Naufrage du Titanic : arnaques à l’assurance, fausses victimes et bien plus encore

 

Titanic2-copy_1340_ct

 


Titanic : une supercherie qui perdure


Titanic_White_Star_Line_Playing_Cards_Deluxe_Edition_approved_by_Cunard_1024x1024.jpg

Par Miles Mathis (2 octobre 2018)

Traduit par Apolline

 

Je n’ai encore rien écrit sur celle-là, supposant qu’on l’avait déjà fait. Je pense au livre de Robin Gardiner de 1998, « Titanic : le navire qui n’a jamais sombré« . Je ne l’ai pas encore lu mais j’ai visionné un documentaire sur YouTube qui expose les points principaux. Ça semblait couler de source, j’ai donc « classé » l’affaire.

 

Pourtant, en y revenant maintenant, ça ne me satisfait pas comme au début. C’est le danger de regarder un documentaire sans faire sa propre recherche. Je sais que ce n’est pas à faire mais là j’ai été paresseux. J’étais sûrement content de voir que quelqu’un avait fait le boulot sur le Titanic, ce qui m’évitait d’avoir à le faire. J’avais tort.

 

C’est en parcourant la page Wiki que j’y suis retourné. C’est en général mon point de départ. J’ai repéré plusieurs choses presque instantanément. D’abord, ce navire le plus célèbre du monde était étrangement loin d’être complet pour ce fameux voyage inaugural. Il n’était qu’à un peu plus de la moitié de sa capacité, ce qui me rappelle immédiatement les avions qui auraient, nous dit-on, percuté les tours le 11 septembre.

 

 

Ils étaient aussi à moitié remplis. Le Titanic pouvait accueillir 2453 passagers, mais seuls 1317 étaient à bord, ce qui ne fait que 53,7 % de sa capacité. Un autre signal d’alarme, c’est la tentative pathétique des médias pour expliquer cette anomalie : il y avait une grève des mineurs ce printemps-là en Grande-Bretagne, ce qui aurait entrainé des annulations. Mais attendez, cela n’aurait-il pas donné encore plus de prix à ce voyage qu’on avait malgré tout maintenu ? Ils auraient dû être des milliers sur la liste d’attente, ne pensez-vous pas ? – des gens dont la traversée avait été annulée et qui avaient besoin d’aller de l’autre côté de l’Atlantique ?

 

Un autre problème, c’est que les médias se trompent dans leurs calculs. Ils disent qu’il y avait 1317 passagers à bord [les chiffres ne collent pas dans le wiki en français ], mais qu’ils étaient 2224 au total (passagers et équipage), dont 1500 victimes. Si nous soustrayons, cela veut dire qu’il y avait 907 membres d’équipage à bord [889 sur le wiki français à un endroit et 885 à un autre] pour 1317 passagers – donc chaque passager aurait presque eu son propre homme d’équipage personnel ?

 

titanic

 

Et cela malgré la présence supposée de 709 passagers en troisième classe qui ne nécessitent pas autant de service. Il n’y en avait que 324 en première classe. Donc, comme je l’ai dit, les chiffres ne collent pas. Vous verrez ce que je veux dire si vous ajoutez un autre fait : beaucoup de gens en première classe voyageaient déjà avec leurs propres domestiques, ils n’avaient donc pas besoin de personnel supplémentaire sauf pour les repas. Par exemple, on nous dit qu’Astor et son épouse voyageaient avec leur majordome et leurs deux femmes de chambre.

 

Une autre indication est la capacité totale du Titanic, avec un chiffre déclaré de 3547. Dont 1094 membres d’équipage. Alors à pleine capacité, le navire aurait eu cet équipage, mais avec 53,7 % de remplissage, ils avaient 83 % de l’équipage ? Comme je l’ai dit, ça ne colle pas. Il y avait environ 320 membres d’équipage en plus du nécessaire, même si nous croyons les chiffres donnés. 212 membres d’équipage auraient survécu, je suppose donc qu’il y avait la totalité de l’équipage à bord. Les 696 autres ont juste été inventés.

 

Autre problème : sur la page consacrée à Madeleine Astor, Wiki publie un gros titre du New York Herald pour le même jour (15 avril) et ce gros titre parle clairement de 1800 à bord et de 675 qui ont péri. Ils ont donc plus que doublé depuis le nombre des morts. De plus, comment le Herald a-t-il pu composer cette histoire aussi rapidement ?

 

Le Titanic coule au « petit matin » du 15 avril et quelques heures plus tard le Herald sort l’histoire complète, avec les photos de toutes les personnalités célèbres à bord ? C’est du travail plutôt étonnant, n’est-ce pas ? C’est comme s’ils avaient déjà l’histoire écrite et illustrée avant l’événement, mais ça n’a rien de vraiment extraordinaire.

 

 

 

Vous allez me dire que ça indique le 16 avril, mais ce n’est pas ainsi que je le vois. Voyez ici aussi, où il est confirmé que le gros titre est du 15 avril. Nous y voyons que le New York Times avait aussi une histoire toute prête le 15 avril, qui parle de 1200 personnes à bord et de 655 rescapés. Le New York Tribune nous dit que 1340 ont péri, avec 886 rescapés, ce qui donne 2226 à bord.

 

Le Detroit News nous informe de 1241 disparus et de 868 rescapés, ce qui donne 2109 à bord. D’où viennent tous ces chiffres différents ? Je peux admettre une certaine confusion sur le nombre de disparus, mais comme tous les navires ont obligatoirement une liste complète des passagers et de l’équipage, le total à bord devrait être un nombre ferme. Il ne devrait pas passer de 1200 à 2226.

 

Et si nous lisons de plus près, nous voyons que le New York Times admet avoir obtenu ses informations de l’Olympic par télégraphe. Ce qui veut dire que ces chiffres venaient directement de la White Star Lines, qui devait connaître le total à bord. En tout cas, ils n’auraient pas donné à un journal un chiffre et aux autres journaux un autre. Sauf s’ils cherchaient à créer de la confusion. Il me semble que quelqu’un a décidé d’enfler le chiffre pendant la première semaine, le faisant passer de 1200 à 2200 environ.

 

poster-reproduction-titanic-white-star-line-oly.jpg

 

Une autre difficulté, c’est que Wiki nous donne une liste partielle des 68 personnalités à bord du Titanic, mais seuls 21 sont répertoriés comme ayant péri. Le taux de survie des gens riches a donc été très bon, d’à peu près 70 %. C’est très curieux aussi.

 

C’est ce qui m’a conduit en fait à ma supposition initiale : la plupart des gens répertoriés en tant que victimes ont probablement simulé leur mort, comme cela se fait aujourd’hui. Nous avons vu une longue liste de faux morts dans nos récents exposés sur le canular de Las Vegas et s’ils peuvent le faire aujourd’hui, ils pouvaient le faire à l’époque. Une recherche individuelle sur une bonne partie des noms un révèle un tas de zombis.

 

Dans le cas présent, il est probable que tous les gens riches qui avaient besoin de disparaître ont été avertis préalablement du canular du Titanic : ils ont pu se soustraire de cette manière aux procès, impôts sur la succession ou autres poursuites ultérieures, tout en touchant leur assurance-vie. Pour les autres morts simulées des deuxième et troisième classes, le navire a pu embarquer des agents du Renseignement qui auraient disparu après le sauvetage.

 

Astor sous les traits d’Henri IV de France

Et pourquoi auraient-ils pris cette peine ? Premièrement, parce qu’il y avait apparemment beaucoup de riches qui avaient besoin ou souhaitaient disparaître en 1912, comme John Jacob Astor. Ils savaient peut-être que la première guerre mondiale arrivait et ils avaient besoin de disparaître.

 

Deuxièmement, parce que le canular était bien plus crédible s’il semblait y avoir un grand nombre de morts. Si ce navire avait coulé sans victimes, les compagnies d’assurance et le public auraient naturellement eu des doutes. Mais avec des gens comme le capitaine et Astor qui coulent avec le navire, on éloigne les soupçons.

Parlant de soupçons, nous découvrons que le nez d’Astor a été corrigé sur de nombreuses photos en ligne. Voyez celle-ci sur Findagrave :

 

 

Et comparez-là à ce cliché plus tardif :

 

 

 

Pensez-vous qu’il se soit fait refaire le nez ? Non. Alors, que cachent-ils ici ? Comme d’habitude : c’était un crypto-juif.

Il me semble donc maintenant que le livre de Robin Gardiner était une diversion ou une erreur. Je pense toujours qu’il a eu raison sur l’échange du Titanic avec l’Olympic [article sur le BBB, lire ICI et ICI] et sur la fraude à l’assurance, mais il semble qu’il s’arrête dès les préliminaires avant de dénicher du plus gros. Ce qui pouvait être sa mission. Par exemple, il est curieux que Wikipédia ait une page sur Gardiner et une autre sur sa théorie.

 

Il m’apparait même qu’on l’a aidé, car aussi bien sur la page Gardiner que sur la page des théories alternatives sur le Titanic, on lui accorde dix paragraphes sans une seule réfutation. Ce n’est pas ce qu’on espère. Le font-ils pour chacun de mes articles ou livres ? Gardiner lui-même émet de nombreux autres signaux d’alarme, car il est d’Oxford et son père était militaire. Le nom de ce père délivre un énorme indice car on le donne comme Harold Gardiner.

 

Savoir qu’il y a eu un Harold Gardiner Bowen qui était un vice-amiral (3 étoiles) américain et chef de l’Office of Naval Resarch [Bureau de la Recherche Navale]dans les années 1940 pourrait vous intéresser. Il a participé aussi à la première guerre mondiale. Ce qui signifie qu’il était un agent. Le Bureau de la Recherche Navale n’est pas le même que le Bureau du Renseignement Naval, mais ils travaillent étroitement de concert. Bowen a aussi été impliqué dans le Projet Manhattan via le Laboratoire de la Recherche Navale, qu’il dirigea de 1939 à 1941.

 

Le fils de Bowen devint aussi vice-amiral et il dirigea l’enquête sur l’incident du Pueblo. Le USS Pueblo était un navire-espion qui aurait été capturé par la Corée du nord en 1968, une semaine avant l’offensive du Têt. La Corée du nord l’a conservé comme trophée de musée, bien qu’officiellement le navire soit toujours un vaisseau en service actif ! Ce qui veut dire que toute l’affaire était un autre canular.

 

AP_18161325572757_c0-101-2500-1558_s885x516.jpg

 

Ces Bowen étaient aussi des Rhode, car la mère de Bowen Sr était une Rhode et ils étaient de Rhode Island. Bien entendu ces Bowen venaient aussi du Massachusetts, car nous les voyons dans mon article sur Lizzie Borden. Ils ont aussi un lien avec Salem. Pourtant Geni expurge le côté maternel de l’amiral Bowen, ce qui nous empêche de suivre la lignée Gardiner. Mais les Gardner/Gardiner sont connus comme étant les premiers colons de Rhode Island, ayant épousé les Bowen et les Rhode plusieurs fois.

 

Nous trouvons en fait un Harold Gardiner dans la pairie, caché comme Harry Gardiner. C’était le fils du Lt. Col. Stephen Gardiner et il épousa une Minchin, reliée aux Fisher. Il est aussi relié aux MurrayClarkeBartlett et King. Ce qui nous relie probablement aux Gardiner de Rhode Island, car ils y étaient parents des mêmes familles. Ils étaient reliés également aux Rathburn, nous donnant un lien avec le canular de l’assassinat de Lincoln. Encore mieux, en 1884, nous trouvons George Minchin de cette famille épousant Naomi Clarke, fille d’une femme Smith inconnue.

 

Pourquoi ce Smith inconnu, quand le nom de son père est connu comme Richard Smith d’Australie ? Peut-être parce qu’il nous relierait à Edward Smith, le capitaine du Titanic et précédemment capitaine de l’Olympic. Son frère est aussi donné comme « Smith inconnu ». Ce Smith inconnu aurait-il le bon âge pour être Edward Smith ? Eh bien, si Naomi s’est mariée en 1884, elle serait née aux environs de 1866. Sa mère serait née aux environs de 1848. Le capitaine Edward Smith est né en 1850, nous avons donc une correspondance possible.

 

Comme Robin Gardiner habitait Oxford, nous pouvons le relier aux Gardiner de la pairie étant aussi à Oxford. Voyez Patrick Lancaster Gardiner, décédé en 1997 à Oxford, dont la mère était une Lancaster (expurgée) et dont la tante épousa le baron Robbins. Robbins a enseigné à la London School of Economics et il était président du Financial Times.

 

Ses parents sont expurgés. Son fils Richard épousa une Dobbs, fille du brigadier Dobbs, dont la mère était une Atkinson. Ceci peut nous ramener à Stephen Hawking, qui, je l’ai montré la semaine dernière était un Atkinson de la pairie. Quoi qu’il en soit, Patrick Gardiner a épousé Susan Booth (expurgée aussi), mais nous savons quoi penser de ce nom.

 

Nous pouvons aussi lier les Gardiner à la reine, car en 1942 une Charlotte Gardiner a épousé Douglas Gordon Bowes-Lyon, des comtes de Strathmore. La reine-mère était une Bowes-Lyon. Il est donc tout à fait étrange de trouver cette Charlotte expurgée. Une personne de rien ne se marie pas avec le petit-fils d’un comte. Ce qui lie aussi les Gardiner aux Drummond, Cholmodeley, Stewart et Percy (ducs de Beverly). Le frère de Douglas Bowes-Lyon, Hubert, a épousé un Jacobs d’Afrique du sud en 1943 et leur fille est allée à l’université de Tel Aviv.

 

Le co-auteur de Robin Gardiner, Dan van der Vat, envoie aussi de nombreux signaux d’alarme. Il était au Times et au Sunday Times de Londres en 1965, finissant comme chef de bureau en Allemagne. Il passa au Guardian en 1982 et continue d’écrire pour eux à ce jour. Pas le genre de personne qu’on imaginerait s’amuser avec le canular du Titanic. Il a écrit 14 livres, celui avec Gardiner étant le seul où il est co-auteur. Tous ses autres livres sont des livres d’histoire grand public.

 

Le capitaine Edward Smith est aussi un drôle d’oiseau, avec une très mince biographie. Il semble que nous ne devons pas à en savoir plus sur lui. Juste pour que vous le sachiez, il y a 27 Edward Smith dans la pairie, et plusieurs sont également expurgés. En d’autres mots, ils pourraient être le capitaine Edward Smith et nous ne le saurions jamais. Il est cependant intéressant que Frederick Smith, 1er duc de Birkenhead, était membre du Parlement au moment de la fraude du Titanic.

 

Il a plusieurs liens avec Oxford aussi, il y est allé et y a donné des conférences. Il s’est marié là-bas aussi. Le père de son épouse était révérend et membre de Corpus Christi d’Oxford. Ce duc Smith était déjà conseiller privé en 1911. Il devint Lt. Col. pendant la guerre et il était ministre de la justice. Il devint chancelier en 1919. Il était directeur de Tate and Lyle, une grosse raffinerie de sucre. Il fut aussi directeur de Imperial Chemical Industries après 1926 – le plus grand fabricant de Grande-Bretagne.

 

Corpus-Christi-College-Oxford.jpg

 

C’était le meilleur ami de Churchill. Encore plus curieux, c’est que son histoire, en tant que capitaine, est presque entièrement expurgée. À thepeerage, il semble sortir de nulle part. Voyant qu’il a toujours été un conservateur pur et dur, cela semble très improbable. Il vient presque certainement de l’un des baronnets Smith. Peut-être les Smith, baronnets du Devon, qui étaient propriétaires de navire et aussi dans les assurances navales.

 

Voyez le 2ème baronnet, Sir Willie Reardon-Smith, né en 1887, directeur de Leeds Shipping Company, Devon Mutual Steamship Insurance Association et UK Mutual Steamship Assurance Association. Si nous pouvons relier ces baronnets Smith à l’événement du Titanic, cela indiquerait que les compagnies d’assurance étaient quelque peu au courant de la fraude.

 

Vous vous demanderez comment une compagnie d’assurance peut s’escroquer elle-même, mais il y a moyen. Par exemple, les primes sont censées aller dans une cagnotte, avec les requérants indemnisés à partir de cette cagnotte. Mais supposons que la cagnotte soit vidée pour payer une énorme déclaration frauduleuse, avec une partie de l’argent renvoyée à certains directeurs de la compagnie d’assurance.

 

Celle-ci se déclare ensuite en faillite et les directeurs dissimulent leur rentrée d’argent imprévue. Bon, dans ce cas, les perdants sont les ignorants actionnaires de la compagnie et les ignorants assurés – dont les polices sont maintenant sans valeur. Même si les directeurs sont condamnés à une amende ou doivent liquider certains biens, s’ils gèrent bien la combine, leurs gains dépasseront de loin leurs pertes.

 

Ce qui bien sûr nous rappelle tout l’argent gagné dans cet événement avec la fraude à l’assurance-vie. Comme l’histoire officielle a parlé d’accident, beaucoup de polices allaient payer des indemnités doubles ou triples. Combien la fausse veuve Astor a-t-elle touché pour la fausse mort de son mari, par exemple ? Comme c’était l’un des hommes les plus riches d’Amérique en 1912, cela a dû être une somme prodigieuse.

 

Pensez-vous qu’Astor ne savait pas comment escroquer les compagnies d’assurance ? Il était propriétaire de plusieurs compagnies d’assurance, je pense donc qu’il avait des informations privilégiées, d’accord ? À l’évidence, celui qui veut mettre à jour le canular du Titanic devra suivre la piste de Robin Gardiner sur la fraude à l’assurance mais il faudra aller plus loin que lui. Il n’a dévoilé qu’un niveau sur dix.

 

On nous dit par exemple que la Lloyd de Londres assurait le Titanic et qu’elle avait dû sortir à peu près 10 millions de dollars pour la seule perte du navire. C’est selon le Denver Post de 1912. Mais ce même article déclare que la Lloyd n’avait que 15 millions de dollars en dépôt, ils n’ont donc perdu que les 2/3 de leur fonds. Ils auraient dû être catastrophés, mais ce ne fut apparemment pas le cas, il y a donc quelque chose ici qui ne colle pas. On nous dit qu’ils ont payé la totalité dans les 30 jours.

 

lloyds-of-london.gif

 

Cela ne sonne pas juste non plus, car aucun de nous n’a vécu cette expérience avec les compagnies d’assurance. Ils trainent habituellement les pieds pour la moindre broutille. Mais nous sommes supposés croire qu’ils ont pu faire une enquête complète sur le fiasco du Titanic en moins de trente jours, alors qu’il s’est produit en plein milieu de l’Atlantique nord ?

 

Notez aussi la date de cet article du Denver Post : 16 avril, le lendemain. Sommes-nous supposés croire qu’ils ont écrit cette vitrine pour Lloyd’s pendant la nuit ? N’avaient-ils rien de mieux à rapporter dans les premières 24 heures que cette brillante mise en valeur de la compagnie d’assurance ? Allons ! C’est en soi un très gros indice.

 

Il est curieux aussi qu’on nous dise que la Lloyd était impliquée dans le développement et la mise en service du télégraphe sans fil qui fut utilisé pour la première fois avec le Titanic, mais qui n’a pas été d’une grande utilité. Mais souvenez-vous, nous ne savons pas ce qu’ont vraiment dit les télégraphes. Le sans fil aurait pu servir pour appeler à l’aide mais aussi pour coordonner une fraude massive en mer, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

Ce qui nous ramène à Astor. On nous dit qu’il faisait partie des 333 corps repêchés, bien que son cadavre n’ait été identifié qu’après plusieurs jours. D’accord. Notez 333, ce joli nombre maçonnique. Et comme un cadavre pourrait-il être identifié plus tard, quand il ne l’a pas été immédiatement ?

 

Bien que de nombreux rapports de témoins aient dit que le corps d’Astor portait de graves blessures après qu’il soit tombé des cheminées [ou qu’il se battait contre une pieuvre géante, je suppose], les pompes funèbres ne les ont pas mentionnées. Ce qui indique bien sûr que le cadavre n’était pas celui d’Astor. Le service funéraire s’est passé le 3 mai [3/5] et cela donne 8. C’est 18 jours plus tard, nous pouvons donc supposer que ce n’était pas à cercueil ouvert : cela aurait empuanti tout l’endroit. Il est enterré au cimetière Trinity.

 

Rappelez-vous aussi que Mme Astor était enceinte au moment du voyage sur le Titanic, mais mystérieusement elle n’a pas fait de fausse-couche, que ce soit suite au drame ou au décès supposé de son mari. Nous avons vu un mystère identique pour le canular du bébé Lindbergh, où Mme Lindbergh enceinte n’a souffert d’aucun traumatisme quand son premier bébé a été exhumé d’une tombe superficielle, à moitié mangé par des animaux.

 

Je suggère que Mme Astor n’est jamais allée sur le Titanic, car en créant un tel canular, la présence à bord d’une femme de milliardaire enceinte n’était pas souhaitable de toutes façons. Elle devait probablement se faire rôtir sur le pont du RMS Carpathia, en mangeant des figues et en jouant aux palets.

 

 

 

C’est tout aussi étrange. C’est une photo de la tombe d’Astor au Trinity. Il y est commémoré comme John J. Astor. Avec un point après Astor, comme vous pouvez le voir mais sans le IV. Pourquoi y-a-t-il besoin d’un point ? Et comme il a été enterré près de ses homonymes, comment peut-on faire la différence entre une tombe et une autre ?

 

Comment savoir que c’était le IV et non le I, II ou III ? De même, pensez-vous vraiment que l’homme le plus riche d’Amérique ne pouvait se payer les quatre lettres supplémentaires de son deuxième prénom sur sa tombe ? A-t-il besoin de raccourcir Jacob par un J ?

 

Poursuivons avec un autre problème. Dans ces histoires, Astor est réputé comme faisant partie des hommes les plus riches du monde à l’époque. Mais John D. Rockefeller était en vie en 1912 et selon Wikipédia et Forbes, il pesait 400 milliards de dollars en 1913. Astor aurait pesé 2,2 milliards de dollars. Encore une fois, ils ne peuvent donc pas rester cohérents. J.P. Morgan mourut en 1913 à la tête d’une fortune d’environ 3 milliards et Rockefeller disait que « ce n’était pas un homme riche ».

 

On est donc supposé croire que les Astor avaient dilapidé leur argent depuis 1850, quand tout le monde admet qu’ils étaient la plus riche famille d’Amérique ? C’est tout à fait improbable, car – comme les Rockefeller – ils étaient dans le monde de la banque. En tant que banquiers, ils savaient comment faire fructifier leur argent, pour augmenter leur richesse tous les dix ans.

 

Les Rockefeller possédaient à peu près un trilliard en 1930 et l’ont multiplié plusieurs fois depuis lors. Pareillement, nous pouvons supposer que les Astor valaient au moins 500 milliards en 1912, faisant de la déclaration de 2,2 milliards un nouveau gros mensonge. Si Astor n’a pas touché au minimum 10 millions sur sa seule assurance-vie, je serais très surpris.

 

rockefeller-brothers.jpg

 

Avez-vous idée comme il serait facile pour quelqu’un comme Astor de se cacher ? Ces gens ont d’immenses résidences partout dans le monde, alors simuler une mort n’est pas gênant du tout. Ce n’est pas comme s’ils ne devaient jamais quitter leur résidence. Astorn’avait même pas besoin de voyager dans des transports publics comme le Titanic.

 

Ces gens ont leurs yachts privés ou peuvent demander à leurs cousins grecs milliardaires de les emmener n’importe où sans être inquiétés par les agents douaniers. Les règlements ne s’appliquent pas à eux. Nous pouvons supposer qu’il y a des gens très fortunés dont vous n’avez jamais entendu parler : ils n’ont jamais réellement existé. Ils n’ont pas besoin de simuler leur mort car ils n’ont jamais été officiellement en vie. Je pense que ce sont ces gens qui dirigent en fait le monde.

 

Nous pouvons déjà voir que la fraude du Titanic fait penser à une conspiration menée par les compagnies d’assurance elles-mêmes. Ce que je pense à ce stade est que Robin Gardiner avait un lien quelconque avec Lloyd’s de Londres et ils l’ont embauché pour jeter le discrédit sur la White Star Lines. Comme White Star n’existe plus, elle peut jouer le rôle de bouc émissaire. Gardiner en fait donc des méchants tout en continuant à blanchir Lloyd’s, les Astor et bien d’autres gens ou à détourner notre attention.

 

postcard-white-star-line.jpg

 

Cela en tête, nous devons étudier de plus près Lloyd’s. C’est un signal d’alarme monumental dès le départ, car ce n’est pas réellement une compagnie d’assurance en soi. C’est un ensemble de compagnies et d’individus ou un regroupement qui ont fusionné pour assurer les risques. Elle a été créée par une loi du Parlement en 1871 (bien qu’elle existe depuis 1686) et c’est l’une des plus grosses compagnies mondiales. Pour 2017 seulement, elle a touché 37 milliards de livres en primes et – comme les casinos – nous pouvons supposer qu’elle n’en a reversé qu’une petite fraction.

 

Curieusement, nous découvrons qu’un LloydAct a été passé par le Parlement en 1911, juste quelques mois avant le canular du Titanic. On a même un indice avec la date de la loi : 18 août 1911. Ou 18/8/11. Des « uns » et des « huit », comme d’habitude. C’était une loi pour « étendre les objets de Lloyd’s et lui conférer des pouvoirs supplémentaires ». L’un des objets était d’étendre la garantie maritime de départ à toutes sortes d’assurances, comme l’assurance-vie et toutes les assurances des entreprises [clause 3].

 

Une autre extension importante était de créer l’un des principaux objets de la société « collecter, publier et diffuser des renseignements et des informations ». En d’autres mots, Lloyd’s est devenu partie intégrante de la communauté mondiale du Renseignement grâce à une loi parlementaire.

 

Tout ceci s’est produit quelques mois seulement avant le canular du Titanic. Coïncidence ? Sans blague. Notez aussi le « et diffuser » de la citation. Lloyd’s n’avait pas simplement l’approbation pour collecter des renseignements, mais celle aussi pour les diffuser. Diffuser des renseignements, ne serait-ce pas… de la propagande ?

 

Astor avait-il donc une police d’assurance-vie à Lloyd’s ? Bien qu’on imagine Lloyd’s comme étant britannique, la moitié de leur entreprise se trouve en Amérique du nord et seulement 29 % en Europe. Ma supposition est que la police d’Astor était garantie par Lloyd’s. Idem pour les polices d’assurance-vie d’autres gros bonnets, comme Guggenheim, etc.

 

La section 6 est également importante, elle déclare que dans les six mois [ce qui tombe le 18 février 1912] le capital-social de la société sera transféré par les administrateurs à la société elle-même, avec les administrateurs abandonnant leur capital confiance. Selon la section 7, les fonds et la propriété de la société et de tout apport associé était par la suite « pour le bénéfice des membres de la société conjointement ».

 

Autrement dit, l’ancien trust était dissous et les membres étaient maintenant propriétaires de la compagnie directement. Cela peut sembler génial en apprence pour les membres, mais les laisse en fait extrêmement vulnérables car ils ne sont plus couverts par le trust. Vous verrez pourquoi c’est important dans un moment.

 

 

 

Ceci en tête, nous pouvons nous intéresser à Cuthbert Heath, l’un des célèbres directeurs de Lloyd’s en 1912.

[Je vous épargne la généalogie, qui conclue que Heath faisait partie de la noblesse.]

(…) Une découverte intéressante, Heath and Lloyd’s ont vendu des tonnes d’assurance anti raids aériens, assurant contre le risque de bombardement stratégique allemand pendant la 1ère guerre mondiale. Nous pouvons supposer qu’ils ont fait de même pour la deuxième guerre.

 

Ce qui remet en mémoire mon article sur le bombardement de la Grande-Bretagne, où j’ai montré qu’il y a eu imposture, suggérant même que la RAF aurait pu attaquer ses propres concitoyens. (voir l’article du BBB) Bien, nous pouvons maintenant y ajouter ce que nous venons de découvrir sur Lloyd’s, admis comme faisant partie du Renseignement britannique depuis 1911.

Un autre directeur de Lloyd’s de cette période était Henry Lyons qui devint plus tard baronnet puis baron Ennisdale. Il est probablement lié aux Bowes-Lyons et à la reine.

 

OK, si on suppose que Lloyd’s a joué les escrocs ici, quel type d’escroquerie était-ce ? Ce ne peut être celle décrite ci-dessus, car Lloyd’s ne s’est pas déclaré en faillite. La conspiration préférée de nos jours serait que la compagnie soit « ré-assurée » par l’état pour qu’en cas de pertes catastrophiques, elle puisse être renflouée par les contribuables. Contribuables et Trésor sont les repères.

 

Nous avons vu ce type d’arnaque fortement pratiqué ces vingt dernières années. Ce scénario exige une corruption effrénée, car de grosses sociétés peuvent simuler des pertes et en être remboursées. Lloyd’s était-il garanti par le Trésor anglais ? Ce n’est pas admis, mais c’est possible. Il y a eu bon nombre de ré-assurances, ces ré-assureurs – quels qu’ils soient, de l’état ou privés – ont pu être les points de repère.

 

Un scénario identique est suggéré par le fait que Lloyd’s avait commencé à étendre ses membres de base depuis les années 1870, en autorisant bien plus d’assureurs dans l’équipe. Ces assureurs de moindre importance ont pu être pris pour cibles par les grandes compagnies de départ et on les a autorisés à prendre les pertes. Comment cela fonctionne-t-il ?

 

Je ne sais pas, mais supposons que les grandes compagnies d’assurance avaient conclu un marché avec l’énorme souscripteur qu’était White Star Lines, par lequel White Star leur reversait une bonne partie du remboursement, avec l’assurance qu’aucune enquête ne serait faite? Ce qui obligeait les petits assureurs – qui n’étaient pas dans le coup – à faire le remboursement. Ils devaient couvrir les pertes eux-mêmes. Comme ils n’étaient ni ducs ni comtes, ils pouvaient bien couler.

 

Existe-t-il une preuve que ça s’est passé ainsi ? Oui, car Lloyd’s a élargi l’arnaque dans les années 1960 et c’est assez bien admis par Wiki, mais il faut lire entre les lignes. Lloyd’s avait 6000 membres environ quand l’ouragan Betsy a frappé, mais la perte de 50 milliards de livres a conduit à un exode massif des adhérents, indiquant qu’ils avaient été ruinés. Pour regarnir ses coffres, Lloyd’s a tout d’abord commandé une enquête interne secrète dirigée par Lord Cromer, qui avait été gouverneur de la Banque d’Angleterre.

 

Il était bien entendu digne de confiance. C’est aussi pourquoi il fallait le secret. Les gens honnêtes ont toujours besoin d’enquêtes secrètes, d’accord ? On ne connaît pas les résultats du rapport, même si je soupçonne qu’ils ont découvert ce que je viens de vous dire, que Cromer avait été engagé pour les dissimuler. Il recommanda ensuite une ouverture plus large à d’autres adhérents, pour faire entrer de nouveaux pigeons encore plus stupides.

 

Ils ont ouvert l’intégration à des non-britanniques et aux femmes, en supprimant le prérequis de capitalisation. Ce qui autorisait des investisseurs de moindre importance. Et surtout, la responsabilité de ces nouveaux pigeons était illimitée – ce qui veut dire que leurs biens personnels étaient à risque, pas uniquement leur investissement chez Lloyd’s. Difficile de croire que quelqu’un ait signé cette escroquerie, mais beaucoup de gens l’ont manifestement fait.

 

Dans les années 1970, le gouvernement britannique a autorisé Lloyd’s à expatrier ses capitaux pour éviter les taxes. Ce n’est compréhensible que si ceux qui possèdent Lloyd’s possèdent aussi le gouvernement britannique. Lloyd’s devint aussitôt une niche fiscale et toutes sortes de fraudes nouvelles ont été encouragées – ce qu’admet Wikipédia.

 

(…)
C’est admis aussi dans l’histoire du scandale Sasse des années 1970, qui a été en partie révélé. Il y est admis que les « risques souscrits étaient truqués : des bâtiments délabrés dans des bas quartiers comme ceux du Bronx de New-York ont été incendiés après avoir été assurés pour de grosses sommes. » Ce qui prouve amplement l’implication de ces compagnies d’assurance dans ce genre d’arnaque et nous devons supposer que cela a marché avec une grande partie de l’argent remboursé par les assureurs.

 

Ils admettent aussi que ça a fonctionné en ciblant les petits assureurs du groupement qui ont été rendus responsables des pertes. Dans les récits grand public, ils prétendent que l’assureur en chef, Dennis Harrison, n’était pas un assureur approuvé par Lloyd’s, que c’était un mafioso qui avait dupé la société mais ce n’est qu’une couverture. Il semble malgré tout que ce fut découvert en raison des procès intentés par ces petits assureurs après avoir réalisé qu’on les avaient arnaqués.

 

Mais ils n’y ont réussi que partiellement, en ne réduisant leurs pertes que d’environ 55 %. Étonnamment, Lloyd’s a échappé au blâme. Et les gros assureurs ont échappé aux enquêtes, sûrement parce qu’ils possédaient les tribunaux. C’est parce qu’après 1911, Lloyd’s était en fait un fantôme. Légalement ils n’existaient plus, sauf par le nom. Légalement, les assureurs individuels épaulaient toute la responsabilité financière, la « Société » était donc intouchable. En bref, la « Société » disparut dans les brouillards de Londres.

 

Une chose semblable s’est produite à la fin des années 80 avec l’explosion de la plate-forme pétrolière Piper Alpha. Par une ré-assurance, de nombreux petits assureurs ont été exposés de multiples fois et un grand nombre a disparu. Ce qui nous fait penser à mon article sur la catastrophe du Deepwater Horizon, où je suggérais que ça pouvait être aussi une imposture. C’était sans aucun doute une occasion de fraude à l’assurance, bien que je n’ai rien lu à ce sujet.

 

À ce qu’on dit Lloyd’s était aussi l’un des assureurs des Twin Towers le 11 septembre et ils furent parmi ceux qui remboursèrent Larry Silverstein. Ce qui donne un tour tout à fait nouveau à cet événement, laissé plus ou moins de côté jusqu’à maintenant. Je ne sais si quelqu’un a suggéré que les assureurs étaient impliqués dans cette fraude, mais permettez-moi d’être le premier. Je vous prie de remarquer combien cet événement ressemble à celui du Titanic, tant côté assuré qu’assureur.

 

Larry Silverstein.jpg

 

Il a été déjà suggéré qu’un point important de l’événement du 11 septembre était de se débarrasser des bâtiments qui n’étaient plus rentables, insalubres et ne pouvaient le redevenir sans des pertes ruineuses. Il a été démontré que Larry Silverstein a tiré un gros profit de cet événement, mais il n’a jamais été démontré pourquoi les assureurs n’ont pas enquêté correctement et trouvé ce que des chercheurs « conspirationnistes » privés ont découvert très rapidement sans trop d’effort.

 

Comme Lloyd’s possède un très large département de collecte d’informations, il semblerait étrange qu’ils aient failli à découvrir ces choses et n’aient jamais rapporté une anomalie au tribunal. Notez aussi que le 11 septembre n’a pas uniquement des ressemblances avec le Titanic, comme un clone des années plus tard, il semble aussi analogue à l’événement décrit plus haut, le scandale Sasse, où les « risques souscrits étaient truqués : des bâtiments délabrés dans des bas quartiers comme ceux du Bronx de New-York ont été incendiés après avoir été assurés pour de grosses sommes. » Les Tours jumelles ne font-elles pas penser maintenant à une version à plus grande échelle de la même escroquerie ?

 

Vous rétorquerez que je n’ai aucune preuve que Lloyd’s était impliqué dans le 11 septembre ou le canular du Titanic, ce qui est assez vrai. Tout ce que j’ai présenté relève de présomptions. Ma ligne de raisonnement ici est pourtant assez évidente. J’ai rédigé tout ceci en moins de 24 heures, il n’a donc pas fallu beaucoup de recherche pour en arriver à cette conclusion. Seule une série d’indices évidents était nécessaire.

 

Il est certain que celui qui se pencherait dessus pourrait faire un bon dossier avec plus de travail et la seule consolation des gouvernants, c’est qu’il semble n’y avoir personne qui s’occupe de ce genre de trucs. Les petits assureurs du Titanic sont morts depuis longtemps et leurs descendants n’ont aucune raison de rouvrir le dossier. Les procès pour le 11 septembre sont terminés aussi et comme aucun petit assureur n’a reniflé de fraude, il est douteux qu’ils lisent cet article et cherchent à faire la lumière.

 

Tout peut donc sembler théorique. Ce qui me convient : je n’ai été engagé ni par la défense ni par l’accusation et je ne suis ici que pour résoudre un cas pour ma propre édification, tout comme vous sans doute. Oui, cela me découragera de souscrire une assurance mais comme je ne possède rien de rien, c’est aussi vide de sens.

 

J’avais déjà décidé que l’assurance était une arnaque bien avant de découvrir tout ceci, cela ne changera donc nullement mes croyances. Par ailleurs, je ne pense pas m’occasionner des risques. Toutes les assurances sont des paris contre soi et c’est donc tenter le destin et un mauvais karma.

 

Pendant que j’y suis, je pourrais retourner aussi à la page Wiki sur le Titanic pour tenter d’y extraire d’autres informations. Tout ce que je regarde ces temps-ci tend à s’écrouler comme un château de cartes, je suppose que je dois continuer. La première chose que je remarque, c’est Gladys (surnommée Millvina) Dean, supposée la dernière survivante du Titanic. Elle avait 2 mois en avril 1912.

 

 

 

En tout premier lieu, le nom Gladys Dean indique qu’elle était probablement juive. Sa page comporte plusieurs anomalies, la première étant que sa mère avait 33 ans en 1912. La seconde, c’est que son frère Bertram serait mort un 14 avril, date anniversaire de l’événement. La troisième, le deuxième nom de ce frère était Vere, probablement relié à cette famille de Vere. C’étaient les comtes d’Oxford, et l’un d’eux fut impliqué dans le canular Shakespeare. La quatrième, c’est son prénom Bertram, qui est un autre nom de la pairie.

 

Vous trouveriez beaucoup plus probablement ce nom en première qu’en troisième classe. La cinquième est qu’on nous a dit que Millvina et Bertram ont été élevés grâce à des fonds de secours aux rescapés. Quels fonds ? Leur père avait la trentaine et il partait au Kansas pour devenir propriétaire avec son cousin d’un bureau de tabac.

 

Alors pourquoi cette pension ? Et comment ce voyageur de troisième classe pouvait-il se payer un bureau de tabac ? La sixième anomalie est que Millvina n’apparait dans la promotion du Titanicqu’à 70 ans passés. Je suppose que c’est parce que le Titanic n’a pas fait parler de lui avant les années 1990.

 

[Ajout du 3 octobre : en fait, j’ai découvert ensuite un lien probable entre cette femme Dean et le capitaine du Titanic, Edward Smith. J’avais fait un lien entre Smith et les baronnets Smith par le biais du nom Melville. Ce qui m’a permis de découvrir un Abel Smith de cette lignée Melville qui a épousé une Calvert en 1826. Le frère de cette femme, deuxième baronnet, a changé son nom Calvert en Verney et a épousé la fille de l’amiral Sir George Hope-Vere. Nous venons de voir Bertram Vere Dean, le frère de Millvina Dean. Ce qui indique que Dean et le capitaine Smith étaient des parents proches et tous deux de la pairie. On ne vous a pas dit ça, hein?]

 

On nous apprend que le Carpathia a récupéré 705 personnes, je suppose donc que c’était la totalité présente à bord. Moins 212 de l’équipage, cela ferait 493 passagers, ce qui semble à peu près correct. Comme c’était un événement supervisé, soit la liste des passagers était truquée, soit celle de l’équipage ou les deux. La liste du Carpathia était probablement truquée aussi, car ce navire faisait partie du canular.

 

Il a pu récupérer plus de 705 personnes. Les listes du Titanic pouvaient être gonflées de plusieurs manières, ce que nous avons vu dans des canulars plus récents. Elles pouvaient comporter des gens morts récemment d’autres causes, nous devrions donc rechercher une prépondérance d’anciens à bord. Elles pouvaient inclure les noms d’agents internationaux qui avaient besoin de disparaître cette année-là dans le cadre de leur besoin de dissimulation. Et elles pouvaient comporter des noms simplement inventés. Ces noms inventés incluent souvent une sorte de plaisanterie interne.

 

Plus bas sur la page, nous avons une très grosse anomalie. Il est supposé que des navires canadiens seraient arrivés les premiers sur la scène après le sauvetage des survivants par le Carpathia. Ces navires canadiens devaient récupérer les corps, mais il y en avait trop. Aussi le capitaine Larnder du Mackay-Bennett décida de ne conserver que les cadavres des passagers de 1ère classe, en renvoyant les passagers des deux autres classes et les membres de l’équipage par dessus bord.

 

Cela n’a évidemment aucun sens. Ce qui indique que ces passagers de 2de et 3ème classe n’ont jamais existé. En fait, il n’y a aucune preuve de leur existence ou du moins de leur mort. Toutes les preuves ont été commodément « enterrées en mer » comme d’habitude. De plus, comment exactement le capitaine Larnder et ses hommes ont-ils pu se rendre compte de qui était dans telle ou telle classe? Avaient-ils tous le talon de leur billet dans la poche après avoir flotté sur l’océan pendant plusieurs jours ? Ou n’a-t-il repêché que ceux portant un smoking et un chapeau haut de forme ?

 

Bien que les Canadiens n’aient repêché que les gens d’apparence riche, un tiers des cadavres n’a jamais été identifié ni réclamé. Vraiment ? Un tiers des passagers de 1ère classe n’avait aucun parent et personne ne les recherchait ? Presque tous les corps collectés (150) n’ont jamais été réclamés et furent inhumés collectivement à Halifax. Encore une fois, vraiment? Est-ce ce qu’on s’attend à croire ça ? Qu’après avoir recueilli uniquement les passagers noyés de 1ère classe, 150 n’ont jamais été réclamés et ont été déposés dans une fosse commune de Nouvelle-Écosse ?

 

Trois autres corps provenant d’un canot de sauvetage gonflable « A » furent jetés à la mer sans cérémonie par le RMS Oceanic, sans effort d’identification. L’Oceanic n’avait pas l’excuse bidon du Mackay-Bennett car il ne récupéra qu’une douzaine de survivants. Il ne pouvait déclarer qu’il n’y avait pas de place à bord pour trois corps supplémentaires.

 

8c356d48aa9216246a714abdd5dc7e61.jpg

 

On nous dit ensuite en juin que les derniers navires d’assistance rapportaient que les gilets de sauvetage avaient eu des soucis et que les derniers corps avaient sombré dans l’océan. Encore une fois, QUOI !? Nous sommes supposés croire que non seulement le capitaine Larnder a ordonné de renvoyer les cadavres avec leurs gilets de sauvetages dans l’océan mais que quelqu’un a ordonné à tous les autres navires de laisser les corps sur place sans faire l’effort de les récupérer ?

 

Est-ce logique pour vous ? Parce que ces centaines de cadavres étaient de 3ème classe ou de l’équipage, ils n’étaient que des « débris flottants » ? Personne ne recherchait ces gens ou leurs corps ? Aucune plainte aux US ou en Europe des membres de la famille ? Imaginez que cela se produise aujourd’hui.

 

Pensez-vous que des centaines de cadavres avec des gilet de sauvetage soient laissés à flotter pendant deux mois à la vue de nombreux bateaux d’assistance ? Le fait que personne ne cherchait ces gens ni n’élevait la voix aux US indique qu’ils n’existaient pas. Toute l’histoire a été inventée. Et pourtant malgré l’absurdité de l’histoire, on nous la sert encore 106 ans plus tard et j’ai idée que la plupart des gens la gobent.

 

J’ai ensuite tenté d’accéder à la liste des décédés à titanicfacts.net, mais j’ai eu accès refusé, même avec une page mise en cache. Je suis allé à la place sur le Belfast Telegraph, mais il n’a que la liste de A à Pa. Je suis donc retourné sur Wikipédia. La première chose que j’ai notée, c’est que la liste n’inclut pas le majordome d’Astor, bien qu’il soit répertorié ailleurs. Ce Victor Robbins n’est pas non plus répertorié avec les passagers de 2de ou 3ème classe.

 

On nous dit plutôt que Mme Astor avait une femme de chambre et une infirmière. C’est curieux, car Mme Astor n’avait pas d’enfant. Elle était juste enceinte. Alors pourquoi le besoin d’une infirmière ? On répondra que c’est parce qu’elle était enceinte. Elle pouvait avoir besoin de soins médicaux ou d’une sage-femme. Non, elle était en début de grossesse, même pas visible, il n’y avait donc aucun besoin d’une infirmière.

 

La chose suivante que j’ai remarquée, c’est que celui qui a fabriqué cette liste, quel qu’il soit, n’aimait pas les voyelles, surtout le « E ». Statistiquement, il y a bien trop peu de patronymes commençant par des voyelles, surtout en 1ère et 2nde classe. Seule la lettre « A » est représentée pour coller aux statistiques. Toutes les autres voyelles sont utilisée trop peu fréquemment pour que ce soit une liste réelle.

Une autre chose curieuse sur cette page est que certains numéros n’ont pas servi, juste pour que le total puisse faire 333. Par exemple, ils ont sauté les numéros 324 et 325 sans raison apparente.

 

J’encourage mes lecteurs à étudier cette liste pour d’autres anomalies mais je n’en ai pas le courage maintenant. Je souhaite retourner vers des passagers très en vue comme Astor. L’un d’entre eux était Benjamin Guggenheim, le père de Peggy Guggenheim des musées du même nom. Nous pouvons avoir la certitude qu’il a simulé sa mort. Pourquoi ?

 

IMG_0815.jpg

 

Voici pourquoi : sur sa page on nous dit qu’il a mis ses femmes sur le canot 9. C’était un très grand canot en bois de chez Harland et Wolff [chantier naval irlandais constructeur du Titanic], avec une capacité de 65 personnes. Wikipédia a très peu à nous dire sur la vie de Benjamin Guggenheim mais ils se hâtent de nous dire qu’il a courageusement coulé avec le navire :

 

Pendant que Aubart et Sägesser montaient avec réticence dans le canot de sauvetage n°9, Guggenheim parla en allemand à la femme de chambre, et lui dit, « Nous nous reverrons bientôt ! C’est juste une réparation. Demain le Titanic repartira. » Réalisant que la situation était beaucoup plus sérieuse que ce qu’il avait laissé entendre et qu’il n’allait pas être secouru, il retourna ensuite à sa cabine avec Giglio et les deux hommes enfilèrent leur tenue de soirée.

 

C’est une citation du New York Times du 20 avril 1912. Mais il s’avère que c’est du n’importe quoi car tout ce qu’il avait à faire était de monter sur ce canot avec les femmes. Personne ne se battait pour un siège supplémentaire. Si nous vérifions les stats, il n’y avait que 22 personnes sur le canot 9, 43 sièges étaient donc vides quand il a été descendu. Il y avait 4 personnes de première classe, 16 de seconde classe et deux de troisième classe.

 

Alors dites-moi s’il vous plait pourquoi Benny n’a pas sauté dessus ? Avait-il des pulsions suicidaires ? Bien entendu, le cadavre de Guggenheim n’a jamais été retrouvé ni identifié. Bien que le capitaine Larnder ait retiré de l’eau 306 cadavres de 1ère classe, et que seuls 118 hommes de première classe et 154 de 2ème classe sont morts, il n’a pu localiser Guggenheim ni aucune des autres personnes importantes. Étonnant, n’est-ce pas ? Je suppose que leur veste de sauvetage ne donnait pas bonne allure à leur tenue de soirée.

Et on en arrive finalement à ce fichu iceberg. Si nous étudions le trajet du Titanic, nous réalisons rapidement qu’il n’a jamais été assez au nord pour heurter un iceberg à la mi-avril.

 

 

 

Il ne prenait pas la route du pôle, n’est-ce pas ? Non, comme vous pouvez le voir, le site du naufrage est à la même latitude environ que New-York ou Madrid en Espagne ou que Rome en Italie. La latitude exacte est donnée pour 41,7°N. New-York est à 40,4°. Avez-vous déjà repéré un iceberg au large de New-York en avril? Je ne le pense pas. Et à Boston ? Non plus. Rappelez-vous aussi que le Gulfstream est chaud et qu’il remonte vers le nord en Atlantique nord. Si vous souhaitez visiter la page wiki sur le Gulfstream, vous verrez ce joli graphique :

 

 

 

La légende dit :

Températures de surface dans la partie occidentale de l’Atlantique nord. La masse terrestre nord-américaine est en noir et en bleu foncé (froid) alors que le Gulf Stream est en rouge (chaud). Source : NASA

La NASA nous dit : chaud. Une recherche supplémentaire nous dit que le rouge correspond à 25°C, le jaune à 20°, le vert à 15.

Hello ! Vous êtes réveillés ? Les navires suivent à dessein le Gulfstream en traversant l’Atlantique et l’ont toujours fait. Regardez l’ancienne carte du Gulfstream de Ben Franklin, notez son virage en se dirigeant vers l’Europe. Notez aussi le petit bateau dessus.

 

 

 

Les navires ne heurtent tout simplement pas d’icebergs à 41,7°N à la mi-avril dans le Gulfstream. Aucun navire avant le Titanic ne l’a fait. Et bien entendu le Titanic non plus. Seuls de complets imbéciles croiraient à cette histoire. Pour que le Titanic rencontre des icebergs en avril, il aurait dû dévier de son cap en remontant à des centaines de kilomètres au nord près de Terre-Neuve. C’est là autour des grands bancs de Terre-Neuve, que le courant du Labrador descend et annihile l’eau chaude du Gulfstream. Mais le Titanic se trouvait à plus de 600 km de cette zone.

 

Revenons aussi au graphique de la NASA. Notez que les eaux sont en fait plus froides près des côtes de New-York et de Boston qu’à l’endroit plus éloigné où se trouvait le Titanic. Si vous n’avez pas vu d’icebergs flottant là au large en avril, il est probable que vous n’en voyez pas non plus à des centaines de kilomètres de là.

Ils ont en fait la photo supposée de l’iceberg que le Titanic a heurté :

 

 

 

Il la fallait, n’est-ce pas, car tous les navires venus à la rescousse ont pu facilement le photographier. Pourtant, il est tout à fait évident que c’est un faux. Rien ne semble réel. Même l’eau semble fausse. Il n’y a pas de résolution, la pixellisation est grossière et il n’y a aucune profondeur de champ. L’éclairage n’a aucun sens non plus. À l’extrême droite, la lumière semble provenir d’en bas à droite, avec un endroit lumineux sur cette petite paroi. Mais aucune des autres faces ne correspond, nous disant que celui qui a fait le trucage n’a jamais étudié la lumière tombant sur un objet. Wikipédia nous dit qu’il y a une marque rouge indiquant l’endroit du choc.

 

Je vois une ombre sur la chose, mais comme l’ombre se poursuit dans l’océan, ce ne peut être la marque dont on parle. Néanmoins, l’iceberg ne semble pas assez gros pour faire couler le Titanic, en ne laissant qu’une « tache rouge ». Ce navire avait un déplacement de plus de 50.000 tonnes et une vitesse de croisière d’environ 40km/h. La force d’une telle collision pourrait aisément couper en deux un iceberg de cette taille. La proue du Titanic était très pointue, rappelez-vous, et c’était la partie la plus renforcée du navire, pour des raisons évidentes. Les proues le sont toujours car ce sont elles qui prennent habituellement les premiers chocs.

 

Par ailleurs, il faut comparer cet iceberg avec les récits qu’on a fait du choc. Nous avons de nombreux récits de survivants, vous savez. On nous dit que certains passagers ont senti le choc et d’autres non. Ils dormaient. Nous sommes donc incités à croire que c’est un choc oblique contre un iceberg submergé frôlé par le navire qui a ouvert une brèche. Si le bateau avait touché un iceberg beaucoup plus gros, en touchant la paroi, personne n’aurait continué à dormir, personne n’aurait survécu et on ne nous aurait pas raconté d’histoires.

 

Si vous stoppez net un objet de 50.000 tonnes naviguant à 40 km/h, la dévastation serait énorme, tant pour le bateau que pour l’iceberg. Des morceaux du navire se seraient enfoncés dans l’iceberg sur plusieurs dizaines de centimètres et d’autres parties auraient explosé à l’avant de l’iceberg. Cette photo est juste la preuve que cette histoire est fausse et que nous assistons à une énorme imposture.

 

On nous dit ensuite que le navire a simplement frôlé l’extrémité de l’iceberg à tribord, sans percer la coque, mais en endommageant seulement les soudures de cinq compartiments extérieurs. Le navire pouvait supporter la rupture de quatre compartiments au maximum, nous dit-on avec un zeste d’ironie. Ce qui contredit grandement ce qu’on disait de la conception presque miraculeuse du Titanic – et pourquoi il était considéré comme insubmersible.

 

Ces compartiments extérieurs étaient hermétiques, empêchant l’eau d’entrer dans les compartiments intérieurs, donc presque tous les compartiments extérieurs sur tribord-avant auraient pu être endommagés sans pour autant faire sombrer le bateau. Les compartiments extérieurs étaient comme des pare-chocs et n’étaient pas connectés à la partie interne du navire.

Cette réputation d’insubmersibilité nous est maintenant présentée comme un mythe mais même ceux qui le disent admettent que Franklin, le vice-président de White Star, parlait d’un navire insubmersible. Les brochures publicitaires le qualifiaient d’insubmersible. C’était donc tout juste un mythe.

 

Et c’était globalement vrai. L’Olympic, le jumeau du Titanic, est entré en collision avec un cuirassé de 8000 tonnes, le HMS Hawke, écrasant le Hawke sans jamais se mettre en péril. Ces immenses navires étaient construits pour résister à d’incroyables collisions et le Titanicaurait dû résister facilement malgré ce que nous vend la littérature.

 

Cette ânerie des quatre compartiments maximum n’a en fait aucun fondement : elle ne colle pas avec ce qu’on disait de ces navires avant 1912. Et par ailleurs, si le Titanic avait heurté le bord droit de cet iceberg, cela n’aurait pas compromis plus de quatre compartiments. Et n’aurait pas non plus laissé juste un petit point rouge sur l’iceberg. Celui qui a composé ce récit est un idiot ou il pense que vous l’êtes.

 

Et en plus, d’où provient le « rouge » ? Le Titanic était rouge sous la ligne de flottaison, mais noir au-dessus et on a pourtant parlé d’une tache rouge au-dessus du niveau de l’eau sur ce stupide faux iceberg. Je vois maintenant que c’est le point sur la paroi tout à fait à droite, dans la partie claire, à peu près à mi-hauteur. Mais pour que l’iceberg soit assez gros pour endommager le Titanic, ce point aurait dû se trouver à 6 ou 9 mètres de hauteur – au-dessus du niveau de l’eau. Alors pourquoi serait-il rouge ?

En bonus, j’ajoute ici les images qu’on nous a données de l’Olympic et du Hawke après la collision.

 

 

 

Étrangement, ce sont aussi des faux. L’image du Hawke est manifestement une peinture : regardez les drôles de petits bonshommes à bord et notez comme l’eau fait penser à une peinture impressionniste ! L’image de l’Olympic n’est pas une peinture mais fait penser à un collage manipulé avec de faux dommages dessinés. Si cette collision était aussi une imposture, où va-t-on ?

 

Et une autre partie de l’histoire s’écroule avec notre graphique du Gulfstream ci-dessus. Les informations officielles admettent que le Carpathia est arrivé moins de deux heures après le naufrage du Titanic. Alors pourquoi ne pouvait-il sauver les gens en gilets de sauvetage ainsi que les gens dans les canots ? Pourquoi les Canadiens ont-ils dû les trouver tous morts quelques jours plus tard ? On nous dit qu’ils sont morts gelés en moins de deux heures, mais notre graphique le dément, n’est-ce pas?

 

L’eau était à 10 ou 15°C, ce qui n’est pas très chaud mais pas suffisamment froid pour tuer en moins de deux heures. Le mensonge est donc ici énorme : l’histoire officielle nous dit que l’eau était à -2°C. Il n’y a qu’un lointain rapport avec la réalité. Le Titanic a navigué pendant presque toute la traversée dans le chaud Gulfstream, qui était à une température d’environ 15°C. Même les parties les plus froides de l’Atlantique à cette latitude ne sont pas en dessous de zéro à la surface.

 

Le film « Titanic » a été fait pour « refourguer » tous ces vieux mensonges, bien sûr. On pouvait y voir Leo DiCaprio mourir de froid en un rien de temps dans l’eau glacée, n’est-ce pas ? Impossible, car il aurait flotté dans le « chaud » Gulfstream de la NASA à la latitude 41,7°N. Mais ils veulent que vous pensiez le voir flotter à 60°N au Groenland. Je suis juste surpris que Cameron n’ait pas créé d’images de synthèse avec des ours polaires qui nagent dans le coin.

 

yyyyyrj.jpg

 

Cette idée a en fait servi à vendre l’événement. Voyez le livre pour enfants de Daisy Spedden, Polar, the Titanic Bear [Polaire, l’ours du Titanic] publié en 1994. Spedden était une riche héritière américaine qui aurait survécu au naufrage du Titanic et écrit un livre en 1913 pour distraire son fils de 7 ans. Ce dernier serait mort dans un accident de voiture en 1915, snif, le livre a donc été mis de côté.

 

Un parent l’aurait retrouvé et il a été publié en 1994 par Little Brown, puis republié ensuite par Scholastic Books en 1998. Ce qui en soi indique que nous sommes en présence d’un autre projet du Renseignement, car Scholastic Books publie Harry Potter et Hunger Games. Le premier Potter est sorti en 1997, un an avant qu’ils ne commencent à publier les âneries du livre Polar, the Titanic Bear.

 

Venons-en au USS Californian, célèbre pour sa négligence à répondre aux fusées éclairantes du Titanic. Plusieurs enquêtes furent faites mais la seule réponse possible est que le Californian a reçu l’ordre de ne pas bouger et de ne pas porter assistance. Ordre de qui ?

 

De J.P. Morgan, propriétaire de Leyland Line ainsi que de White Star Line. Malgré les enquêtes tant du côté britannique qu’américain qui ont mis en lumière que le Californian aurait pu sauver tout le monde ou la plupart de ceux qui ont péri en gilet de sauvetage, les officiers n’ont jamais été accusés de négligence ou de tout autre forme de crime. Ils n’ont jamais été poursuivis. Ce qui peut s’expliquer aussi par la cohorte des milliardaires qui ont fait pression, souhaitant enterrer cette partie de l’histoire.

 

7451_800x.jpg

 

On nous dit que le Californian était si proche qu’il pouvait voir le Titanic et que le Titanicpouvait le voir. Mais nous sommes supposés croire qu’aucun navire n’était capable de se signaler à l’autre. Personne n’a songé à réveiller l’opérateur sans fil du Californian ! Oh, incroyable ce qu’on veut vous faire croire !

L’histoire du Californian a été légèrement modifiée depuis pour faire penser qu’il y avait de la glace dans la zone, ce qui a obligé le navire à stopper. Mais nous avons vu que c’était impossible.

 

Intéressant aussi pour mes lecteurs est le nom du capitaine, Stanley Phillip Lord. Son fils Stanley Tutton Lord était banquier à Liverpool. Ce qui nous rappelle l’agent Sterling Lord, dans mon article sur l’imposture Jeffrey MacDonald. J’ai montré que Sterling Lord était de la pairie et nous pouvons supposer la même chose pour Stanley Lord. Il n’est pas répertorié dans la pairie mais cela ne veut pas dire qu’ils n’étaient pas parents.

 

Lord est très expurgé mais j’ai trouvé un possible indice. Son épouse était une Tutton, et il y a des Tutton dans la pairie. Un Francis Robert Tutton, né en 1874, s’est marié avec Lucy Evans Chavasse, dont la mère était Frances Evans. C’est curieux parce que l’opérateur sans fil du capitaine Stanley Lord était un Cyril Evans, ce qui indique que les deux hommes pouvaient avoir un lien de parenté. En fait, nous trouvons bien un Cyril Lloyd Evans dans la pairie, d’un âge qui correspondrait bien.

 

Il est expurgé, la seule chose que nous connaissions de lui, c’est que le deuxième nom de sa fille était Murray – ce qui pouvait être le nom de jeune fille de sa mère – et qu’elle a épousé un baronnet Bowen. C’est bien sûr un indice car ce nom est déjà sorti plus haut. Voyez le vice-amiral Harold Gardiner Bowen de l’ONR, qu’on peut rapprocher de Robin Gardiner qui a écrit le livre sur l’échange du Titanic.

 

chimenea-tonta-titanic-600x350.jpg

 

[Ajout du 3 octobre : Souvenez-vous aussi de Walter Lord, qui a publié « A Night to Remember » en 1955, sur l’aventure du Titanic. Il fut plus tard le consultant de James Cameron pour le film de 1997. Wikipédia admet qu’il faisait partie de l’OSS, précurseur de la CIA.]

 

Ce qui m’indique que Lord et Evans du Californian pouvaient être parents et tous deux du MI5/6. Ils ont été placés spécifiquement sur le navire pour superviser l’épave. Avec leCarpathia, ils étaient à pied d’œuvre pour s’assurer que l’événement se déroulait comme prévu. Je ne pense pas que Lord ait été accusé à tort mais je pense qu’il ne faisait que suivre les ordres.

 

Lord n’a recueilli personne parce qu’il n’y avait personne à recueillir. Le Carpathia était le bateau désigné pour et il a recueilli l’équipage et les acteurs, ne laissant personne dans l’eau. Le Californian n’était pas là pour recueillir des gens, mais comme vaisseau de coordination et peut-être comme plan B. Il a pu prévenir les autres navires en leur disant que c’était un exercice militaire ou un truc du même genre.

 

Puis Wikipédia nous donne un autre magnifique mensonge. Le capitaine du Carpathiadécrivait la zone autour de l’épave du Titanic comme un vaste champ de glace avec de nombreux icebergs et de la glace flottante. Si c’était le cas, que faisaient donc là tous ces navires ? Pourquoi le Carpathia était-il là et comment a-t-il pu naviguer jusqu’au Titanic ? Devons-nous croire que c’était un brise-glace ?

 

On nous informe ensuite que cette zone s’appelle aujourd’hui Allée des Icebergs. Nous n’avons qu’à vérifier si c’est le cas. L’Allée des Icebergs existe, mais c’est bien plus loin au nord. Ce n’est pas à 41,7°N, c’est dans le courant du Labrador, entre Terre-Neuve et le Groenland, comme je vous l’ai montré plus haut. C’est à environ 650 km au nord du site du Titanic, entre le 50ème et le 60ème parallèle. Des dizaines de milliers de marins, navigateurs, géographes et historiens doivent le savoir, alors pourquoi est-ce à moi qu’il revient de vous en parler ? D’ailleurs, pourquoi l’auteur Robin Gardiner n’en parle-t-il même pas dans son livre « sans concessions et révolutionnaire » ? Je pense que vous savez maintenant pourquoi.

 

Source : http://bistrobarblog.blogspot.com/2018/10/limposture-du-titanic-par-miles-mathis_9.html

 

Note de T-E : la suite et fin de l’article de Miles Mathis est une traduction via Deepl

 

Suite, 7 octobre 2018 : J’ai été envoyé par un lecteur pour faire des recherches sur William Stead, célèbre rédacteur en chef du Pall Mall Gazette qui aurait coulé avec le Titanic. Je pourrais insérer tout cela plus haut, plus près des sections sur Astor ou Guggenheim, mais même si j’y vais, je peux dire qu’il va s’étendre dans sa propre histoire, alors je vais le coller ici, où il peut s’étendre à la longueur nécessaire.

 

1200px-William_Thomas_Stead.jpg

 

Juste en parcourant la page Wiki de Stead, on peut dire qu’il était un fantôme important, et je vous recommande de le faire. C’est ainsi que toute cette section agira, à mon avis, comme une confirmation que ces passagers majeurs de première classe ont simulé leur mort à un homme. Notre premier indice sur les origines de Stead est sa naissance à Embleton, Northumberland.

 

Mes lecteurs sauront que Northumberland est un drapeau rouge en soi, et Embleton est juste au nord de Tyne and Wear, un endroit qui a été mentionné à maintes reprises dans mes récentes recherches. Voir par exemple mon article sur la star de Star Wars, Daisy Ridley. Nous avons vu qu’il y avait beaucoup de sièges nobles dans la région, y compris les Liddell, les Barons Ravensworth – étroitement liés à Lewis Carroll – et les Earls Grey.

 

Les Percys, le duc de Northumberland, bien sûr, et les vicomtes Ridley. Aussi les Vicomtes Allendale et les Vicomtes Devonport. Les barons Hastings aussi. Aussi les Blacketts, les Ogles, les Selby et les Baronets de Trevelyan – que nous avons déjà vus ci-dessus. Juste pour vous rafraîchir la mémoire, les Trevelyans étaient étroitement liés aux Baronets Smith, et donc au capitaine du Titanic Edward Smith. Le 2ème Baronet Trevelyan était Seigneur de l’Amirauté à la fin du 19ème siècle, et sa mère était une Macaulay.

 

Ces Trevelyans vivaient à Wallington Hall dans le Northumberland, à environ 15 milles d’Embleton. Le château d’Alnwick, le siège des Percy, est encore plus proche, à environ huit kilomètres d’Embleton. Cela nous amène à chercher William Stead dans la pairie. Devinez quoi, il y en a un sur la liste, mais il est presque complètement effacé. Tout ce que nous avons, c’est sa fille Emily qui est morte en 1907. C’est la bonne période. Curieusement, Wiki ne nous dit rien sur la famille de Stead, bien qu’il affiche une photo.

 

Geni nous dit que Stead a eu deux filles, mais aucune ne s’appelle Emily. Là, sa mère est effacée, bien qu’on nous dise qu’elle était une Johnson (Wiki dit Jobson, pour ajouter à la confusion). Du côté paternel, sa grand-mère est aussi nettoyée, bien qu’on nous dise qu’elle était une Earnshaw. Ça nous rappelle Wuthering Heights, n’est-ce pas ? Le grand-père de Stead était originaire de Howden, qui se trouve à environ 2 miles du château de Ravensworth, le siège des Barons de Ravensworth, et William a déménagé à Howden dès son plus jeune âge.

 

Quoi qu’il en soit, Emily Stead de la pairie a épousé un Johnstone, qui est curieusement proche de Johnson, le nom de la mère de notre William Stead – ce qui m’a amené à deviner que le nom était truqué chez Geni. Cette supposition est prise en compte lorsque nous découvrons que le grand-père de ce Johnstone était le vice-amiral Sir William Johnstone Hope, qui avait épousé la fille du comte de Hopetoun et Lady Elizabeth Carnegie – elle-même la fille de l’amiral George Carnegie, comte de Northesk. Je suppose que vous continuez à voir pourquoi il est important de trouver des amiraux impliqués dans l’histoire du Titanic.

 

L’épouse de l’amiral Carnegie, Lady Leslie, fille d’Alexander Leslie, 7e comte de Leven, est également intéressante. Je vous rappelle que nous avons également vu ce nom ci-dessus, puisque le 9e comte de Leven était un Leslie-Melville, lié au capitaine Edward Smith du Titanic. Le deuxième prénom de la fille de Smith était Melville, tu te souviens ? Nous avons également vu le nom Leven dans mon article sur Hawking, puisque son collègue Atiyah était le fils d’un Leven.

 

Atiyah est celui qui prétend maintenant avoir résolu l’hypothèse de Riemann. Quoi qu’il en soit, puisque tous ces noms sont étroitement liés, on peut supposer que William Stead est étroitement lié à ces Steads dans la pairie. Nous trouvons aussi un Sydney Vere Stead dans la pairie, nettoyé lui-même, mais avec une fille qui a épousé un Montagu, 10e duc de Manchester, en 1927. La mère de ce duc était une Zimmerman, dont la mère n’est pas donnée, bien que son père était Eugene Zimmerman de Cincinnati.

 

Il était un magnat des chemins de fer et siégeait au conseil d’administration de Standard Oil. Sa femme était une Evans, dont nous avons également vu le nom ci-dessus. Il nous lie au capitaine Stanley Lord du Californien et à son opérateur radio Cyril Evans. Mais j’ai fait une pause sur le nom Vere parce qu’il nous lie aussi à Millvina Dean ci-dessus, dont le frère était Bertram Vere Dean. Nous trouvons aussi un Redmond Vere-Stead dans la pairie, dont la mère était une Heineken.

 

Dorothea Stead, qui a épousé Norman Leslie-Melville en 1918, est également intéressante. La mère de Leslie-Melville était aussi une Stead, ce qui signifie que Dorothea a épousé un cousin. La grand-mère de Leslie-Melville était un bal, nous reliant à George Washington. Edwin Stead épousa Emily Hamilton en 1876, et elle était la fille du baronet Hamilton.

 

Ce nom revient sans cesse. Les Steads étaient également apparentés aux Bells, aux Bennett et aux Milner. Cela nous relie à Alexander Graham Bell, dont le père était un Melville. Il nous renvoie aussi au 3e baron Trevelyan, qui a épousé Marie Katharine Bell en 1904, la fille du 2e baronnet Bell* Les Steads et Milner se marient depuis des siècles, le premier que j’ai trouvé date de 1669. C’est donc de là que vient William Stead.

 

Il était étroitement lié à tous les autres acteurs de la scène, comme on pouvait s’y attendre. Sa biographie est le pastiche habituel, et nous rappelle Mark Twain, Jack London, et bien d’autres. Il serait devenu rédacteur en chef du journal Northern Echo à l’âge de 22 ans, venant de nulle part. L’Echo a été fondée en 1870 par. . . John Hyslop Bell. Ce qui explique la promotion de Stead, je suppose. Népotisme. Le beau-père de Stead, dont Wiki nous dit qu’il était marchand et armateur, est aussi un bon indice. C’est lié ici, n’est-ce pas ?

 

Scotland-decides-JPG-e1411112070140.jpg

 

Geni nous dit qu’il s’appelait Henry Wilson, mais sa femme n’est pas donnée. Il faisait partie de la Thomas Wilson Sons Company, alias Wilson Line of Hull, qui a fusionné avec la North Eastern Railway en 1906. Ils possédaient 75 navires en 1903 et comptaient parmi les plus grandes compagnies maritimes du monde. L’un de ces Wilson était le baron Wilson de Nunburnholme, et il pourrait être le Henry Wilson, père de l’épouse de Stead. Si c’est le cas, cela nous dira qui est la mère de la femme de Stead : Jane Wellesley, des ducs de Wellington.

 

J’espère donc que vous commencez à voir l’état de la situation ici. Stead n’était pas seulement un rédacteur en chef de journal, il était lié à l’expédition d’une manière importante, ainsi qu’aux niveaux supérieurs de la pairie. Au début de la trentaine, Stead est devenu rédacteur en chef de la grande Pall Mall Gazette, où il a vendu une série de fausses histoires – tout comme ils le font maintenant. L’un d’eux concernait son ami le major-général Charles George Gordon, de la pairie Gordons bien sûr (pensez à George Gordon, Lord Byron).

 

Les Gordons étaient aussi des ducs. Gordon, comme son homonyme Lord Byron, était gai et un chasseur de garçons, en plus d’être un fantôme important. Sa plus grande mission était d’être le dindon de la farce de la célèbre Gordon Relief Expedition de 1884, que Stead a vendu à rabais pendant des mois. Il s’agissait d’une fausse guerre au Soudan contre de faux musulmans, tout comme les fausses guerres au Moyen-Orient et en Afrique du Nord maintenant.

 

kennedyvoyageurs2.jpg

 

Rien n’a beaucoup changé en plus d’un siècle. Elle a été menée contre la marionnette Muhammad Ahmad, le Kadhafi de son temps. Nous sommes censés croire qu’il avait déclaré un Mahdiyya, préparant le chemin pour la seconde venue du Christ. Parce que les musulmans préparent toujours la voie à une seconde venue du Christ, non ? Il a également rassemblé une armée de 50 000 hommes pour prendre le contrôle de Khartoum et libérer le Soudan des Blancs et des Égyptiens.

 

Au fur et à mesure de l’histoire, les Britanniques ont décidé d’abandonner le Soudan et ont envoyé Gordon pour superviser l’évacuation vers l’Égypte. Au lieu de cela, Gordon a décidé de désobéir aux ordres et d’essayer de sauver Khartoum avec une petite garnison. Les Britanniques décidèrent alors d’envoyer le général Wolseley (plus tard vicomte et feld-maréchal) pour le relever, mais n’affectèrent qu’environ 5 400 hommes pour aller contre 50 000.

 

C’est le plus gros drapeau rouge de cette histoire ridicule. La prochaine absurdité, c’est qu’on nous dit que Wolseley a embauché quelques centaines de « voyageurs » (autochtones) des Premières Nations du Canada pour l’aider à remonter le Nil en canot. Cela leur assurait une progression glaciaire. Wolseley a ensuite divisé ses hommes, n’en envoyant que 2 400 à dos de chameau pour tenter de joindre Gordon avant que les musulmans ne le fassent. Ça a l’air d’être une bonne idée, non ? 2 400 contre 50 000 ?

 

En janvier 1885, les musulmans auraient pris la ville, massacrant tout le monde, y compris Gordon. Maintenant, écoutez ça :

Deux jours plus tard, l’expédition de secours est entrée dans la ville et s’est aperçue qu’il était trop tard.

 

Non, sérieusement, c’est ce qui est écrit dans les livres d’histoire. C’est ce qu’on nous enseigne avec un visage sérieux. Une question : où étaient les 50 000 hostiles qui s’y trouvaient deux jours auparavant ? Ils sont partis de la ville qu’ils venaient de capturer ?

 

Ou ont-ils permis que cette expédition de secours arrive sans bataille ? Étrangement, Mohammad Ahmad est mort six mois plus tard, à l’âge de 40 ans, du typhus, ce qui est pratique. Je suppose qu’ils n’avaient plus besoin de lui pour le rôle. Mais pour une raison quelconque, Lord Kitchener est venu quelques années plus tard et a repris le Soudan. On ne nous dit pas pourquoi les Britanniques voulaient le Soudan en 1895, mais pas en 1885.

 

muhammad-ahmad-4.jpg

 

Ils admettent que les grandes puissances (Angleterre, France, Allemagne, Allemagne, etc.) avaient contrôlé le Soudan jusque-là, plantant leurs marionnettes comme chefs (voir Tewfik Pasha). Alors pourquoi l’histoire de Gordon ? À mon avis, il se passait quelque chose en Angleterre en 1884 qu’il fallait couvrir. Ils ont donc créé ce gros canular au Soudan pour faire la une des journaux pendant des mois. Cela a toujours été le modus operandi, jusqu’à aujourd’hui. Et quel était cet événement en Angleterre ?

 

Je ne sais pas, mais il est intéressant de noter que la Fabian Society a été fondée cette année-là. Un peu de recherche me porte à croire que l’histoire du Soudan a été mise en scène pour camoufler des événements en Égypte, et non en Angleterre. Voir Evelyn Baring, 1er comte de Cromer, le consul général d’Egypte de l’époque, supervisant la faillite égyptienne. Veuillez noter son nom de famille, qui nous lie à Barings Bank.

 

hqdefault.jpg

 

Cromer contrôlait de facto toutes les finances et le gouvernement égyptiens à partir de 1883, indiquant que le pays était pillé par les banques. Les Égyptiens avaient emprunté des millions de livres aux banques britanniques pour construire le canal de Suez, puis avaient fait défaut, retournant tout le pays en garantie. Pour éviter que cela ne fasse la une des journaux, cette fausse guerre au Soudan a été fabriquée pour que les gens puissent suivre la saga Gordon.

 

Et William Stead a montré la voie. Mais avant de passer au prochain canular Stead, revenons à Lord Kitchener. Kitchener est devenu plus tard Earl and Field Marshal, et comme Gordon, il était gay. Son « compagnon constant » et aide de camp était le capitaine Oswald Fitzgerald, qui venait de « mourir » à la même heure et au même endroit à Kitchener. Et oui, il nous lie non seulement à JFK, mais aussi à Lee Hervey Oswald – puisque Oswald et JFK étaient parents.

 

Kitchener avait un célèbre « groupe de garçons » comme entourage constant dans l’armée. Kitchener était aussi un Cripps, un Fisher, un Clarke, un Green et un Robinson du côté de son père. Frances, la sœur aînée de Kitchener, a épousé en 1869 un Parker, dont les grands-parents étaient un Macaulay et un Campbell. Cela nous relie aux personnes ci-dessus impliquées dans le canular du Titanic, y compris Stead lui-même. Oui, Stead était lié à Kitchener. La prochaine mission célèbre de Stead a été le scandale de Crawford, dans lequel le baronet Dilke a été pris pour cible par ses pairs pour ne pas avoir été assez d’un fasciste.

 

Étonnamment, les Smiths sont de nouveau impliqués ici, nous reliant au reste de ce document. Le frère cadet du baronet épousa la fille du magnat de la marine Thomas Eustace Smith. Notez que nous avons un autre Smith comme magnat du transport maritime. Il y avait six Thomas Smiths qui sont devenus baronnets, et notre Thomas Smith est aussi dans la pairie. Il s’est marié avec les Dalrymple Baronets, ce qui l’a également lié aux Hamilton et aux Stewart.

 

Quoi qu’il en soit, le baronet Dilke était l’amant de cette Martha Dalrymple, patronne de l’art épouse de Thomas Smith. Mais il a été accusé d’avoir séduit sa fille d’un précédent mariage, Virginia Crawford, 19 ans. Le mari de Virginia a demandé le divorce, et la relation Dilke a été présentée par Crawford comme preuve. Le juge a accordé le divorce mais a exonéré Dilke, disant qu’il n’y avait aucune preuve contre lui. Eh bien, Stead n’était pas satisfait de cela, pour des raisons jamais données, et a commencé une campagne de diffamation contre Dilke.

 

Dilke a combattu le frottis au tribunal, mais grâce à sa collaboration contre lui, il a perdu. Il est maintenant admis que tout cela n’était qu’une imposture, le père de Neville Chamberlain, Joseph et Earl Primrose, ayant détruit Dilke exprès. Primrose’s père avait été Premier Lord de l’Amirauté et Primrose lui-même sera Premier ministre en 1894-5. Évidemment, cela indique que Stead était leur agent dans les médias, publiant de fausses informations. Etant donné cela, vous devriez vous demander si une personne comme Stead aurait du mal à simuler sa propre mort sur le Titanic, sous les ordres d’en haut. Bien sûr que non.

 

L’escroquerie suivante de Stead a été sa prétention d’acheter une fille de 13 ans. Suivez cette histoire si vous le pouvez. Stead a payé une ex-madame pour acheter Eliza Armstrong pour 5 £. Mais d’abord, on l’a emmenée chez une avorteuse, qui a examiné la fille et attesté sa virginité. La jeune fille a ensuite été droguée au chloroforme et emmenée dans un bordel pour rencontrer Stead. Pour jouer le rôle, Stead s’est d’abord saoulé au champagne, bien qu’il était un abstinent.

 

Il entra dans la chambre d’Armstrong et attendit qu’elle se réveille. Quand elle l’a fait, elle a crié, et Stead, en espérant à gauche, le cri indiquait à ceux qui étaient à l’extérieur qu’il s’était tapé la fille. Elle a ensuite été remise à Bramwell Booth, général de l’Armée du Salut, qui l’a emmenée en France pour y être prise en charge par une famille. Stead a ensuite tout écrit et publié pour prouver qu’on pouvait acheter une fille. Oui, c’est l’histoire qu’ils ont décidé de suivre et qu’ils continuent de raconter dans le courant dominant.

 

Vous pouvez le lire sur Wiki. Une question serait pourquoi Stead pensait qu’il devait se soûler au champagne pour cette histoire. Une autre serait pourquoi quelqu’un penserait qu’il l’a baisée juste parce qu’elle a crié, ou pourquoi il aurait besoin de quelqu’un pour penser ça. Une autre serait la raison pour laquelle elle a été emmenée en France. Ça n’aurait pas dû être plus facile de placer cette fille en Angleterre ? Elle ne parlait pas français, alors pourquoi l’envoyer en France ?

 

Evidemment, parce qu’ils avaient besoin de se débarrasser d’elle. Si elle avait été en Angleterre, quelqu’un l’aurait retrouvée et aurait recoupée cette histoire ridicule. On nous dit que le ministre de l’Intérieur, Sir William Harcourt, a supplié Stead de cesser la publication de cette horrible histoire et d’autres pour empêcher les émeutes, mais Stead a refusé à moins que le Parlement n’adopte immédiatement un projet de loi pour porter l’âge du consentement à 16 ans.

 

Harcourt et le Parlement ont cédé en adoptant le projet de loi. Maintenant, est-ce que ça ressemble à une histoire vraie pour vous ? Vous ne pensez pas que le ministre de l’Intérieur ou le Parlement pourrait battre un rédacteur en chef bruyant ? Ils n’ont pas pu le faire taire ou l’arrêter ? Pour voir pourquoi cela n’a pas été fait, nous pouvons examiner Harcourt de plus près.

 

Son grand-père était archevêque de York et sa grand-mère était une LevesonGower, fille du 1er marquis de Stafford. Ses grands-parents étaient les Egerton, les ducs de Bridgewater et les Russell, ducs de Bedford. Harcourt est devenu chancelier de l’Échiquier (banque) en 1886 et de nouveau dans les années 1890. C’était donc un fantôme important, négligeant même son temps en tant que ministre de l’Intérieur.

 

Cela indique encore une fois que toute l’histoire d’Armstrong a été racontée par les services de renseignements britanniques, pour s’assurer que ce projet de loi soit adopté. Et pourquoi voudraient-ils relever l’âge du consentement ? Pour qu’ils puissent faire chanter et contrôler plus de gens. La plupart des hommes qu’ils souhaitaient faire chanter n’étaient pas attirés par les filles de moins de 13 ans, de sorte que la loi précédente était sans bottes à cet égard.

 

Les filles de cet âge n’avaient même pas encore atteint la puberté, de sorte que la plupart des hommes les trouveraient sexuellement inutiles. Mais avec des jeunes de 16 ans, c’était une autre histoire. Certaines d’entre elles étaient des créatures sexuellement consentantes, tout à fait capables de mettre intentionnellement un homme âgé dans une situation compromettante. Ces filles pourraient donc être embauchées par Intel pour faire ça.

 

Ou je suppose que c’était le but. D’autres points pourraient probablement être découverts en creusant davantage, mais cela fera l’affaire pour l’instant. Amusant, pour faire traîner l’histoire encore plus loin, Stead s’est fait arrêter et aurait été jeté à la prison de Coldbath pendant trois jours. On peut être sûr que c’était aussi du théâtre, puisqu’il a été poursuivi par le procureur général Webster des mêmes familles. Il a ensuite orchestré des groupes de protestation contre sa fausse détention.

 

L’avorteuse impliquée dans l’histoire a également été condamnée et serait morte en prison – bien que sa peine n’ait été que de six mois. On peut être sûrs qu’elle ne l’a pas fait. Depuis qu’elle s’appelait Mourez, ils l’ont probablement renvoyée en France. Stead aurait ensuite passé trois mois de plus comme détenu de première classe à la prison de Holloway, où il aurait été autorisé à continuer à éditer la Pall Mall Gazette. Nous sommes censés croire que cela serait permis, et que les propriétaires du journal n’ont jamais envisagé de le virer pour avoir drogué et enlevé cette jeune fille ?

 

En sortant, je vous rappelle de noter le nom du chef de l’Armée du Salut : Booth. Son père l’avait organisé quelques années auparavant. Étaient-ils apparentés à John Wilkes Booth ? Bien sûr que oui. Pour voir comment les cabines sont liées à notre question actuelle, voir 1st Baronet Booth of Allerton Beeches, Liverpool, directeur de la Cunard Steamship Company, principal rival de la White Star Line. En raison précisément de l’arrivée de White Star en 1902, le gouvernement britannique a commencé à subventionner fortement Cunard.

 

Et qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que Cunard a dû boire directement du trésor. Le Baronet Booth était étroitement lié aux nobles ainsi qu’au major-général Benjamin Franklin Butler, gouverneur du Massachusetts. Son fils s’appelait Ben-Israël, pour votre information. Et ses associés étaient Fisher et Webster. Les kiosques étaient auparavant les barons Delamar, alors qu’ils étaient étroitement liés aux Greys (comtes de Stamford) et aux Egertons (vicomtes de Brackley).

 

Voir le mariage de William Booth et Vere Egerton, et noter le nom Vere une fois de plus. Les kiosques étaient également liés aux Clinton, comtes de Lincoln, aux Fiennes, vicomtes de Saye et de Sele, et aux Cecils, comtes d’Exeter. Nous avons vu les Fiennes ci-dessus. Au total, il y a environ 1 100 kiosques dans la pairie. Pour un autre rire, je vous envoie à Abraham Lincoln Booth de la pairie, fils de Franklin Booth et Rebecca Gechter.

 

Ces kiosques viennent du comté de Suffolk, NY, et avant cela de Dunham Massey, Chester. Ils étaient à l’origine Bothes, liés à Warburtons et Breretons. Ce sont donc les mêmes cabines. Mais il suffit de penser à ce nom Abraham Lincoln Booth, qu’il a obtenu en 1867 en Pennsylvanie, deux ans après le faux assassinat. Ils admettent qu’il y a un lien, n’est-ce pas, ainsi que le canular ?

 

151028_iu1ms_le1518_assassinat_lincoln_sn635.jpg

 

Il ne faut donc pas faire confiance aux stands et à leurs créations. Comme tout le reste, l’Armée du Salut a été une énorme arnaque dès le début, et cela le prouve. Si vous ne me croyez pas, demandez-vous simplement pourquoi cette prétendue organisation chrétienne a été modelée sur l’armée. Si je me souviens bien, le Christ était le Prince de la Paix. L’Armée du Salut aurait-elle pu être modelée sur l’armée parce qu’il s’agissait d’une autre création du renseignement militaire ?

 

Demandez-vous aussi ceci : le travail de l’Armée du Salut n’est-il pas quelque chose qui devrait être fait par le gouvernement, en utilisant nos impôts ? L’aide aux pauvres, l’aide aux ivrognes, les foyers pour femmes décédées et les prisonniers libérés : c’est formidable, mais pourquoi le gouvernement ne le fait-il pas déjà ? Pourquoi avons-nous besoin de ces organisations privées pour faire ce qui devrait déjà être fait ?

 

Je vais vous dire : pour vous tremper d’autant plus. Ils dépensent tous vos impôts sur l’armée et paient des intérêts aux banquiers, de sorte qu’ils n’ont plus rien pour faire du vrai travail. Ils créent donc ces organisations caritatives bidon pour vous faire tremper une deuxième fois. Et ces diverses organisations sont tout aussi inefficaces et corrompues que le gouvernement lui-même.

 

Chaque fois qu’une vérification est effectuée, nous constatons que la plus grande partie de l’argent n’est pas comptabilisée. Autant envoyer votre don directement aux banquiers. Ces organisations n’ont pas été fondées par des familles de banquiers par hasard, vous savez.

Voici un beau tableau de William Booth :

 

ghtt.png

 

Dois-je vous dire quoi regarder ? Sa mère était une Moss, d’une famille riche. Ils admettent qu’il a eu son nez de sa mère, mais ils essaient de nous dire qu’elle n’était pas juive. OK. Il est né à Nottingham. Mais attendez, on a vu ça plus haut, n’est-ce pas ? Les Baronets Smith, proches parents du capitaine Edward Smith du Titanic, étaient de Nottingham. Ils ont fondé la Smith Bank of Nottingham et George Smith était également shérif de Nottingham. Booth était également lié à Stead d’une autre façon : Stead a aidé Booth à écrire In Darkest England, et certains prétendent même qu’il l’a écrit.

 

Vous devez également savoir que le fils de Booth Bramwell a épousé un Soper, dont la mère était une Levick. C’est juif, étant une variante de Levi. Mais on n’en a pas fini avec cet enfoiré d’agent Stead. Dans les années 1890, il a été embauché pour promouvoir le mouvement du spiritisme, un fantôme qui faisait la promotion des fantômes. Dans le trimestriel Borderlands, Stead prétendait être en contact avec le monde des esprits, nous apportant beaucoup de sagesse de l’au-delà.

 

Même ici, nous avons les liens familiaux cachés. Voir la promotion par Stead de la photographie spirituelle, où il a prétendu publier la photo du fantôme du soldat décédé Piet Botha. L’histoire ne vaut pas la peine de répondre au-delà de cela, mais il suffit de remarquer le nom Botha. Botha=Booth. Ils sont tous les deux dans la pairie, étant de la même lignée. Ce qui vous donne une nouvelle façon de voir les Bothas d’Afrique du Sud.

 

Parlant de l’Afrique du Sud, Stead était étroitement lié à Cecil Rhodes, son ami et confident. Stead aurait été le mentor de Rhodes, transmettant plusieurs de ses idées sur le gouvernement. C’est intéressant, parce que Rhodes était proche du vicomte Alfred Milner, qui a fondé la célèbre Table ronde. Rhodes était gai et Milner était probablement aussi en train de se marier tard dans la vie à une femme de 47 ans de la société et n’avait pas d’enfants. La table ronde s’est tenue physiquement à Plas Newydd, la propriété du lieutenant-colonel Charles Paget. . . Anglesey, bien sûr.

 

Paget était le marquis d’Anglesey, tu te souviens ? Et pourquoi ai-je mis en gras le nom Milner ? On l’a vu plus haut, n’est-ce pas ? Les Steads et les Milners de la pairie se marient depuis des siècles. Mes meilleurs lecteurs se souviendront aussi de Yuri Milner, dont j’ai parlé il y a de nombreuses années sur mon site scientifique. Il est le milliardaire russe qui finance le Prix de physique fondamentale.

 

Nous continuons donc à en apprendre davantage sur son passé, n’est-ce pas ? Et la plupart d’entre vous connaissent l’histoire du Titan, tirée d’une nouvelle de 1898 de Morgan Robertson. C’était un récit fictif précédant le naufrage du Titanic, le prédisant de bien des façons.

 

téléchargement.jpg

 

Ce qui est moins connu, c’est l’histoire de Stead de 1892 « From the Old World to the New », dans laquelle un navire appelé le Majestic sauve les passagers d’une collision avec un iceberg. Je suppose donc que nous savons maintenant d’où viennent les bêtises au sujet des icebergs dans le Gulfstream.

 

Ce qui est encore plus étrange, c’est que White Star Lines a sorti son propre Majestic après la guerre. Ce vaisseau était un sosie du Titanic, sauf qu’il avait une cheminée en moins. Sur Wiki, on nous dit que c’était un navire allemand « couché » en 1913, moins d’un an après que le Titanic aurait coulé. A l’origine, il s’appelait le SS Bismarck de la Hamburg America Line.

 

Bien qu’il ait été lancé en 1914, il n’a jamais navigué en raison de la guerre, mais a été attribué dans des circonstances mystérieuses à la Grande-Bretagne en 1920 dans le cadre des réparations de guerre pour le naufrage allemand du Brittanic HMHS. Alors que le Titanic a été construit par Harland et Wolff dans le port de Belfast, le Majestic aurait été construit par Blohm et Voss à Hambourg. C’est étrange qu’ils se ressemblent autant :

 

ggey.png

 

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression qu’ils viennent d’enlever la cheminée avant et qu’ils ont construit un autre niveau sur le dessus. Sur le forum Cutting through the Fog, j’ai suggéré que le Titanic n’avait peut-être pas coulé, mais qu’il avait été délocalisé en Extrême-Orient. Mais d’après d’autres recherches, on dirait qu’ils n’ont même pas pris la peine de l’envoyer en Russie ou en Chine.

 

Ils l’ont envoyée au port de Hambourg pour la guerre, puis l’ont ramenée en 1920. Vous me direz que le Majestic est censé mesurer 15 mètres de plus, mais qui mesure ces navires ? Vous l’avez fait ? Il est également intéressant de noter que le Majestic a été acheté conjointement au gouvernement britannique par les lignes White Star et Cunard, ce qui nous dit une chose importante : ils n’étaient plus des concurrents.

 

Notez que Cunard y amène aussi les cabines. De plus, White Star et Cunard ont également acheté le SS Imperator, un autre clone du Titanic allemand qui ne faisait que 24 pieds de plus. Ce n’est qu’une différence de 2 %, invisible à l’œil nu. Il faudrait les mesurer sur place pour faire la différence. L’Imperator a été lancé en 1912. … après avril, bien sûr. On nous dit que l’Imperator a été mis en veilleuse à Hambourg pendant près de cinq ans, puis qu’il a été pris après la guerre par les Etats-Unis dans l’accord allié.

 

Il a navigué vers les États-Unis, mais pour une raison quelconque, il a été immédiatement mis hors service et rendu aux Britanniques. Elle a été prise en charge par le capitaine Charles A. Smith, qui l’a ramenée à Liverpool. Quelle coïncidence incroyable, n’est-ce pas ? Un autre capitaine Smith. Ça ne pourrait pas être notre vieil Edward Smith sous un pseudonyme, n’est-ce pas ? Sinon, vous pouvez être sûr que c’était un neveu ou quelque chose comme ça.

Vous voulez savoir à quoi ressemblait l’Imperator en dehors de New York ?

 

hrrr.png

 

Ça ressemble exactement au Titanic, avec les cheminées déplacées. Ça ressemble aussi à une mise en page. Si c’est le Titanic, ils changeraient quelques choses dans la pâte pour vous déconcerter. L’Imperator s’était déjà rendu à New York en juin 1913, lors de son voyage inaugural. Le Titanic est peut-être enfin arrivé à New York un peu plus d’un an après son faux naufrage.

 

Ils admettent également que l’Imperator a subi de nombreuses transformations, avant et après 1913. En octobre de la même année, la hauteur des cheminées a été réduite, prétendument pour aider son centre de gravité, qui était trop haut. Mais attendez. Des cheminées plus courtes pèseraient moins lourd, ce qui l’élèverait encore plus dans l’eau, donc l’histoire n’a pas de sens. Le vrai problème, c’est qu’elle roulait trop haut dans l’eau et qu’il serait contre-productif de réduire le nombre de cheminées. Cela peut donc être une indication supplémentaire de la fraude.

En voici d’autres :

 

gtgtg.png

 

C’est censé être l’Imperator quittant Hambourg. Oh mon Dieu, c’est une fausse main de boeuf ! Voyons voir, un faux zeppelin, un faux voilier à voiles noires, un faux drapeau volant comme placement de produit, et une fausse cheminée sur le rivage ne jetant aucun reflet dans l’eau. Incroyable ! Le zeppelin nous rappelle le faux Lindbergh survolant Paris, non ?

 

* Sa mère était une Pattinson, nous reliant à l’acteur vampire actuel Robert Pattinson.

 

Source : http://mileswmathis.com/titan.pdf

 

A lire également, la discussion concernant le naufrage du Titanic sur le CluesForum :

https://cluesforum.info/viewtopic.php?p=2360039

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s