La fête juive Pourim de 1946 à Nuremberg ou « l’accomplissement des prophéties » du livre biblique d’Esther

pourim-1946-1021x580.jpg

 

Note de T-E : à la fin de cette lecture, vous aurez en quelque sorte quatre choix de conclusion :

 

(1) soit il s’agit d’une similitude purement fortuite, un hasard ironique de l’histoire;

 

(2) soit il s’agit de la réalisation d’une prophétie biblique de l’ancien testament démontrant la toute puissance du dieu des juifs « Hachem »;

 

(3) soit il s’agit d’une mise en scène auto-prophétique en accord avec les plus hauts dignitaires alliés et nazis qui roulaient tous pour le même agenda avec évidemment une simulation de mort pour ces derniers (les dix pendus dont Julius Streicher qui aurait crié « Purim fest 1946 » et le suicide juste avant de Goering par la prise d’une capsule de cyanure pour faire correspondre à ce qui devait se répéter soit aux dix fils pendus d’Hamane et de sa fille morte par suicide);

 

(4) soit il s’agit d’une mise en scène auto-prophétique sans l’aval d’un Goering qu’on aurait assassiné avant l’heure ni d’un Streicher qui n’aurait jamais prononcé « Purim Fest 1946 » avant sa pendaison;

 

Vu ce que j’ai publié ailleurs sur ce blog, il va de soi que j’opte largement pour l’option 3…

 

(pour les plus gros flemmards, le tout est résumé dans cette vidéo de 3 min)


Pourim 1946  ou « l’accomplissement des prophéties » du livre biblique d’Esther


 

Julius Streicher (1885-1946) éditeur allemand et cadre du NSDAP (ayant participé à l’étrange putsch de 1923) faisait parti des 10 criminels de guerre nazis qui ont été pendus à Nuremberg le 16 octobre 1946. Alors qu’une hotte était posée sur sa tête, il cria ces mots énigmatiques: « PURIM FEST 1946 ! »

 

ggg

 

deryyt.png

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Julius_Streicher

 

« Pourim » est la fête juive joyeuse (où les boissons alcoolisées sont permises) qui commémore le meurtre de 75.000 Persans et le sauvetage de tous les Juifs du méchant Hamane qui envisageait de tous les tuer.

 

L’histoire est consignée dans le livre biblique d’Esther qui raconte le récit d’une fille juive de Perse née sous le nom de Hadassah mais connue sous le nom d’Esther, qui devient reine de la Perse et contrecarre le génocide de son peuple. Voici quelques informations supplémentaires sur Esther  à partir du site Web « BeingJewish » :

 

Le nom Esther signifie « caché » et en effet, la véritable identité d’Esther était cachée à la vue de tous de sorte qu’en tant que reine de Perse, elle puisse effectuer le salut de tout son peuple.

(…)

 

À travers tout cela, nous voyons la Main cachée de Dieu, manipulant les événements du début à la fin. Beaucoup de choses ont été cachées puis révélées, telles que la nationalité de la reine Esther.

Le nom Esther lui-même le montre bien, car en hébreu « Esther » signifie « caché ». [du mot hébreu «hester» = caché] Esther s’appelait à l’origine Hadassah, mais les Perses l’appelaient Esther, à cause de sa beauté.

 

Le nom Esther est dérivé du nom Ishtar (une déesse païenne supposée belle), qui en elle-même tire son origine de « Istahar », une étoile très brillante et, dans certaines cultures, de la lune.

 

Rien n’arrive par hasard. Esther était l’étoile brillante dont les Juifs avaient besoin en cette période d’obscurité. Car en hébreu, « Esther » signifie « caché », et la leçon même de Pourim est que Dieu est caché dans tout ce qui se passe. Et des ténèbres est née cette étoile du matin.

 

Toute la leçon de Pourim, c’est que Dieu fait aussi les choses de manière cachée mais c’est toujours Dieu derrière tout.

Et c’est le sens de Pourim.

 

Dans le livre d’Esther, il est dit que la reine Esther appelle ensuite à la pendaison des dix fils de Haman (bien qu’ils aient déjà été tués – avec les 75 000 autres Perses).

Pourquoi ? Le Dr. Moshe Katz de l’Université hébraïque explique:

 

« Les dix fils de Hamane ont déjà été tués, pourquoi se donner la peine de les pendre ? Dans les écrits des Sages et des commentateurs, nous trouvons plusieurs idées qui pourraient clarifier ceci: Sur le mot « demain », dans la demande d’Esther, les Sages commentent: « Il y a un demain qui est maintenant et un demain qui est plus tard » .
En d’autres termes, Esther demandait que la pendaison des dix fils de Haman ne reste pas un épisode isolé de l’histoire mais qu’il se reproduise à l’avenir
 » .

 

Il est également intéressant de noter que dans le récit de Pourim, le Talmud (Megillah tractate, 16a) affirme que Hamane a eu un onzième enfant – une fille – qui s’est suicidée (elle n’a donc pas été pendue avec ses 10 frères). Mais nous verrons cela plus tard.

 

Pour l’instant, voyons ce que les experts juifs ont découvert en déchiffrant les soi-disant « rouleaux » du livre d’Esther. Voici la « Méguila » pertinente qui a été analysée (sachez que, selon l’introduction de Nachmanides à son commentaire sur Genesis, tout changement par rapport au style habituel d’écriture d’un mot ou d’une lettre indique un sens caché dans le texte. En fait, les sages juifs ont enseigné au fil des générations que chaque fois qu’il y a une variation dans la taille d’une lettre ou l’orthographe d’un mot, elle a un sens spécifique) :


Scrolls_Book_of_Esther_01

Et voici le « sens caché » de cette Méguila « expliquée »  par nul autre que le grand rabbin d’Afrique du Sud, qui conclut que ce doit être un simple « tournant ironique de l’histoire »:

 

« Megillat Esther énumère les noms des dix fils de Haman et, selon la Halachah, trois des lettres de ces noms sont écrites dans une police plus petite que le reste du texte – un tav, un shin et un zayin – et une lettre est écrite en police plus grande – un vav.

Que signifient ces lettres de taille inhabituelle ?

 

Depuis des générations, différentes explications ont été proposées. Cependant, au XXe siècle, une autre signification étonnante fut découverte: le grand vav est numériquement 6, ce qui correspond au sixième millénaire; tav, shin et zayin sont au nombre de 707. Ensemble, ces chiffres représentent la 707ème année du sixième millénaire, autrement dit l’année juive 5707, qui correspond à 1946, année au cours de laquelle ces dix nazis de haut rang ont été pendus.

 

Ainsi, les lettres de taille inhabituelle – vav, tav, shin et zayin- retrouvées dans les noms des dix fils de Hamane, fait allusion à l’année de l’exécution de ces dix criminels de guerre nazis. Ce qui est encore plus fascinant, c’est qu’ils ont été condamnés le 1er octobre entre Rosh Hashana et Yom Kippour en 1946 et pendus le 16 octobre, date à laquelle Hoshana Rabba a été publié cette année-là, ce qui, selon le Zohar est le jour où le jugement du monde est finalisé.

 

(…)

 

Cette tournure ironique de l’histoire est si étrange qu’elle nous montre clairement la présence de Dieu dans ces événements qui affectent le peuple juif et le monde entier ».

 

http://www.chiefrabbi.co.za/2012/03/purimsphiel-1946-the-purim-link-between-nazi-germany-and-nuclear-iran/

 

« Effet mystérieux, étrange et ironique de l’histoire » vous dîtes hein ? Hmm… Ouais.

 

Lors du procès de Nuremberg, il y avait à l’origine 11 hommes qui devaient être pendus (une anomalie en soi, puisque la sentence prononcée aurait dû être la peine de mort par peloton d’éxécution ou par chaise électrique comme cela se pratique aux États-Unis) depuis que le douzième condamné, Martin Bormann, condamné à mort par contumace, était introuvable.

 

Pourtant, seuls 10 ont finalement été pendus. Ceci, parce que Hermann Göring (un travesti notoire – selon l’histoire) s’est apparemment suicidé trois heures seulement avant son exécution – et n’a donc pas eu besoin d’être pendu.

 

newsclipnuremberg.gif

Ça vous dit quelque chose ? Si non, souvenez-vous de la fille d’Hamane – son onzième enfant – qui s’est suicidée (comme dans le Livre d’Esther).

Mais bien sûr, ce n’est qu’une autre « ironie de l’histoire », je suppose…

 

Source :  https://cluesforum.info/viewtopic.php?f=28&t=2053&p=2407789#p2407781

 

Voir en français : https://www.jforum.fr/pourim-1946-et-le-mystere-du-code-desther.html

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “La fête juive Pourim de 1946 à Nuremberg ou « l’accomplissement des prophéties » du livre biblique d’Esther

  1. Quand une prophétie se réalise, c’est que le pouvoir n’a pas changé de main depuis, disons, sa diffusion.
    La prophétie de St Malachie a par exemple, été suivie à la lettre pendant des siècles à l’exception du pape actuel qui aurait dû être « Pierre », le dernier des papes. Fausse note volontaire? peut-être pour se dédouaner de prendre les gens pour des veaux de manière si flagrante?

    J'aime

    1. Vu tout ce qui se déroule actuellement dans le monde, je garde un gros billet pour que le pape François soit bien « Pierre le Romain ». Qu’on y croit ou non, il agit vraiment comme le faux prophète désigné dans la Bible à mon sens même si il doit y avoir une grosse part d’acteur et de cinéma là dedans.

      Louis d’Alencourt malgré son côté catho intégriste a assez bien analysé le pape françois.

      https://legrandreveil.wordpress.com/2014/12/17/lantechrist-existe-je-lai-rencontre/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s