Exemple parfait : la « mort » de Yitzhak Rabin

Mort de Yitzhak Rabin cas typique de faux et de mauvais complotisme

 

Personnellement je n’avais jamais entendu cette histoire il y’a encore peu: l’assassinat du premier ministre israëlien Yitzhak Rabin le 4 novembre 1995 à la fin d’une manifestation pour la paix en soutien aux accords d’Oslo sur la place des Rois d’Israël, à Tel-Aviv.

Officiellement l’assassin est un terroriste ultra-nationaliste israélien nommé Yigal Amir, fermement opposé à l’initiative de paix d’Yithzak Rabin et particulièrement à la signature des accords d’Oslo.

Je suis tombé là dessus grâce à un article de l’écrivain Josh G et j’ai été particulièrement ravi de constater que cela pourrait me servir à appuyer encore plus mes dernières recherches postées ici et sur ma chaîne youtube, à savoir qu’un nombre important de morts célèbres, d’attentats, de fusillades etc soit en réalité totalement fictif et contrôlé de A à Z et que les services derrières ces canulars livrent eux-mêmes des informations invalidant le récit officiel par le biais de théories du complot mais tout en ne disant jamais que toute l’affaire est bidonnée.

La majorité des gens, vous en conviendrez, n’ont pas le réflexe d’aller s’informer ailleurs que sur les médias officiels (qu’elle y croit vraiment ou non). Mais il reste l’autre partie de la population qui ira sur les principaux sites relayant les versions complotistes.

Ces versions complotistes auront bon contenir dans certains cas une bonne partie de la vérité mais part le fait de cacher la finalité de ces événements, c’est à dire en disant par exemple « non le vrai tueur n’est pas A mais B » mais « monsieur le ministre est bien mort » elles maintiendront les personnes sur un mauvais chemin et généralement dans une certaine confusion par la multiplication de diverses théories du complot sur un même événement.

Et pour moi l’assassinat supposé de Yitzhak Rabin est un incroyable cas typique pour illustrer ce que j’avance là.

 

 

L’assassinat a eu lieu la nuit, juste après que Rabin se soit adressé à un grand rassemblement de paix organisé pour soutenir les accords d’Oslo face à une opposition de droite virulente. Après le rassemblement, alors que Rabin descendait les marches de la plate-forme des orateurs, Amir s’est approché et lui a tiré dessus par derrière.

Il a été emmené dans un hôpital voisin et est mort sur la table d’opération, malgré les meilleurs efforts des médecins. Tout cela est bien connu, documenté sur bande vidéo (par un vidéaste amateur se trouvant là au hasard exactement comme pour JFK) et fermement établi par la Commission Shamgar qui a enquêté sur l’assassinat.

Elle a été nommée en l’honneur de son président, Meir Shamgar, juge de la Cour suprême israélienne. Un peu comme la commission Warren.

Il faut se souvenir que Rabin a remporté le prix Nobel en 1994 pour avoir signé les accords d’Oslo avec Yasser Arafat et Shimon Peres. On se souvient encore largement de lui comme du « soldat de la paix» qui aurait mis fin au conflit israélo-palestinien… si seulement il n’avait pas été tué par un ultra-nationaliste de droite nommé Yigal Amir dans le but de faire dérailler le processus de paix.

 

 

Des théoriciens du complot ont très rapidement révélé les incohérences de la thèse officielle, par exemple :

– Comme le film de Zapruder, le film Kempler a été certifié avoir été édité et modifié. Amir a saisi l’arme avec sa main droite mais dans la vidéo, il la tient dans la gauche.

– Rabin n’a même pas bronché après le premier coup de feu. Il continue de marcher et tourne la tête pour regarder derrière lui, cela aurait été un scénario extrêmement improbable si la première balle l’avait frappé dans la poitrine comme l’affirme l’histoire officielle.

– De nombreux témoins oculaires signalent avoir entendu la police et des gardes du corps criaient pendant le tournage que les tirs étaient à « blancs ».

– Une femme témoin qui dit-elle était près de Rabin quand Amir a ouvert le feu, a insisté de dire que Rabin n’avait pas du tout été blessé et a continué de marcher sur une courte distance en direction de sa voiture.

 

 

– La femme de Rabin a écrit plus tard dans son livre que ce dernier avait l’air bien devant ses gardes du corps qui l’ont abordé après le premier coup de feu. Elle a également écrit qu’elle avait demandé à plusieurs reprises aux gardes du corps ce qui était arrivé et ils ont répondu que ce n’était pas réel.

– De nombreux agents de sécurité ou de la police ont déclaré n’avoir vu aucune indication que Rabin avait été blessé. Il n’y avait pas de sang au sol sur les lieux de la fusillade malgré qu’il fut prétendument touché par des balles à pointe creuse de 9 mm dans les poumons et la rate. On n’a pas retrouvé de résidus de poudre sur les mains d’Amir ni sur les vêtements ou les cheveux, ce qui aurait été impossible à moins que ses tirs furent à blancs.

Ce petit avant-goût des anomalies entourant cet assassinat devrait amener la plupart des gens rationnels dans une écrasante majorité à la conclusion qu’Amir n’a jamais tiré sur Rabin, que c’était un canular, pour du faux.

Alors pourquoi ce fait-il que les théoriciens du complot qui ont déterré toutes ces preuves et qui en plus insistent sur le fait que c’était des balles à blancs tirées par Yigal, croient néanmoins que Rabin a été effectivement tué ?

L’autre mauvais chemin de la vérité démarre ici. Vous voyez, ils veulent nous faire croire que les vrais coups de feu sur Rabin eurent lieu après que le premier ministre soit entré dans sa voiture.

La vidéo Kempler est utilisé comme un élément de preuve. Dans le rapport de la commission Shamgar, personne d’autre était à l’arrière de la limousine où ils ont mis Rabin après la fausse fusillade. Mais sur la vidéo, vous pouvez voir clairement la porte arrière sur la fermeture du côté opposé à l’intérieur.

Bien qu’ils aient essayé d’expliquer cette anomalie, en disant par exemple que les vibrations ont causé la fermeture de la porte, ces explications ne tiennent pas. Il y avait certainement quelqu’un à l’intérieur.

Les théoriciens de la conspiration Mainstream veulent vous faire croire que c’était le vrai tueur.

Ils soulignent également le temps anormalement long qu’il a fallu pour emmener Rabin à l’hôpital situé à 5 minutes à pied. Dans certaines versions on parle d’un trajet sur 8 minutes, d’autres sur 22 minutes.

Les théoriciens du complot reviennent également sur les divergences dans les rapports médicaux et autres éléments de preuve pour faire valoir que Rabin a été abattu dans la voiture sur le chemin de l’hôpital et pour certains le coup fatal a été donné après que Rabin soit arrivé sur place.

Nous avons un bon exemple de ces incohérences prises dans le livre de Barry Chamish « Qui a assassiné Yitzhak Rabin ? ».

 

 

Selon une annonce faite par le ministre de la Santé lors de la couverture en direct de nouvelles de la nuit de l’assassinat, Rabin a pris trois balles: une dans la poitrine, une dans l’estomac et une dans la colonne vertébrale.

Le chef de l’hôpital a annoncé sur les nouvelles en direct ce soir là et dans son rapport écrit de chirurgie que Rabin avait reçu deux blessures par balles dont une qui a brisé sa moelle épinière.

Les notes manuscrites de cette nuit-là écrites par le chirurgien principal qui a supervisé le traitement de Rabin ont également indiqué deux balles avec une qui a brisé sa moelle épinière.

Bien sûr, si cela avait été le cas, il n’y a aucun moyen qu’il aurait pu continuer la marche après avoir été abattu. Il serait tombé comme une pierre. Ceci est considéré comme une preuve que les tirs ont eu lieu sur le devant de la poitrine plus tard.

Ajouté à cela, l’apparition d’une dissimulation délibérée: le rapport médical final, le rapport du coroner et la commission Shamgar disent que Rabin a été abattu de deux balles dans le dos mais sans frapper sa moelle épinière.

En outre, un spécialiste de la médecine légale de la police a déclaré que son examen des vêtements de Rabin a montré l’existence de deux balles seulement. Alors, comment concilier ces éléments discordants ? Chamish conclut que Rabin doit avoir été abattu la troisième fois quand il ne portait pas de vêtements et cela quand il était à l’hôpital.

Voici ce qu’il appelle le scénario « le plus probable » (avec les commentaires de Josh G. entre parenthèses) :

« Rabin est arrivé vivant à l’hôpital. Il a pris deux coups de feu à bout portant dans le dos pendant le trajet en voiture pour Ichilov et en quelque sorte y a survécu. Quand les médecins l’ont ranimé, les conspirateurs ont paniqué et ont utilisé l’une de leurs armes pour l’achever d’une balle dans la poitrine qui a brisé sa colonne vertébrale.

[Sauf qu’il considère très crédible le rapport du chirurgien écrit à la main et dans ce rapport, le docteur dit qu’il n’y avait que deux blessures par balles dont une qui a brisé la colonne vertébrale. Il n’y a aucun moyen d’expliquer cela mais ça ne semble pas le déranger]

Ce fut à ce moment que la dissimulation a commencé. Les conspirateurs ont réalisé la faille fatale dans ce dernier tir. Rabin ne portait pas ses vêtements et il n’y avait pas de trou à l’avant de son costume ou de sa chemise …. Il n’y avait aucun moyen crédible d’ajouter un troisième coup de feu aux vêtements. [Qu’est-ce que ? Ne pouvaient-ils pas juste tirer un trou à travers eux ?]

Au lieu de cela, ils ont menacé les médecins et le personnel de mentir. On ne peut imaginer les menaces brutales. Nous avons eu un soupçon d’entre eux en mai 1995 [T-E :ou plutôt 1996 ? Mais dans son livre Barry mentionne bien « may 1995 »] lorsque le magazine de nouvelles Zman Tel Aviv a indiqué que tout le monde en service en train de sauver Rabin à Ichilov soit dix-sept personnes, ont reçu des menaces de mort anonymes par courrier.

Le premier à être menacé cette nuit était le médecin légiste et passager du taxi, le Dr Hiss.

A 1 heure du matin, il s’est débarrassé des conclusions véridiques des Drs. Gutman, Sneh et Barabash et a inventé une toute nouvelle histoire supprimant les blessures à la poitrine et à la colonne vertébrale. [Sauf que, encore une fois, le Dr Gutman a dit qu’il n’y avait que deux blessures; était-il en train de dire la vérité ?]

Et à partir de ce moment-là, la dissimulation s’est poursuivie. Des menaces de meurtre de la part de personnes qui ont rien à perdre peuvent garder au silence beaucoup de gens surtout les ministres du Cabinet. »

 

 

Comme d’habitude, les principales théories du complot mainstream sont elles-mêmes pleines de contradictions et de détails minuscules qui parviennent toujours, d’une manière ou d’une autre, à garder le lecteur confus en train de chercher en vain une histoire cohérente.

Chamish ne peut même pas garder tous les détails linéaires pour produire un récit cohérent.

Il a même écrit plus tard : « J’ai dû admettre que l’assassinat était trop compliqué pour être résolu et des nouvelles informations n’arrêtaient pas d’arriver. »

Et comme dans toutes les théories du complot mainstream sur les assassinats, jamais ils ne se posent la question de savoir si la personne est réellement décédée même dans ce cas quand ils vous montrent que l’assassinat était un canular.

Le livre de Chamish commence même avec une déclaration en gras sur une page blanche à l’intérieur de la couverture : « Yitzhak Rabin a été assassiné le 4 novembre 1995. » Ouais et bien maintenant que nous savons cela, on va trouver qui a fait ça.

Sa vrai mort ou non n’a jamais été ouverte à la question et il ne voulait pas non plus que ses lecteurs se la posent.

Mais nous devons nous demander : si les « vrais » détails de son meurtre pourraient être dissimulés, ne pourraient-ils pas dissimuler le fait que Rabin soit vivant ? Si le personnel médical pouvait être menacé de garder secret les « vraies » raisons de sa mort, alors ne pourraient-ils pas être menacés de garder secret une fausse mort ?

Si les dossiers médicaux pouvaient être modifiés pour correspondre à l’histoire officielle, n’auraient-ils pas pu être complètement fabriqués dès le début ? Oui, oui, oui, et oui.

Vous voyez, ils veulent nous faire croire qu’il y avait de « vrais » rapports qui ont été changés plus tard dans le cadre d’un camouflage.

Mais ils ne remettent jamais en question l’hypothèse selon laquelle les rapports originaux étaient bien réels dans un premier temps. Cela peut rappeler le « dossier secret » qu’ils ont utilisé pour condamner Alfred Dreyfus. Quelques décennies après le procès, les documents dans le dossier secret ont été finalement libéré.

Ce n’est que beaucoup plus tard qu’une paire d’historiens a montré que la plupart de ces documents avaient été fabriqués et que bon nombre d’entre eux avaient été ajoutés au dossier après le procès initial.

Ils supposent que certains de ces documents étaient réels au départ. Mais si certains des documents pourraient être fabriqués et insérés dans le dossier officiel, alors tous les documents pourraient l’être. C’est la même chose ici.

La vidéo de Kempler peut maintenant être vue sous un autre jour. Les théoriciens de la conspiration mainstream soupçonnent que la vidéo de Kempler a été filmée dans le but d’être utilisée comme preuve qu’Amir était le « vrai tueur ».

Ils veulent nous faire croire que la vidéo de Kempler a été trafiquée à cette fin. Pourtant, de nombreuses anomalies entre la vidéo et le récit officiel subsistent et sont saisies comme preuve qu’Amir n’était pas le tueur. Ils rendent le canular si évident.

Nous devons supposer que nous sommes censés croire que le responsable n’a pas fait du très bon travail. Mais nous pouvons penser qu’ils n’ont que partiellement raison. On peut penser que beaucoup sinon toutes les divergences ont été planifiées et plantées à l’avance, y compris l’autre porte étant fermée par quelqu’un d’autre à l’intérieur de la voiture.

En d’autres termes, la vidéo de Kempler a également été faite délibérément pour alimenter ces théories de conspiration.

[A ce moment là, Miles Mathis (parce que l’article au complet de Josh G. a été publié sur son site) se demande :

« Mais pourquoi ne pas simplement mettre en scène un canular propre et inflexible en premier lieu ?

Pourquoi créer une théorie générale ET une théorie alternative dès le départ ? Parce que…il a été constaté que deux histoires ou plus couvrent mieux un canular qu’une seule. Ce n’était pas leur premier rodéo.

C’était longtemps après les faux Lincoln et Kennedy alors ils ont compris qu’il mieux d’aider à planter des théories secondaires pour ceux qui ne mordent pas sur la théorie primaire. Un grand nombre de théories concurrentes empêchent les chercheurs de se demander si l’événement s’est bien produit en vrai ».]

Pour voir cela, vous devez comprendre le but de cette psy-op. Bien sûr, l’un des objectifs était, comme Miles l’a écrit à propos de JFK, de maintenir la population en traumatisme permanent.

Un autre objectif était d’approfondir les divisions déjà profondes entre certaines parties de la société israélienne. Certains d’entre vous peuvent imaginer Israël comme une empreinte de botte unifiée sur un visage palestinien – pour toujours.

Mais Israël est un pays profondément divisé le long de nombreuses lignes qui se chevauchent et se croisent.

Bien sûr, le fossé judéo-palestinien est le plus clair, le plus profond mais il existe un autre fossé énorme entre les laïcs et les religieux et à l’intérieur de ce fossé entre la « gauche » laïque et la « droite » religieuse nationale – la plupart des colons appartenant à ce dernier groupe, ainsi que d’autres, comme les partisans du foyer juif de Bennet et une grande partie du Likoud de Netanyahu.

 

 

Comme l’ensemble de ce qui est dit ici n’est pas de moi mais de Josh G, il précise qu’il a mis des guillemets à gauche et à droite parce que ce sont des termes relatifs ; même la gauche dominante en Israël est assez loin vers la droite ; le Likoud est maintenant considéré comme une position centriste.

La version officielle de l’assassinat joue sur cette division en ajoutant au dégoût et à la haine que le courant dominant a pour le bloc religieux national.

Mais les théories de conspiration du courant dominant vont plus loin en approfondissant la haine et la méfiance du bloc religieux national à l’égard de la gauche laïque, du courant dominant et du gouvernement lui-même.

Les théoriciens comme Chamish dressent le portrait d’un Rabin qui a été tué parce qu’il avait décidé de débrancher les accords d’Oslo et de prendre position contre le NWO, où des « gauchistes » comme Shimon Peres et John Kerry mettaient en œuvre consciencieusement l’agenda du CFR (Council on Foreign Relation).

Josh G. pense que Chamish dit même quelque part qu’il y avait un accord secret pour donner Jérusalem au Pape ou une telle absurdité. En d’autres termes, les gens qui ont tué Rabin sont dépeints comme des traîtres du peuple juif, c’est-à-dire les colons sionistes religieux et les autres droitiers.

Mais apparemment les gens qui achètent ceci sont aveugles au fait que l’entreprise sioniste est elle-même un projet de l’état profond ou de l’Intelligence ou du NWO ou du CFR ou n’importe quel label que vous voulez utiliser.

Rappelons que la déclaration de Balfour a été rédigée par Lord Milner de la table ronde Rhodes-Milner, qui a donné naissance à la CFR.

L’ONU, cet organe tristement célèbre du NWO et prétendu ennemi d’Israël, rempli à ras bord d’antisémites présumés, a adopté la déclaration qui a créé l’État d’Israël en premier lieu.

Nous avons vu que Rabin a passé sa vie à se battre pour la création et la défense d’Israël. Alors comment, exactement, n’était-il pas aligné avec les pouvoirs en place ?

 

 

Mais, vous pourriez protester, les détails sont plus compliqués que cela. Oui, je sais. Et c’est fait exprès.

Tout comme dans le cas de ces théories de conspiration courantes, il est plus facile pour les gens de se perdre dans les détails et de ne pas voir le tableau d’ensemble. Ils ne peuvent pas voir la forêt avec tous les arbres qui bloquent leur vue.

De cette façon, ils peuvent être amenés à croire que quelqu’un comme Rabin ou disons Trump est un ennemi de l’État profond plutôt qu’un complice volontaire des pouvoirs en place.

Miles Mathis précise ici :

« Il est peut-être utile de comprendre que Rabin avait 73 ans au moment de l’assassinat présumé.

Donc, pour ceux d’entre nous qui se demandent pourquoi Rabin accepterait de faire partie de ce projet de loi, cela aide à répondre à cette question. Il était prêt à prendre sa retraite et était peut-être déjà malade.

Comme nous l’avons vu précédemment, ces gens n’aiment pas prendre leur retraite comme le ferait une personne normale, en faisant un au revoir et en percevant une pension.

Non, pourquoi gaspiller une retraite ou la mort quand on peut la transformer en canular de propagande aux proportions importantes ? Pourquoi se contenter d’une retraite tranquille quand on peut fabriquer un assassinat bruyant à la place ? »

Voilà cet article sur la mort présumé de Rabin touche à sa fin. Je précise que j’ai omis certains passages comme sur le passé du tueur présumé et autres détails pour vous donner ici l’essentiel de la preuve du canular et de la fraude des théories du complot mainstream.

J’ajoute quelques screens de médias officiels sur cette affaire mettant en dérision les théories du complot qui faut dire ici sont encore plus ridicules que le récit dominant car pleines de contradictions.

 

 

 

Bien évidemment Ygal Amir n’a jamais passé un vrai jour en prison tout comme Djokhar Tsarnaïev pour les « attentats » de Boston en 2013 ou encore Charles Manson pour le meurtre supposé de Sharon Tate. Une personne avait posté sur Agoravox un article se demandant si Manson était bien réellement en prison comme on nous l’affirme.

J’essaie de démontrer depuis un moment, en relayant des informations qui attestent du fait que bon nombre d’attentats, de meurtres, de conflits militaires, de révolutions soient en réalité bidonnés, truqués, manigancés de A à Z avec des fausses oppositions.

Un cas comme la bataille de Dunkerque en 1940 est l’exemple des complotistes qui préfèrent penser en majorité qu’Hitler a agit ainsi pour essayer de maintenir la paix avec les britanniques au lieu de se demander si tout ceci n’est pas truqué avec de la complicité entre les plus hauts dirigeants de ces pays.

Pour l’affaire Alfred Dreyfus, un auteur connu dans le milieu conspis comme Laurent Guyénot (que j’ai déjà relayé sur le site SM) a repris récemment des extraits du long article de Josh G. (traduit par le BBB) mais refuse toujours d’admettre qu’un personnage clé comme Édouard Drumont soit de mèche depuis le début comme une fausse opposition, malgré les éléments factuels rapportés par Josh G.

Pour les attentats en France, on a aussi un autre beau exemple de complotiste que j’ai évoqué dans la première partie de ma vidéo sur JFK et dont j’ai reprécisé ma pensée plus tard dans un commentaire en dessous suite à une réponse de sa part m’étant adressé indirectement.

Alors voilà le problème si je puis dire, je suis déclaré comme ennemi des gens qui se fient au récit officiel mais aussi de la plupart des complotistes.

Je vais donc me réfugier ici sur cette fameuse citation :

 

 

J’aimerais bien que d’autres sites en France à part Triangle, Bistrobarblog, Joyeusespsyops et éventuellement d’autres mais très peu connus, relayent le fait qu’énormément d’événements soient contrôlés de A à Z avec des canulars, des fausses victimes, des fausses oppositions, des acteurs jouant un rôle etc etc.

Essayer de faire passer l’information aux sites qui font de l’audience dans la complotsphère et autres youtubeurs.

Vous pourriez me dire que certains disent souvent : « Mais oui de toute façon tout est truqué, tout est complot puis tous ces dirigeants sont reptiliens, satanistes » (quelque chose dans le genre).

Mais il n’y a pratiquement jamais de démonstration ou de renvoi sur des liens. Vous ne pouvez pas balancer ce genre de phrase sans l’accompagner de quelque chose sans avoir la crainte de subir à juste titre je trouve des moqueries.

Bon au moins, si cela vous a semblé pertinent, partager cet article sur les réseaux sociaux, qui à mon sens prouve aisément un faux assassinat et du fait que l’élite derrière propage elle même des vérités sous couverts de théories du complot (mainstream) pour cacher la vérité.

Publicités