possible que la bande de 1981 enregistrée par Elvis est véridique. Mais juste après avoir écouté la bande dans le documentaire, on nous propulse immédiatement vers l’histoire d’Elvis en tant qu’informateur du FBI. Les toutes premières phrases sont pour dénigrer les hippies et les Black Panthers.

 

Ce qui nous rappelle l’histoire officielle disant qu’Elvis n’aimait pas les Beatles, les hippies ou la culture de la drogue. C’est plutôt difficile à croire, sachant que ces choses n’étaient que d’autres créations du Renseignement, tout comme Elvis. Il devait le savoir et ses désaccords avec les Beatles étaient des controverses fabriquées, pour aider à de meilleures ventes de disques.

Tout cela pour dire que le documentaire Bixby et ensuite les récits d’Elvis avec le FBI et la brigade des stups ont été créés pour dénigrer encore une fois la gauche et les vrais progressistes. Notez que dans la lettre qu’Elvis aurait envoyé à Nixon, il exprime son admiration au président. Ils font passer Elvis pour un flic des stups conservateur. Même après sa prétendue mort, on l’utilise pour la propagande.

 

Bien, maintenant après avoir montré qu’Elvis était un projet du Renseignement depuis le début, pourquoi suis-je en train de nier qu’il a travaillé pour des fascistes de ce genre après 1977 ? Eh bien il ne pouvait pas devenir informateur du FBI ou de la brigade des stups en passant un an sur une île avec une barbe, n’est-ce pas ? C’est une des choses que nous apprenons avec la bande de 1981, vous souvenez-vous ?

Nous en entendons de longs extraits dans le documentaire et Elvis nous dit qu’il s’est caché pendant un an avec une barbe sur une île et en Europe pendant deux ans et ainsi de suite. Il ne parle pas de devenir un policier des stups. Le documentaire Bixby se contredit lui-même de manière spectaculaire. Si la bande est véridique, elle démolit toute leur histoire. Si elle ne l’est pas, alors ils n’ont fait que perdre ce qu’ils nommaient leur plus bel élément de preuve.

 

Un autre problème, ils montrent le mémo de Nixon qui dit, « OBJET : remercier Elvis Presley pour son offre à nous aider de tenter de stopper l’épidémie de drogue dans ce pays et pour lui demander de travailler avec nous en présentant une attitude plus positive à la jeunesse du pays ».

Rien ici n’indique qu’Elvis est un informateur du FBI. Mais il est clair que ce mémo est une fausse piste, car nous savons maintenant que le gouvernement n’a jamais eu aucun désir de stopper l’épidémie de drogue ou de créer une attitude positive chez les jeunes.

 

En fait, tous les projets de ces dernières années ont été en partie déclassifiés, COINTELPRO et CHAOS inclus, qui encourageaient exactement le contraire. L’épidémie de drogue a été créée par le gouvernement pour court-circuiter toute sérieuse résistance et toutes les attitudes positives chez les jeunes ont été de même détruites car elles se sont révélées interférer avec les ventes. Les gens malheureux achètent bien plus de produits inutiles.

 

Elvis n’a donc pu être employé à faire quelque chose qu’ils ne faisaient pas. Il aurait pu servir après 1977 à infiltrer des groupes pacifistes ou anti-CIA, mais il n’a pu servir à infiltrer la pègre, car elle n’existait pas. Et il n’a pu servir à infiltrer des revendeurs de drogue, car ils travaillaient déjà pour la CIA et la DEA.

 

On nous dit ensuite qu’Elvis a autorisé un agent secret à infiltrer ses « roadies » [les techniciens qui accompagnent ses tournées] de 1974 à 1976. Mais vous pouvez constater maintenant combien c’est ridicule. Tous ceux qui ont gravité autour d’Elvis étaient des agents secrets et ce depuis sa naissance.

(…)

Elvis et Aron ont continué à vivre, mais pas en tant qu’agents actifs combattant la pègre. Ils n’ont pas non plus continué à vivre avec un programme de protection de témoins, en tant que tels, car ils n’ont été témoins de rien en dehors de leur propre projet. Ils ont été protégés, mais ni plus ni moins qu’ils ne l’avaient déjà été.

 

maxresdefault (1).jpg

 

Ils se sont simplement retirés, à la manière de milliers d’autres instruments célèbres du Renseignement, comme John Lennon, Marilyn Monroe, Jim Morrison, Janis Joplin, Sharon Tate, Jimi Hendrix, John Reed, Jack London, River Phoenix, Tupac Shakur, Kurt Cobain, James Dean, Paul Walker, Robin Williams, John Belushi, Natalie Wood, William Holden, Brittany Murphy, Bruce Lee, Grace Kelly, la princesse Diana, Michael Jackson, Heath Ledger et de nombreux autres.

 

Voir sur Canularisme : liste de fausses morts célèbres

 

Toutes les personnes célèbres sur lesquelles j’ai fait des recherches jusqu’à présent ont fait partie d’un canular, je suppose donc maintenant que toute personne célèbre décédée trop tôt ou mystérieusement l’a été pour une certaine raison. Ce qui devrait être aussi votre supposition par défaut. Plutôt que d’adopter comme vrai ce qui est dit par les sources officielles, vous devriez supposer le contraire. Si elles vous disent blanc, supposez noir.

 

Source : Miles Mathis

Traduction : Apolline/BistroBarBlog

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s